Les enfants et le lait

Les enfants et le lait
Voici des réponses aux questions les plus courantes sur le lait.


Le lait est un aliment nourrissant qui peut faire partie d’une alimentation équilibrée. Voici des réponses aux questions les plus courantes sur le lait.

À partir de quel âge un bébé peut-il boire du lait?

Au Canada, les pédiatres et les nutritionnistes jugent qu’un enfant peut commencer à boire du lait de vache à partir de l’âge de 9 mois, à condition qu’il ait un menu varié et qu’il mange suffisamment d’aliments riches en fer. Cela signifie qu’il doit manger au moins deux fois par jour des aliments riches en fer comme des céréales pour bébés, de la viande, du tofu, des oeufs et des lentilles.

Manger des aliments riches en fer est important avant de boire du lait de vache, car celui-ci est pauvre en fer. De plus, le lait de vache peut irriter le fragile intestin du bébé et ainsi provoquer des saignements, ce qui fait perdre du fer.

Mieux vaut donc attendre l’âge de 12 mois si l’alimentation du bébé manque de fer ou que la situation se corrige avant de lui offrir du lait de vache. Le bébé peut tout de même consommer de petites quantités de lait de vache présentes dans des aliments préparés maison, comme dans une sauce béchamel, des muffins, un dessert au lait à l’occasion, etc.

Pour les enfants allaités, le lait de vache n’est pas nécessaire s’ils boivent suffisamment de lait maternel. Dans ce cas, il est important de leur donner un supplément de vitamine D, car le lait maternel n’en contient pas.

Quels sont les éléments nutritifs contenus dans le lait?

Le lait de vache est composé de plus de 15 éléments nutritifs qui permettent d’assurer le bon fonctionnement de l’organisme de l’enfant. Parmi les nombreux nutriments entrant dans la composition du lait se trouvent principalement le calcium, la vitamine D et les protéines.

Le calcium

Le calcium est, de tous les minéraux, celui qui se trouve en plus grande quantité dans l’organisme. Presque la totalité du calcium contenu dans notre corps est emmagasinée dans notre squelette (nos os). C’est d’ailleurs le calcium qui donne aux os leur force ainsi que leur rigidité. Le calcium est aussi très concentré dans nos dents. Le corps humain ne peut toutefois pas en fabriquer.

Une alimentation riche en calcium est essentielle pour les enfants, car leurs os sont en période de croissance et de développement. Si un enfant ne consomme pas assez de calcium, son organisme ira puiser dans ses réserves, affaiblissant ainsi ses os. Ils risquent alors d’être plus vulnérables aux fractures.

La vitamine D

La vitamine D joue un rôle essentiel dans l’absorption du calcium par l’organisme. Cette vitamine est aussi connue sous le nom de « vitamine soleil », car elle est produite par la peau lorsque celle-ci est exposée au soleil. Comme le lait est toujours enrichi en vitamine D, il constitue une excellente source de vitamine soleil.

Une exposition au soleil de 10 à 15 minutes permet à un enfant de produire assez de vitamine D pour combler ses besoins quotidiens. L’application de crème solaire empêche toutefois la production de vitamine D par la peau. De plus, cette production de vitamine D est impossible d’octobre à avril au Canada, car l’ensoleillement et la puissance des rayons solaires sont alors insuffisants.

Les protéines

Les protéines sont dans toutes les cellules du corps. Elles fournissent des matériaux de construction à la peau, aux muscles, aux os, aux cheveux et au sang. Elles participent à leur formation et à leur réparation lorsqu’il y a des dommages. Certaines protéines jouent le rôle d’enzymes, d’anticorps ou d’hormones. Elles jouent ainsi plusieurs rôles dans le corps, notamment celui d’aider à lutter contre les infections.

Comme leur digestion prend un certain temps, les protéines aident à se sentir rassasié. Pour qu’un enfant n’ait pas faim rapidement après avoir mangé, un aliment qui renferme des protéines devrait lui être offert à tous les repas et à toutes les collations. En plus d’être présentes dans le lait, les protéines se trouvent aussi, entre autres, dans la viande, le poisson, les légumineuses, le tofu, les oeufs, les noix et les graines.

Le lait peut-il être remplacé par des suppléments de calcium et de vitamine D?
Le calcium et la vitamine D contenus dans le lait possèdent une meilleure capacité à être absorbés et utilisés par l’organisme de votre enfant que ceux contenus dans les suppléments. De plus, le lait fournit plusieurs autres nutriments essentiels aux os et aux dents de votre enfant, comme la vitamine A, le phosphore et le magnésium.

Quel type de lait de vache mon enfant doit-il boire?

Les enfants ont-ils absolument besoin de lait?

