Un bébé doit-il absolument être mis sur le ventre?

Un bébé doit-il absolument être mis sur le ventre?
Par Kathleen Couillard, Journaliste scientifique
13 octobre 2016
Certains experts s’interrogent sur l’utilité de mettre un bébé sur le ventre lorsqu’il est éveillé.

Depuis la campagne Dodo sur le dos, certains professionnels s’inquiètent devant l’augmentation des cas de bébés avec la tête plate. C’est l’une des raisons pour lesquelles la plupart d’entre eux recommandent de mettre le bébé sur le ventre lorsqu’il est éveillé. La position sur le ventre aurait aussi des avantages pour le développement du nourrisson. Cependant, certains experts s’interrogent sur l’utilité réelle de cette recommandation.

Le Regroupement des centres de la petite enfance de la Montérégie distribue d’ailleurs un document intitulé « Mettre les nourrissons sur le ventre : nécessité ou obstacle dans le processus de développement? ». L’article, écrit par la pédiatre hongroise Judit Falk, développe l’hypothèse selon laquelle la position sur le ventre n’est pas nécessaire pour le nourrisson et pourrait même avoir des effets négatifs.

Selon la pédiatre :

  • La prévention de la tête plate peut se faire aussi sur le dos en s’assurant que l’enfant a une bonne liberté de mouvement et en l’encourageant à bouger sa tête grâce à des jouets ou des objets qui attirent son attention.
  • Les enfants qui ne sont pas mis sur le ventre mettent effectivement plus de temps à se tourner du ventre au dos, à s’appuyer sur leurs bras en position assise, à marcher à quatre pattes et à se tenir debout en s’agrippant. Cependant, Judit Falk croit qu’il ne s’agit pas de réels retards de développement et que ces étapes auraient une importance seulement culturelle.
  • La position sur le ventre diminue les mouvements possibles pour les hanches, les jambes, les bras et la tête, ce qui pourrait nuire à leur développement.
  • Les enfants sur le ventre manquent des occasions de contacts humains puisqu’il est plus difficile d’observer les gens dans cette position.

Judit Falk conclut donc que le fait d’« être sur le ventre prive le nouveau-né et le nourrisson d’expériences importantes nécessaires à leur développement psychomoteur, intellectuel et émotionnel ». Elle croit que le bébé doit découvrir la position ventrale quand il sera prêt, c’est-à-dire après l’âge de 6 mois. Cette façon de voir les choses repose sur le concept de la motricité libre selon lequel un bébé doit être entièrement libre de ses mouvements. Il ne doit pas non plus être placé par un adulte dans une position qu’il n’a pas lui-même déjà découverte.

L’avis d’une ergothérapeute

Sonya Côté, ergothérapeute, pense pour sa part qu’il ne faut pas laisser tomber la position sur le ventre trop rapidement. « L’article donne l’impression qu’on recommande de mettre le bébé sur le ventre en tout temps lorsqu’il est éveillé, souligne Sonya Côté. La Société canadienne de pédiatrie parle plutôt de mettre les enfants sur le ventre pendant 10 à 15 minutes, 3 fois par jour. »

L’ergothérapeute admet qu’il serait inconfortable pour un bébé d’être toujours sur le ventre et qu’il aurait une seule perspective du monde. Toutefois, un bébé qui passe toutes ses journées sur le dos est aussi privé de stimulations importantes. « La position sur le ventre permet plein de choses, ajoute-t-elle. Elle permet de renforcer les muscles du cou et des bras, mais aussi de favoriser le développement visuel. Quand l’enfant commence à ramper, cette position lui permet de développer la coordination des deux côtés de son corps. »

De plus, le fait de franchir ces étapes importantes en bas âge aura des répercussions plus tard à l’école. « Par exemple, avoir les muscles du cou bien développés aidera à la position d’écoute, insiste Sonya Côté. L’enfant n’aura alors pas besoin de tenir sa tête avec sa main quand il écrit, ce qui lui permettra d’utiliser cette main pour bien tenir la feuille. » Par ailleurs, quand l’enfant apprend à se tourner du ventre vers le dos, il apprend aussi que chaque partie du corps peut bouger indépendamment des autres, ajoute-t-elle. C’est ce qui lui permettra de tourner la tête sans tourner tout son corps ou de bouger uniquement son bras, sa main et ses doigts lorsqu’il veut écrire.

À partir de quel âge?

