Les allergies respiratoires

Les allergies respiratoires
Comment se fait-il qu’il renifle encore? Aurait-il des allergies?



Symptômes des allergies respiratoires

Votre enfant :

  • a le nez qui pique et qui coule, ses sécrétions sont très liquides;
  • peut être congestionné, mais il ne fait pas de fièvre;
  • a des démangeaisons, des larmoiements et des rougeurs aux yeux;
  • présente des cernes sous les yeux;
  • éternue beaucoup, renifle et peut tousser;
  • a tendance à passer sa main sur son nez;
  • peut présenter des symptômes d’asthme;
  • a parfois une respiration bruyante;
  • présente des troubles du sommeil et ronfle;
  • peut se plaindre de démangeaisons au palais.

Consultez le médecin si vous croyez que votre enfant souffre d’allergies respiratoires. Un diagnostic et un traitement précoces pourraient permettre de prévenir des complications.

Qu’est-ce que les allergies respiratoires?

Pour des raisons que l’on ignore, le système immunitaire d’une personne peut réagir à certains allergènes. C’est ce qu’on appelle une réaction allergique. Le corps produit alors diverses substances, dont l’histamine, pour combattre ce qu’il perçoit comme une agression.

Si un enfant souffre d’allergies respiratoires, son organisme provoque une réaction inflammatoire qui s’attaque à ses voies respiratoires supérieures (nez, bouche, pharynx, larynx), mais sans avoir de fièvre. L’enfant présente alors les symptômes d’allergies respiratoires décrits précédemment.

L’allergie n’est pas héréditaire, mais l’enfant peut avoir une prédisposition génétique. Il est fréquent que des parents ayant des allergies aient des enfants qui développeront à leur tour des allergies s’ils sont exposés à des allergènes.

Voici les principaux allergènes responsables des allergies respiratoires :

  • Pollens contenus dans les arbres, graminées (gazon) et herbe à poux
  • Moisissures
  • Pellicules d’animaux et certaines protéines de leur salive et de leur urine (chat, chien)
  • Mites de poussières (acariens)
  • Excréments d’insectes (ex. : coquerelles ou cafards)
  • Plumes

Rhinite allergique (rhume des foins)

Si les symptômes se manifestent toujours à la même période, on parle de rhinite allergique, aussi appelée rhinite saisonnière ou rhume des foins. La rhinite allergique est habituellement causée par le pollen de certaines herbes, de certains arbres ou du gazon.

Votre enfant peut être allergique au pollen d’une plante ou d’un arbre ou de plusieurs. Les symptômes se manifestent alors toujours à la saison où les plantes ou les arbres responsables de l’allergie sont en fleur et libèrent leur pollen dans l’air. Selon les plantes, cela peut se produire d’avril à juin (pollen des arbres), de mai à août (pollen des graminées) ou de juillet à octobre (pollen de l’herbe à poux).

La plupart du temps, la rhinite allergique est une maladie relativement sans danger, mais elle peut être associée à l’asthme ou à d’autres types de maladies allergiques. C’est pourquoi il est conseillé de voir un médecin si vous croyez que votre enfant en souffre. Une fois le diagnostic posé, il établira un plan de traitement approprié dans le but de soulager les symptômes allergiques de votre enfant et de prévenir les complications : sinusite, otite, etc.

Âge : Les allergies respiratoires sont rares durant la petite enfance et débutent généralement vers 4 ans. Elles touchent près de 40 % des enfants.
Durée de la maladie : Tant que l’enfant est exposé à l’allergène en cause.
Contagion : L’allergie respiratoire n’est pas contagieuse.

Comment traiter les allergies respiratoires?

Si votre enfant souffre d’allergies respiratoires, le médecin essayera d’abord de découvrir la substance à laquelle il est allergique. Il pourra ensuite vous recommander des moyens à prendre pour limiter l’exposition à la substance allergène.

Il pourra aussi vous conseiller de nettoyer régulièrement le nez de votre enfant avec de la solution saline. De même, il pourrait suggérer l’emploi d’un médicament en vente libre ou encore prescrire un médicament qui soulagera les symptômes de votre enfant (ex. : antihistaminique, corticostéroïde nasal). L’utilisation d’un décongestionnant est toutefois déconseillée.

Si toutes ces mesures sont inefficaces, un traitement de désensibilisation peut être pratiqué par un allergologue. Il consiste à injecter, pendant une période de 3 à 5 ans, des doses croissantes de la substance allergène afin que la personne allergique y devienne moins sensible. Ce traitement est particulièrement efficace dans le cas des enfants allergiques au pollen. Il peut aider à prévenir l’apparition de l’asthme chez un enfant qui souffre de rhinite allergique. Le traitement de désensibilisation aux allergies respiratoires est proposé aux enfants à partir de 5 ou 6 ans.

