Entérovirus D68 : réponses aux questions courantes

Entérovirus D68 : réponses aux questions courantes

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


On entend beaucoup parler de l’entérovirus D68 ces jours-ci. Voici ce qu’il faut savoir sur ce virus méconnu qui affecte surtout les jeunes enfants.
Agence Science-Presse

19 septembre 2014 | On entend beaucoup parler de l’entérovirus D68 (EV-D68) ces jours-ci. Ce virus est à la source d’une épidémie qui frappe les États-Unis depuis la mi-août et qui affecte particulièrement les jeunes enfants. Plusieurs centaines de petits Américains ont été hospitalisés et jusqu’à maintenant 153 cas ont été confirmés.

Le virus sévit depuis peu au Canada où quelques dizaines d’enfants ont été diagnostiqués, plus particulièrement en Alberta, en Ontario et en Colombie-Britannique. Le virus a probablement atteint le Québec, mais aucun cas n’a encore été confirmé. Voici ce qu’il faut savoir sur ce virus méconnu.

Est-ce un nouveau virus?

Non. Il a été découvert en 1962. Des éclosions ont été rapportées entre 2008 et 2011 aux États-Unis. C’est un cousin du virus pieds-mains-bouche (virus Coxsackie) qui touche aussi les jeunes enfants.

Faut-il s’inquiéter?

Non. Chez la plupart des enfants, les symptômes d’une infection à EV-D68 ressemblent à ceux d’un rhume : nez qui coule, éternuements, toux, douleur dans les muscles, et parfois de la fièvre. Certains développeront toutefois des difficultés respiratoires et nécessiteront des soins médicaux. Aucun enfant n’est décédé de cette maladie depuis le début de l’épidémie.

Qui sont les enfants les plus à risque de contracter l’entérovirus D68?

Tous les enfants peuvent être infectés, mais les moins de 5 ans qui ont déjà des problèmes respiratoires - comme de l’asthme ou des allergies - sont plus à risque de développer des difficultés respiratoires et d’être hospitalisés.

Quand faut-il consulter?

Si l’enfant tousse continuellement, s’il est essoufflé et respire rapidement, si sa respiration est sifflante, s’il cherche son air (si son thorax se creuse à chaque respiration). Dans ces cas, il est important de consulter un médecin. L’état de l’enfant peut rapidement se détériorer.

Comment l’entérovirus D68 se transmet-il?

Comme le rhume, par contact direct avec les sécrétions du nez ou de la gorge (quand l’enfant tousse et se mouche). Aussi, par contact avec des surfaces contaminées par ces sécrétions.

Comment le traite-t-on?

Comme pour le rhume, il n’y a pas de traitement spécifique. Le parent doit s’assurer que son enfant est bien hydraté et que sa fièvre est contrôlée. Il doit aussi surveiller que les symptômes ne s’aggravent pas. Comme il s’agit d’un virus, des antibiotiques ne sont pas utiles.

Peut-on prévenir ce virus?

Il est impossible d’éviter tout contact avec les virus causant une infection. On peut toutefois diminuer le risque en appliquant les mêmes mesures de prévention que pour les autres infections des voies respiratoires.

  • En se lavant fréquemment les mains;
  • En toussant dans son coude pour éviter de contaminer ses mains;
  • En évitant de toucher ses yeux, son nez, sa bouche avec des mains non lavées;
  • En désinfectant les surfaces souillées (jouets, boutons de porte).


Sources : Hôpital de Montréal pour enfants, L’actualité.com, CBC et CDC

Partager

À lire aussi