Les probiotiques

Les probiotiques
Les probiotiques peuvent être utiles pour prévenir et traiter certains problèmes de santé chez les enfants.


Lintestin d’un enfant renferme naturellement plusieurs centaines d’espèces de bactéries. Cest ce quon appelle le microbiote. Parmi ces bactéries, la majorité est bonne et contribue à la santé de lenfant. Cependant, il arrive parfois que ces bonnes bactéries n’arrivent plus à bien faire leur travail.

Qu’est-ce que les probiotiques?

Les probiotiques sont de bonnes bactéries qui contribuent à léquilibre du microbiote et ont des effets positifs sur la santé. Par exemple, ils aident le système immunitaire à bien fonctionner et favorisent la digestion des aliments. Dans l’intestin, les probiotiques donnent un coup de main aux bons microorganismes en place (ex. : bactéries, microbes, levures) pour les aider à bien faire leur travail.

Aliments qui contiennent des probiotiques

Les probiotiques sont offerts sous forme de suppléments, mais certains aliments en contiennent.

Le kéfir peut être mélangé à des fruits ou à des céréales. Il peut aussi être utilisé dans un smoothie ou une vinaigrette crémeuse.
  • Le yogourt contient naturellement des probiotiques et, souvent, des probiotiques y sont ajoutés.
  • Le kéfir non effervescent, qui est un lait fermenté semblable au yogourt, contient aussi naturellement des probiotiques.
  • Certains aliments sont enrichis de probiotiques (ex. : yogourt, jus de fruits, barres tendres, biscuits, desserts glacés, céréales, fromage). Ces aliments ne peuvent pas nuire à la santé d’un enfant, mais ils ne sont pas nécessaires. En plus, ils sont souvent plus chers que la version non enrichie. Par ailleurs, les bienfaits des probiotiques lorsqu’ils sont ajoutés à des aliments ne sont pas toujours significatifs.

La réglementation liée aux aliments contenant des probiotiques

Le terme probiotique est réglementé et contrôlé. Pour qu’un aliment ou un supplément porte ce nom, les bons microorganismes qu’il contient doivent faire partie de la liste de Santé Canada pour les probiotiques.

Pour cette raison, le fabricant d’aliments qui contiennent des probiotiques peut leur attribuer des propriétés particulières(ex. : favoriser la régularité, améliorer labsorption déléments nutritifs, aider à la digestion) uniquement sil en a fourni les preuves à Santé Canada. En raison des souches et de la dose moins élevée de bactéries que renferment ces produits, leurs bienfaits ne correspondent généralement pas à ceux des suppléments de probiotiques étudiés par les chercheurs.

Par ailleurs, plusieurs aliments fermentés, comme la choucroute, le kimchi, le kombucha, le miso, le tempeh et le pain au levain, renferment de bons microorganismes qui diversifient le microbiote et qui contribuent ainsi à son équilibre. Le problème est que leur composition varie, car ce sont des aliments « vivants ». Pour cette raison, les aliments fermentés ne sont pas considérés comme des probiotiques au sens de la loi, car il nest pas possible de garantir la précision des bactéries présentes ni leurs effets.

Pourquoi avoir recours aux suppléments de probiotiques?

Il n’est habituellement pas nécessaire qu’un enfant en bonne santé prenne des suppléments de probiotiques s’il a une alimentation variée, riche en légumes, en fruits, en légumineuses et en grains entiers. En effet, ces aliments permettent aux bonnes bactéries de se multiplier dans l’intestin et d’apporter leurs bienfaits.

Toutefois, certains facteurs peuvent nuire au travail accompli par les bonnes bactéries présentes dans les intestins, comme une modification de l’alimentation, un affaiblissement du système immunitaire, une diarrhée, une infection (ex. : gastroentérite), un stress physique ou émotif et la prise d’antibiotiques.

Dans ces cas-là, les suppléments de probiotiques, selon leur souche, peuvent :

L’alimentation équilibrée reste le meilleur moyen d’aider votre enfant à avoir un système immunitaire fort.
  • favoriser l’équilibre de la flore intestinale;
  • aider à augmenter les défenses naturelles en luttant contre la propagation des mauvaises bactéries;
  • aider à traiter et à prévenir la diarrhée;
  • améliorer l’absorption de certains nutriments;
  • faciliter la digestion du lactose pour les personnes qui y sont intolérantes.

Où les trouver?

Les suppléments de probiotiques se présentent généralement sous forme liquide ou en capsules (ex. : Bio-K +, VSL#3, Probaclac, etc.). Ils sont vendus dans les pharmacies, les magasins de produits naturels et certaines épiceries.

Contre-indications liées aux probiotiques

Il n’y a aucune contre-indication liée aux probiotiques. La consommation d’aliments probiotiques est sécuritaire pour les enfants. Les suppléments le sont aussi, sauf qu’il est recommandé de consulter un médecin avant d’en offrir à votre enfant si son système immunitaire est affaibli par une maladie ou un médicament.

L’importance de la souche

Les probiotiques regroupent des centaines de types de levures et de bactéries différentes. Plusieurs espèces de bactéries (ex. : les lactobacilles) incluent à leur tour plusieurs souches de bactéries (ex. : Lactobacillus rhamnosus GG).