Doit-on mettre un bébé sur le ventre dès les premiers jours de vie? Pour l’instant, la recherche ne permet pas de se prononcer. « Ma recommandation, qui est clinique et non pas scientifique, c’est à partir du 2e mois, mentionne Sonya Côté. À cet âge, puisque le bébé commence à s’intéresser au monde, il peut retirer beaucoup de bienfaits de se retrouver dans une autre perspective que la position sur le dos. »

Certains bébés sont toutefois réticents à être mis dans cette position. « Dans la plupart des cas, les bébés n’aiment pas être sur le ventre parce qu’ils doivent travailler très fort avec les muscles de leur cou, explique Sonya Côté. Certains enfants ont aussi une plus grande sensibilité au ventre et ressentent alors une certaine douleur. Il faut donc leur laisser le temps de se désensibiliser. »

En fait, selon l’ergothérapeute, le secret est d’introduire la position sur le ventre graduellement. « Au début, 15 minutes, c’est très long, admet-elle. On peut donc commencer par 1 ou 2 minutes à la fois. Le parent peut ensuite réessayer une autre minute, un peu plus tard dans la journée. En bref, ce qui est important, c’est de varier les positions et d’offrir des occasions de stimulations différentes. »


Kathleen Couillard est aussi l’auteure du blogue  Maman Éprouvette.

Photo : iStock.com/MihaPater

Kathleen Couillard, Journaliste scientifique
D'abord microbiologiste, je suis maintenant journaliste scientifique et maman. Je concilie donc, pour mon plus grand plaisir, science et maternité.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (17)

