Bébé arrive

Bébé arrive
Dans les jours qui ont suivi la naissance d’Étienne, Amélie et Simon ont reçu de l’information sur plusieurs programmes gouvernementaux d’aide aux familles.

Dans les jours qui ont suivi la naissance d’Étienne, Amélie et Simon ont reçu de l’information sur plusieurs programmes gouvernementaux d’aide aux familles. Ces aides leur ont permis de respirer un peu mieux financièrement. Ils ont utilisé cet argent pour payer les couches et rembourser une partie de leurs dettes.

Pendant le congé de maternité d’Amélie, les nouveaux parents ont réussi à retrouver un certain équilibre financier. Le bébé les occupant à temps plein, ils avaient moins de temps pour sortir et moins d’occasions de dépenser. En plus, Amélie aimait bien cuisiner lorsqu’Étienne faisait la sieste. Simon a donc pris l’habitude d’apporter les restes du souper pour ses lunchs au travail.

Peu de temps avant le retour au travail d’Amélie, le couple a trouvé une place en service de garde pour Étienne. Malheureusement, ce n’était pas une place à 7 $ par jour, mais à 32 $. Ils n’ont pas eu le choix d’accepter, même si cela représentait 25 $ de plus par jour que ce qu’ils avaient prévu. Heureusement, avec les déductions provinciales et fédérales, une bonne partie de ce montant leur est revenue au moment de leur déclaration de revenu. Ils auraient même pu recevoir de l’argent avant en s’inscrivant au versement anticipé du crédit d’impôt pour frais de garde d’enfants.

Maman à la maison
Au moment où Marianne aurait dû retourner au travail après son congé de maternité, elle était déjà enceinte de son deuxième enfant. Elle a donc profité de la prolongation des prestations du Régime québécois d’assurance parentale (RQAP) prévue en cas de grossesses rapprochées. Avec son conjoint Régis, ils ont alors envisagé la possibilité qu’elle ne retourne pas au travail une fois son congé parental terminé. Afin de s’assurer de prendre la bonne décision, ils ont décidé de transférer le montant reçu par le RQAP dans un deuxième compte de banque et de ne pas y toucher, pour voir s’ils étaient capables de vivre avec un seul salaire. Et ce fut le cas.

Maintenant que Marianne reste à la maison, le couple doit être plus attentif à ses dépenses. Les parents achètent beaucoup d’articles de seconde main pour les enfants. Ils font peu de sorties coûteuses et privilégient les activités extérieures et le camping. Ils planifient un budget et mettent dans un compte à part le montant d’argent correspondant aux dépenses prévues pour une période de deux semaines. Ainsi, ils ne font pas de dépenses inutiles. Marianne et Régis envisagent d’avoir d’autres enfants. Un beau projet qui les motive à continuer d’économiser!

Naitre et grandir.com


Source :
magazine Naître et grandir, octobre 2013
Recherche et rédaction : Solène Bourque

Partager