Les tests d’allergie
Lorsque les symptômes concordent avec la saison des pollens ou qu’ils font suite à une exposition précise (un contact avec un chat, par exemple), le diagnostic est généralement assez évident et les tests d’allergie sont alors peu utiles. Cependant, lorsque les symptômes surviennent hors saison ou tout au long de l’année, il peut être utile de faire ces tests pour mieux en cerner la cause. Ceux-ci sont généralement faits par un allergologue.

Soins et conseils pratiques

En cas d’allergie aux animaux

  • Évitez d’en avoir à la maison.
Avant de donner un médicament en vente libre contre les allergies à votre enfant, discutez-en avec son médecin ou le pharmacien. Ces médicaments peuvent avoir des effets indésirables chez les enfants.

En cas d’allergie aux acariens

  • Éliminez les poussières en passant souvent l’aspirateur et en évitant les tapis à la maison.
  • Placez des housses antiacariens sur le matelas, le sommier et l’oreiller de votre enfant.
  • Lavez les draps, les couvertures et les douillettes à l’eau chaude le plus souvent possible (idéalement toutes les deux semaines ou plus souvent).
  • Éliminez ou réduisez le nombre de peluches à une ou deux au maximum. Si vous en conservez, lavez-les à l’eau chaude chaque semaine.

En cas d’allergie au pollen

  • Gardez les portes et les fenêtres fermées durant les périodes où les plantes et les arbres dispersent le pollen auquel votre enfant est allergique.
  • Évitez de faire sécher les vêtements, les serviettes et la literie à l’extérieur.
  • Lorsque la concentration du pollen auquel votre enfant est allergique est élevée, administrez-lui un antihistaminique à longue durée d’action en vente libre avant d’aller dehors.
  • Autant que possible, employez un système de ventilation intérieure muni d’un filtre haute efficacité pour les particules de l’air (filtre HEPA).

Comment prévenir?

La seule façon de prévenir une allergie respiratoire est de limiter l’exposition à l’allergène en cause.

Serions-nous trop peu exposés aux microbes?
Le nombre de personnes souffrant d’allergies augmente dans l’ensemble des pays occidentaux. On ignore encore les causes précises de ce phénomène. Certains allergologues croient que le système immunitaire se met à réagir à des substances inoffensives parce qu’il est moins exposé qu’autrefois à divers virus, bactéries et parasites.
Des études indiquent, en effet, que les enfants qui fréquentent une garderie, qui ont des frères ou des soeurs, ou qui sont élevés sur une ferme courent moins de risques de souffrir d’allergies que ceux qui ne fréquentent pas de service de garde, qui sont enfants uniques ou qui vivent en ville. Bref, une exposition normale aux microbes pathogènes classiques pendant la petite enfance peut aider à avoir un système immunitaire sain. Les enfants qui en sont privés risquent de se mettre à réagir à des substances inoffensives en soi.

 

Naître et grandir

Révision scientifique : Dre Anne-Claude Bernard-Bonnin, pédiatre
Recherche et rédaction :Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Avril 2020

 

Ressources et références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • ASSOCIATION DES ALLERGOLOGUES ET IMMUNOLOGUES DU QUÉBEC. L’allergie aux pollens. allerg.qc.ca
  • ASSOCIATION DES ALLERGOLOGUES ET IMMUNOLOGUES DU QUÉBEC. L’allergie aux acariens. allerg.qc.ca
  • ASSOCIATION DES ALLERGOLOGUES ET IMMUNOLOGUES DU QUÉBEC. L’allergie aux moisissures. allerg.qc.ca
  • ASSOCIATION DES ALLERGOLOGUES ET IMMUNOLOGUES DU QUÉBEC. L’allergie aux animaux. allerg.qc.ca
  • ASSOCIATION PULMONAIRE DU QUÉBEC. Les allergies saisonnières et la désensibilisation aux aéroallergènes. 2019. pq.poumon.ca
  • CHU SAINTE-JUSTINE. Conseils aux parents pour l’enfant asthmatique et allergique aux pollens. Dépliant. 2010. www.chusj.org
  • DORÉ, Nicole et Danielle LE HÉNAFF. Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans, Guide pratique pour les mères et les pères. Institut national de santé publique du Québec, Québec. www.inspq.qc.ca
  • GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Rhinite saisonnière (rhume des foins). 2019. www.quebec.ca
  • KIDSHEALTH. Asthma Center. www.kidshealth.org
  • MAYO CLINIC. Hay fever. Mars 2019. www.mayoclinic.org
  • OJWANG, V. et autres. « Early exposure to cats, dogs and farm animals and the risk of childhood asthma and allergy », Pediatric Allergy and Immunology, vol. 31, no 3, avril 2020, p. 265-272. www.ncbi.nlm.nih.gov
  • WISE, S.K. et autres. « International Consensus Statement on Allergy and Rhinology: Allergic Rhinitis », International Forum of Allergy & Rhinology, vol. 8, no 2, février 2018, p. 108-352. www.ncbi.nlm.nih.gov

Partager

À lire aussi