  1. femmeetmère 13 octobre 2016 à 13 h 06 min
    pour moi les débats "pour" ou "contre" telle ou telle position ne sont pas le sujet en fait. Un nouveau-né n'a PAS de position qu'il a découverte SEUL puisqu'un bébé seul... ça n'existe pas! Un bébé est toujours posé par quelqu'un qui prend soin de lui, dès la naissance, que ce soit sur le dos, sur le ventre, sur le côté, en boule, sur un plan dur, sur un plan mou, sur un coussin, sur un adulte, dans un hamac etc... Il est donc illusoire et faux de parler de "position que l'enfant prendrait quand il sera prêt" de manière absolue. A moins de trouver une manière de suspendre les enfants en position foetale en l'air sans contact avec aucun plan et de voir ce qui se passerait ^^ ils seront de toute façon posés. La question peut être: "posés sur quoi? (ou sur qui?)" Un humain est fait pour bouger et se développe en bougeant. Les études qui ont découvert le Biological Nurtering décrivent le bébé en position "à plat ventre" ou ce qui peut y ressembler, sur le ventre de sa mère. Là il aura un comportement moteur et relationnel bien plus riche que sur n'importe quel autre support dans n'importe quelle autre position sur n'importe quel autre support. Quand on sait qu'un nouveau-né a un besoin vital de proximité physique avec ses donneurs de soin, classiquement sa mère, et de mouvement, l'idéal positionnel pourrait donc être envisagé sous l'angle du support de position, plus que sur la position elle-même. Et on peut penser que la variété des positions sera bien plus bénéfique à l'enfant qu'une seule exclusive ou quasi-exclusive. Poser l'enfant sur un adulte donc, lui-même dans différentes positions: debout (avec un porte-bébé adapté pour l'enfant), semi-allongé avec un bébé en position à plat ventre, en boule semi-assis, en boule assis (sur le flanc de l'adulte), sur le dos etc... Si on observe les parents de nouveau-né, c'est ce qu'ils font spontanément, surtout lorsqu'il y a allaitement. De lui-même, en grandissant, le nourrisson posé sur son parent va se déplacer (déjà dès la naissance alors qu'il ne va pas le faire sur un autre support!), jouer avec différentes parties de l'anatomie parentale, de ses habits, glisser sur le côté, expérimenter le volume de l’adulte, son propre volume, la pesanteur à son rythme tout en restant en sécurité en contact avec l'adulte. C'est en réaction à la pesanteur que les muscles se développent. Pour un développement harmonieux de tous les muscles l'enfant aura besoin de stimulations de la pesanteur sur tous ses muscles, dans toutes les positions. La "motricité libre" gagnerait à s'assouplir un peu pour regarder un peu plus la physiologie du bébé qui est un être vivant de relation. Il n' y a rien qui puisse affirmer qu'il faille poser un bébé exclusivement sur le dos par rapport à le poser exclusivement sur le ventre lorsqu'il est éveillé, ni même qu'il faille lui éviter la position verticale avant qu'il ne sache s'y mettre seul. Il est souvent en position verticale lorsqu'on le transporte d'un endroit à un autre, ou lorsqu'on l'allaite parfois, certains nourrissons ont BESOIN de la position verticale pour diverses raisons physiques, sensorielles ou peut-être psychologiques qui leur appartiennent, comme dans le cadre de reflux gastro-oesophagien par exemple ou certains bébés qui manifestent leur désaccord lorsqu'on les allonge par rapport à lorsqu'on les laisse verticaux, portés ou posés). Il y a par contre beaucoup qui montre qu'il "faille" (ou qu’ « il est bon de ») le poser sur un adulte donneur de soin plutôt que sur plan dur, propre et sec, ce qui ne se trouve pas naturellement facilement :-), et dans des positions variées pour ensuite le laisser évoluer spontanément ou "spontanément en lien avec les besoins de ses parents-adultes-donneurs-de-soin"", c’est-à-dire au rythme qui leur convient ensemble. Ou plus exactement, de même qu'il n'y a pas UN type d'enfant et encore moins L'enfant tout court, LES enfants, CHAQUE enfant aura ses besoins propres en lien avec ceux de ses parents-donneurs-de-soin. La position "à plat ventre" (qui n'est pas plate) sur le ventre/torse de son parent lui-même en position semi-allongée paraît idéale pour un nouveau-né et nourrisson, et que la variété des supports et des positions sera bien plus bénéfique qu'une seule et même position sur un seul type de support pour "un bon développement physique, psychomoteur, intellectuel et relationnel". http://www.biologicalnurturing.com/
  2. Kathleen Couillard 13 octobre 2016 à 15 h 38 min
    Merci pour ces informations sur le Biological Nurturing, une approche bien connue du milieu de l'allaitement. En effet, le bébé humain est plutôt limité dans ces mouvements à la naissance et dépend complètement de l'adulte. J'avoue ne pas être une spécialiste de la motricité libre, mais je crois que l'idée n'est pas tant de laisser le bébé se positionner seul (ce qui est difficile dans les premières semaines) que d'éviter de le forcer à adopter une position qui ne lui convient pas encore en raison de son âge.
  3. femmeetmère 14 octobre 2016 à 03 h 54 min
    oui, j'adhère bien à l'idée de de ne pas entraver la motricité et son développement par du matériel par exemple. Mais ce qui me chiffonne dans ce que j'ai pu lire sur la motricité libre c'est cette position sur le dos de départ indiquée partout. Ca ne me paraît pas approprié du tout et je ne vois pas sur quoi la recommandation de poser bb sur le dos est plus fondée que celle de le poser sur le ventre quand il est réveillé. En tant que rééducatrice j'ai pu constater la grande variété des chemins empruntés par les enfants pour leur développement moteur, et ceux-ci dépendant aussi de la ou les positions dans lesquels ils ont été posés. Uniquement sur le dos, pour un bb au développement "normal" sera compensé et ne lui posera peut-être pas trop de problème visible à "l'oeil nu" (l'étude qui retrouve un plus faible tonus musculaire plus grand m'intéresse fortement, j'irai voir :-) ). Mais pour n'importe quel bb avec un tonus un peu différent ou avec un chemin de développement un peu particulier - ce que l'on ne peut que constater plusieurs mois ou années après sa naissance, et il y en a pas