Soigner son intimité

Soigner son intimité
En se réservant des moments d’intimité, le couple a plus de facilité à trouver des solutions aux problèmes et aux conflits qu’il rencontre. Lors de moments passés à deux, le couple a l’occasion de discuter, il retrouve des moments de complicité et comprend mieux le point de vue de l’autre.

L’équilibre passe aussi par le maintien de l’intimité du couple. Mais pourquoi est-elle si importante, au juste?

D’abord, parce qu’en se réservant des moments d’intimité, le couple a plus de facilité à trouver des solutions aux problèmes et aux conflits qu’il rencontre. Lors de moments passés à deux, le couple a l’occasion de discuter, il retrouve des moments de complicité et comprend mieux le point de vue de l’autre.

Ensuite, parce que c’est cette intimité qui définit le couple – parmi tous les autres groupes – et lui permet de durer. « La survie d’une famille passe, notamment, par le maintien de l’intimité entre les deux adultes et cette frontière doit être protégée », explique John Wright.

Il est vrai que certaines femmes, comblées par leur maternité, ressentent moins rapidement le besoin de retrouver leur couple que leur conjoint après la naissance d’un enfant. « Pourtant, elles ont tout autant besoin de retrouver leur intimité », précise-t-il, rappelant que l’intimité ne se résume pas à la sexualité.

 Les « trucs » de Geneviève et Pascal!
Nous nous réservons souvent des moments à deux lorsque les enfants sont couchés pour regarder un film, faire un bon souper, prendre le temps de jouer à un jeu...
Lorsque notre famille est disponible ou que notre budget le permet, idéalement une fois par mois, nous faisons garder les enfants.
Ces moments à deux nous permettent de prendre le temps d’échanger, d’écouter l’autre, de nous coller et de ne penser qu’à nous deux... même si nous finissons inévitablement par parler des enfants à un moment ou à un autre!
Pour nous, il est aussi essentiel d’avoir des projets communs, un projet de déco, par exemple. Finalement, la clé de notre «succès» est la communication, principalement en ce qui concerne les enfants. Depuis que nous sommes parents, nous ne sommes pas seulement un couple, mais aussi une équipe.

Pour la préserver, les solutions varient d’un couple à l’autre, mais tous peuvent y parvenir, même dans les familles nombreuses.

Le premier atout est d’être sensible à la dynamique de notre couple et d’exprimer notre amour en continuant à se dire que l’on s’aime et en s’entraidant, résume John Wright.

Parlez-vous… de vous!
Lorsque vous avez des moments en couple, essayez de parler des enfants le moins possible. Parlez de vous deux, de vos projets ; il est essentiel d’avoir une entité « couple » et pas seulement une entité « parents ».

Dans ses conférences, Mireille Dion fait passer le même message : soigner son couple ne prend ni argent ni heures supplémentaires. Les outils sont entre nos mains et tout est une question de volonté. « On a souvent le réflexe de chercher des idées extraordinaires ou de se fixer des objectifs de rêve, mais qui demandent plus de temps, d’argent et d’organisation. Mieux vaut partir de la base : faire des choses simples, au quotidien », conseille-t-elle.

« Appeler son conjoint à l’heure du dîner pour savoir comment il va, lui laisser un petit mot sur la table ou sur le miroir de la salle de bain, aller le chercher à son travail, souper quand les enfants sont couchés : tout cela ne coûte rien! », cite-t-elle en exemple.

Elle encourage aussi les élans amoureux simples, évidents, trop souvent oubliés. « Quand notre conjoint revient du travail, si on commençait par se donner un vrai bec? Combien de couples le font vraiment? Il y a au moins trois moments privilégiés pour se rapprocher, même si on manque de temps : quand on se sépare le matin, quand on se retrouve après le travail, puis lorsqu’on se couche le soir », suggère-t-elle. Ces petites choses simples révèlent toute leur importance lorsqu’on les fait!

Unis… malgré les tempêtes!

Mon conjoint et moi sommes toujours ensemble et amoureux, depuis 24 ans! Mais il est certain que notre intimité a été malmenée. Après plusieurs fausses couches, nous avons eu deux enfants, Daphnée et Yannick. Les deux sont suivis médicalement. Nous avons peu d’aide extérieure - nos parents sont décédés et je suis enfant unique. Et puisque je travaille quatre soirs par semaine et que mon conjoint a fait un retour aux études, nos finances ne nous permettent pas de faire garder les enfants.

Malgré tout, nous réussissons à trouver des moments pour nous : une promenade ensemble, nous occuper de nos fleurs ou des oiseaux. Pour nous, l’essentiel est de profiter de chaque moment ensemble pour nous dire que nous nous aimons et d’apprécier ces petits moments.

Naitre et grandir.com


Source :
magazine Naître et grandir, mai 2012
Recherche et rédaction : Marie Charbonniaud

Crédit photo : Hugo Pelletier (Geneviève et Pascal)