Deux cultures, une identité

Deux cultures, une identité
Vous, ses parents, êtes nés ailleurs, mais bébé, lui, est né au Québec. Comment l’aider à trouver son identité, lui qui est plongé dans deux cultures à la fois?
Vous, ses parents, êtes nés ailleurs, mais bébé, lui, est né au Québec. Comment l’aider à trouver son identité, lui qui est plongé dans deux cultures à la fois? N’est-ce pas un peu mêlant pour lui? Professeure d’anthropologie à l’Université de Montréal et directrice du Groupe de recherche diversité urbaine, Deirdre Meintel s’intéresse à ce qu’elle appelle joliment les « identités plurielles ». Selon elle, une fois devenus adultes, les enfants de parents immigrants se considèrent comme Québécois, mais avec un petit quelque chose de plus. « Ils ont vraiment une identité biculturelle et la plupart se sentent très à l’aise avec cela. »

Dans ses études, elle observe que les parents veulent que leurs enfants s’intègrent bien à la société québécoise tout en souhaitant qu’ils conservent leur héritage culturel. Et cet héritage, c’est essentiellement à la maison qu’il se transmet. « Les repas en famille autour de mets du pays d’origine, les fêtes, les traditions, la langue parlée sont autant de façons de connecter l’enfant à ses racines », dit Deirdre Meintel. Par ailleurs, grâce à des logiciels gratuits de vidéoconférence comme Skype, votre enfant peut désormais mieux connaître la parenté restée au pays et nouer avec elle des liens d’affection. Ainsi, s’il converse régulièrement avec grand-maman en lui montrant les beaux dessins qu’il a réalisés à son milieu de garde, elle ne sera plus pour lui une dame un peu intimidante qu’il voit une fois tous les 2 ans…

« L’enfant vit toujours dans le "ici et maintenant", précise pour sa part Michelle Marquis, consultante en pédagogie et en relations interculturelles. Il se construit donc une identité à partir de ce qu’il vit dans sa famille ainsi qu’à l’extérieur de la maison. » Voilà pourquoi il est important que les parents immigrants comprennent et acceptent la coexistence des deux cultures dans le coeur de leur enfant . Et le premier pas pour y arriver consiste à démontrer de l’ouverture envers les valeurs et les façons de faire du pays d’accueil. Tout simple, n’est-ce pas?

L’immigration québécoise en chiffres

  • De 2007 à 2011, le Québec a accueilli 245 606 immigrants, soit une moyenne annuelle de 49 121 personnes.
  • Les enfants âgés de moins de 15 ans composent près de 21 % des nouveaux arrivants.
  • Le Maroc, l’Algérie, la France, la Chine et Haïti sont les 5 principaux pays de naissance des immigrants.

Naitre et grandir.com


Source :
magazine Naître et grandir, mai 2013
Recherche et rédaction : Nathalie Vallerand