Les bienfaits que l’on attribue aux probiotiques varient selon la souche. Ce n’est pas parce que tel probiotique aide à prévenir la diarrhée, par exemple, que tous les probiotiques sur le marché y parviennent.

Les probiotiques les plus communs
  • Lactobacillus
  • Streptococcus
  • Bifidobacterium
  • Saccharomyces

On ne peut donc pas étendre les effets d’une souche à toute une famille de bactéries, et encore moins aux probiotiques en général. Les bienfaits d’un supplément de probiotiques ou d’un aliment enrichi de probiotiques ne sont pas interchangeables.

Par ailleurs, il est difficile de connaître l’efficacité de tous les probiotiques que l’on trouve sur les tablettes. Les études scientifiques sont généralement effectuées avec des souches de bactéries qui sont la propriété d’une compagnie ou d’un laboratoire. Premièrement, on ne les trouve pas toujours sur le marché. Et deuxièmement, les résultats ne concernent qu’un nombre limité de marques.

L’importance de la dose

Les bienfaits des probiotiques dépendent aussi beaucoup de la dose. Les produits testés par les chercheurs qui présentent des résultats positifs contiennent en général au moins 2 milliards de bactéries par capsule ou par portion de supplément liquide (ex: Bio-K +).

Les bienfaits pour les enfants : ce qu’en disent les études

Garçon prenant des probiotiques

La Société canadienne de pédiatrie (SCP) a analysé les études scientifiques sur le sujet afin de proposer aux médecins des conseils d’utilisation des probiotiques pour certains troubles de santé affectant les enfants. La SCP souligne dans son rapport publié en décembre 2012, et qui a été reconduit en 2015, que « l’efficacité des probiotiques dépend à la fois de la souche et de la maladie, mais, quel que soit le probiotique utilisé, il faut en administrer la bonne quantité ».

Prévention de la diarrhée

Selon le rapport de la SCP, certains probiotiques aident à prévenir la diarrhée causée par des virus, des bactéries, des parasites ou par la prise dantibiotiques. Les souches qui semblent les plus utiles à cet effet sont :

  • Lactobacillus rhamnosus GG;
  • Saccharomyces boulardii;
  • Bifidobacterium bifidum;
  • Lactobacillus casei;
  • Bifidobacterium lactis;
  • Lactobacillus reuteri.

Pour prévenir la diarrhée causée par la prise d’antibiotiques, les souches Lactobacillus rhamnosus GG (LGG) et Saccharomyces boulardii seraient les plus efficaces.

Traitement de la diarrhée

Les probiotiques peuvent également être utilisés pour aider à traiter la diarrhée chez les enfants. C’est dans les cas de diarrhée causée par des virus (ex. : gastroentérite) ou par la prise dantibiotiques qu’ils seraient les plus utiles.

La souche Lactobacillus rhamnosus GG semble la plus efficace pour réduire la durée de la diarrhée. De plus, les effets bénéfiques sont plus importants lorsqu’on commence le traitement rapidement, dans les 48 heures après le début de la diarrhée.

Par contre, les probiotiques sont inutiles pour traiter les diarrhées bactériennes.

Coliques

Deux études ont montré que la souche Lactobacillus reuteri aidait à réduire les pleurs chez les nourrissons. Cependant, selon la SCP, les résultats sont insuffisants pour recommander l’utilisation de probiotiques pour traiter les coliques.

Eczéma et allergies

Des études ont laissé entrevoir des résultats encourageants dans le traitement de l’eczéma atopique et la prévention des allergies notamment, mais d’autres recherches s’avèrent nécessaires avant de formuler des recommandations dans ces domaines.

Syndrome de l’intestin irritable

Les données sont préliminaires, mais certains probiotiques semblent aider à diminuer des symptômes. C’est le cas des souches Lactobacillus rhamnosus GG et Escherichia coli, ainsi que d’un produit, le VSL#3.

Rhume

Quelques études se sont aussi penchées sur le rôle des probiotiques pour prévenir le rhume. Il semble y avoir du potentiel, mais il faut encore plus de preuves avant d’affirmer que donner des suppléments de probiotiques peut prévenir le rhume.

 

À retenir

  • Les probiotiques ont des bienfaits sur la digestion et le système immunitaire.
  • Il est plus important d’offrir une bonne alimentation à votre enfant que d’acheter des aliments enrichis de probiotiques.
  • Les suppléments de probiotiques peuvent aider lors de certaines diarrhées.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Stéphanie Côté, M. Sc., nutritionniste
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Juillet 2018

 

Photos : iStock.com/Weekend Images Inc. et GettyImages/Imgorthand

 

Ressources et références

Note : Les liens hypertextes menant vers dautres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible quun lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver linformation désirée.

  • PASSEPORT SANTÉ. Probiotique. 2014. www.passeportsante.net
  • SOCIÉTÉ CANADIENNE DE PÉDIATRIE. « Lutilisation des probiotiques au sein de la population pédiatrique », Document de principes. Décembre 2012 (reconduit 2015). www.cps.ca

À lire aussi