Le lait le mieux adapté aux besoins de votre enfant est le lait entier (lait 3,25 % de matières grasses). Il fournit des matières grasses essentielles à sa croissance et au bon développement de son cerveau et de ses yeux. Il est aussi une meilleure source d’énergie que les autres types de lait, ce qui est utile pour combler les besoins énergétiques élevés de votre enfant malgré la petite taille de son estomac.

Vous pouvez offrir du lait entier à votre enfant tant qu’il l’apprécie. La transition vers le lait 2 % est déconseillée avant l’âge de 2 ans. Elle se fait habituellement entre 2 et 5 ans, lorsque vous êtes assuré que votre enfant grandit bien et que vous souhaitez acheter une seule sorte de lait pour toute la famille.

Quelle quantité de lait dois-je donner à mon enfant?

Il est recommandé que votre enfant boive au moins 500 ml (2 tasses) de lait par jour. S’il est âgé entre 1 et 3 ans, une telle consommation comble entièrement ses besoins en calcium et le tiers de ses besoins en vitamine D.

Si votre enfant est âgé de 4 à 8 ans, ses besoins en calcium sont un peu plus grands. Vous pouvez lui donner une quantité additionnelle de lait. Des aliments comme le fromage, le yogourt, le poisson en conserve, le chou, le brocoli, les amandes et les légumineuses fournissent eux aussi un apport en calcium.

Le yogourt enrichi de vitamine D, les oeufs et les poissons gras, notamment, aideront à combler ses besoins en vitamine soleil.

Si votre enfant aime beaucoup le lait, ne lui en donnez pas plus de 750 ml par jour afin d’éviter qu’il prenne la place d’autres aliments. Comme le lait est riche en protéines et en minéraux, mais pas en fer, boire trop de lait peut notamment nuire à l’appétit, et donc à la variété alimentaire, ainsi qu’à l’apport en fer ou à son absorption.

Le lait cause-t-il la constipation?
Le lait de vache est parfois accusé de causer la constipation. Or, aucun aliment ne cause la constipation. C’est plutôt le manque de certains éléments nutritifs qui peut être la source de ce problème (comme un manque de fibres ou d’eau). Si un enfant boit beaucoup de lait, il peut ne plus avoir faim pour des aliments riches en fibres, ce qui peut en effet être problématique. Une intolérance au lactose peut aussi causer de la constipation.

Faut-il que j’encourage mon enfant à boire du lait?

Une mère et sa fille boivent du lait.

Si votre enfant refuse de boire du lait, ne vous inquiétez pas. Premièrement parce qu’il changera peut-être d’idée bientôt! Et deuxièmement parce qu’il peut grandir et se développer normalement sans lait.

En effet, le lait est comme les autres aliments : il est nourrissant, mais non essentiel. Il est toutefois important de vous assurer que votre enfant mange tous les jours des aliments riches en calcium, en vitamine D, en matières grasses et autres éléments nutritifs présents dans le lait.

Évitez de forcer votre enfant à boire du lait, car cela pourrait l’amener à le repousser encore plus. C’est vrai avec tous les aliments : forcer est contre-productif.

Astuces à essayer pour lui donner ou lui redonner le goût de boire du lait

  • Servez à votre tout-petit de petites portions de lait et n’insistez pas pour qu’il les boive.
  • Laissez votre enfant verser lui-même sa portion de lait dans son verre à l’aide d’un petit pichet.
  • Offrez-lui du lait pendant les repas.
  • Donnez l’exemple en buvant vous-même du lait.
  • Aromatisez le lait avec des fruits frais ou surgelés (lait frappé) ou en y ajoutant des extraits purs de vanille ou d’amande, ou encore un peu de cannelle ou de muscade.
  • Ajoutez une plus grande quantité de lait à ses céréales ou préparez ses céréales chaudes (ex. : gruau) avec du lait plutôt qu’avec de l’eau.
  • Servez à votre tout-petit des préparations culinaires à base de lait telles que des soupes crémeuses, des sauces béchamel ainsi que des desserts au lait (ex. : poudings au riz ou au tapioca).

Si votre tout-petit n’aime pas le lait, consultez notre fiche L’enfant qui n’aime pas le lait.

Par quoi peut-on remplacer le lait?

Si votre tout-petit ne boit pas de lait, vous pouvez lui donner à la place de la boisson de soya enrichie. Comme le lait, elle contient du calcium et de la vitamine D. Elle renferme toutefois moins de gras que le lait, même si vous choisissez la boisson de soya ordinaire (et non celle faible en gras). Pour cette raison, cette boisson n’est pas recommandée pour un enfant de moins de 2 ans, sauf s’il ne boit pas de lait.

Quant aux boissons de riz, d’amande, d’avoine et de chanvre, elles sont moins riches en protéines que le lait de vache et la boisson de soya. Elles sont donc moins nourrissantes. Certains de ces « substituts » de lait sont également pauvres en matières grasses et ne sont pas enrichis en nutriments (calcium et vitamine D, notamment).

Pour ces raisons, les boissons de riz, d’amande, d’avoine et de chanvre ne sont pas appropriées pour les enfants de moins de 2 ans. Après cet âge, elles peuvent être offertes à l’occasion pour varier l’alimentation d’un enfant, lui faire découvrir de nouveaux aliments et contribuer à son hydratation. Ces boissons ne peuvent toutefois pas remplacer le lait ou la boisson de soya.

Le lait de chèvre fournit presque les mêmes éléments nutritifs que celui de vache. Il peut donc remplacer le lait de vache sans problème.

Le lait peut-il être remplacé par d’autres produits laitiers?

Tous les produits laitiers contiennent des quantités variables de calcium. Toutefois, ils ne renferment pas tous de la vitamine D, car l’ajout de cette vitamine n’est obligatoire que pour le lait. C’est pour cette raison que le lait constitue le produit laitier par excellence. Même si cela n’est pas obligatoire, certains produits laitiers, surtout des yogourts, sont enrichis de vitamine D.

Lorsque vous offrez du yogourt à votre enfant, privilégiez un yogourt nature enrichi en vitamine D et contenant au moins 3,25 % de matières grasses. Pour l’aromatiser, vous pouvez y ajouter de la purée de fruits ou des morceaux de fruits frais ou surgelés. Les yogourts contenant un substitut de sucre sont à éviter, car ils habituent votre enfant au goût sucré sans lui fournir d’éléments nutritifs.

Que faire si mon enfant a une intolérance au lactose?

Le lactose est le sucre naturellement contenu dans le lait. Si votre enfant a une intolérance au lactose, il ne possède pas assez de lactase, un enzyme essentiel à la digestion du lactose. En général, les enfants intolérants au lactose peuvent tout de même tolérer environ 250 ml de lait par jour, répartis en petites portions et consommés avec d’autres aliments. Vous pouvez compléter avec du lait sans lactose.

Vous pouvez aussi vous procurer des enzymes sous forme de gouttes. Ces gouttes, ajoutées au lait selon les quantités spécifiées, suppriment presque totalement le lactose. Vous pouvez aussi offrir de la boisson de soya enrichie à votre enfant puisque celle-ci ne contient pas de lactose. Mais comme cette boisson végétale est moins riche en gras que le lait entier, elle convient moins bien avant l’âge de 2 ans.

Allergie au lait et intolérance au lactose : à ne pas confondre!
La sensibilité ou l’allergie aux protéines de lait est une réaction anormale du système immunitaire aux protéines de lait de vache dans les préparations pour nourrissons. Les symptômes, principalement digestifs, se manifestent au cours des premiers mois de vie. La plupart des nourrissons allergiques aux protéines de lait perdent cette sensibilité vers 2 ou 3 ans. Si votre enfant est allergique aux protéines du lait, sachez que le retrait du lactose ne réduit aucunement le potentiel allergique du lait. Pour en savoir plus, consultez notre fiche L’allergie au lait chez l’enfant.

 

À retenir

  • On peut introduire le lait de vache entre l’âge de 9 et 12 mois.
  • Ne pas dépasser 750 ml de lait par jour.
  • Si l’enfant n’aime pas le lait, il ne faut pas le forcer. Il est alors préférable de cuisiner des recettes qui contiennent du lait et de lui donner d’autres aliments pour combler ses besoins nutritionnels.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Stéphanie Côté, M. Sc., nutritionniste
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Novembre 2018

 

Photos : 123rf.com/otnaydur et GettyImages/Sirikornt

 

Ressources et références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • AGOSTONI C. et D. TURCK. « Is cow’s milk harmful to a child’s health? », Journal of Pediatric Gastroenterology and Nutrition, vol. 53, no 6, décembre 2011, p. 594-600.
  • AMERICAN ACADEMY OF PEDIATRICS. Why Formula Instead of Cow’s Milk? 12 juillet 2018. www.healthychildren.org
  • DORÉ, Nicole et Danielle LE HÉNAFF. Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans, Guide pratique pour les mères et les pères. Institut national de santé publique du Québec, Québec. www.inspq.qc.ca
  • EXTENSO. Mon enfant ne boit pas de lait, quoi faire? 29 novembre 2016, www.extenso.org
  • ONTARIO SOCIETY OF NUTRITION PROFESSIONALS IN PUBLIC HEALTH. Pediatric Nutrition Guidelines (Birth to Six Years) for Health Professionals. Novembre 2014. www.ocfp.on.ca
  • SOCIÉTÉ CANADIENNE DE PÉDIATRIE. La nutrition du nourrisson né à terme et en santé, de six à 24 mois : un aperçu. 30 janvier 2017. www.cps.ca
  • SOCIÉTÉ CANADIENNE DE PÉDIATRIE. Les diététistes et les pédiatres incitent les parents à faire preuve de prudence en ce qui concerne les boissons à base de plantes. 7 novembre 2017. www.cps.ca

À lire aussi