mal au final - ne le poser que sur le dos me paraît vraiment une entrave à son développement. La plus grosse force qui va être facilitatrice ou freinatrice du développement que rencontre l'enfant, comme l'adulte, c'est la pesanteur. Sa position de référence est la position foetale, la position "boule" et un bb sur le dos c'est comme une coccinelle ou une tortue sur le dos: il est bloqué. Et lorsque son énergie diminue la pesanteur force l'écartement de ses membres. C'est contre sa position de référence, contre la position de "stabilité motrice" décrite dans la théorie synactive (théorie développée pour les prématurés mais que l'on peut comprendre et extrapoler à d'autres âges et périodes de vie à énergie limite). Bref, je vous remercie pour votre article, je suis vraiment surprise qu'un-e pédiatre puisse réellement recommander de mettre les bébés en situation de dépendance complète non physiologique lorsqu'il est éveillé, sur le dos, ouvert à la pesanteur ce qui renforce ses muscles de fermeture et non d'ouverture s'il a un tonus normal, ou ce qui stimule ses muscles extenseurs lorsqu'ils sont déjà en surstimulation lors d'un déséquilibre de tonus. Une recommandation s'applique à tous, bébés "bien portants" et bébés avec une particularité de développement que l'on ne connaît pas encore à l'âge d'application de la recommandation et celle-ci me choque. Un bébé libre de tout matériel entravant oui, un bébé seul sur le dos en permanence non. CE bébé dans les positions qui lui conviennent en les variant dans la journée selon les circonstances et les besoins de ses donneurs de soin oui :-). Sur le dos ET sur le ventre ET sur le côté ET sur l'adulte ET...selon la créativité relationnelle des couples adulte-bébé :-).
  4. Catherine 13 octobre 2016 à 14 h 28 min
    Honnêtement, sur mes 3 enfants seul mon garçon a aimé la position sur le ventre. Il a pas marché bien bien plus vite que sa soeur... (Grande, marche a 17 mois, garçon 16 mois). Puis, voyons donc dire que un enfant qui a été posé sur le ventre bébé va mieux tenir sa tête à l'école là... Voyons... ils sont rendu à 5 ans à l'école, ils ont le temps de bien la tenir. Ici mes 3 enfants se tenaient la tête quasi à la naissance... Ils étaient fort de cette partie du corps, moins des jambes, sont fait comme ça... Mais j'ai jamais vu ni entendu d'enfant du préscolaire qui se tiennent pas la tête... Voyons ils le font depuis l'âge de 3 mois, alors jusqu'à 5 ans ils ont le temps en masse de se renforcir les muscles là! Même mon gars de 3 ans et demi qui est hyperlaxe y arrive, il ne s'appuie pas sur ses mains pour se tenir la tête... Moi je dis que le parent fait ce qu'il pense le mieux pour son enfant. Mes 2 filles ont détesté le ventre, mon gars détestait la position sur le dos... Ils sont différents. Et vous savez quoi? Mon garçon qui faisait QUASIMENT jamais de position sur le dos est le seul a avoir eu un peu la tête plate (sans recours au casque c'était très léger), mes 2 filles ont eu la tête ronde ronde ronde, malgré le "pas de position ventrale". Alors parents, faites ce qui vous semble le mieux pour votre enfant...
  5. Kathleen Couillard 13 octobre 2016 à 15 h 32 min
    Vous avez raison que pour la majorité des enfants, les muscles du cou pourront être renforcés grâce à d’autres types d’exercices. Cependant, si l’enfant ne reçoit pas assez de stimulation en général, tous ces manques peuvent s’accumuler et causer un problème à l’âge scolaire. Selon Mme Côté, les ergothérapeutes, comme elle, rencontrent souvent des enfants ayant les muscles du cou peu développés. Faire des exercices sur le ventre est alors une bonne façon de les aider même s’ils sont plus vieux.
  6. Soso 13 octobre 2016 à 14 h 51 min
    Catherine: Mon garçon de 2 ans est aussi hyperlaxe. Parfois on dirait qu'il est un peu comme un mollusque, il est tout mou mais il marche et court sans problème. Sa tête toutefois il ne la tient pas tout à fait droite, un peu penchée mais on a travaillé fort depuis sa naissance. Votre garçon a-t-il mis des orthèses aux pieds ou autres? Merci!
  7. Physio 13 octobre 2016 à 16 h 41 min
    Je suis vraiment outré que naître et grandir puissent publier un tel article les fait sont fondés sur aucune évidence et vont à l'encontre de santé Canada et l'association pédiatrique svp ne pas prendre en considération maman pour la vie à publier un excellent article. Je suis vraiment déçu un site que j'affectionnait c'est vraiment dommage de donner des informations erronées à la populations surtout les professionnels.
  8. Kathleen Couillard 13 octobre 2016 à 17 h 42 min
    Les informations contenues dans ce billet sont tout à fait conformes aux recommandations canadiennes. Je cite d’ailleurs la Société canadienne de pédiatrie qui écrit explicitement dans son document sur la prévention de la plagiocéphalie que « la position sur le ventre pendant les périodes d’éveil, de dix à 15 minutes au moins trois fois par jour, réduit l’apparition de plagiocéphalie ». http://www.cps.ca/fr/documents/position/plagiocephalie-positionnelle Par ailleurs, Santé Canada fait pour sa part la recommandation suivante : « Placez votre bébé sur le ventre 2-3 fois par jour, peu après sa naissance. Augmentez lentement le temps dans cette position de 1 minute à chaque fois jusqu’à ce qu’il puisse bien tenir sa tête, habituellement vers l’âge de 3-4 mois ». http://www.phac-aspc.gc.ca/hp-ps/dca-dea/stages-etapes/childhood-enfance_0-2/sids/ssb_brochure-fra.php J’imagine donc que vous êtes en désaccord avec la position de la pédiatre Judit Falk. J’ai choisi d’aborder ce sujet parce que plusieurs lecteurs ont contacté Naître et grandir à propos du document publié par le Regroupement des centres de la petite enfance de la Montérégie. J’ai voulu résumer quelle était cette position et permettre à une ergothérapeute de donner son avis sur l’approche qu’est la motricité libre.
  9. Physio 14 octobre 2016 à 07 h 14 min
    Merci pour votre réponse en effet ce que vous dites dans bottes réponses est vrai mais vous ne l'aviez pas dog dans votre billet et en effet je suis en désaccord avec la pédiatre et la prochaine fois je vous conseille de contacter un physiothérapeute spécialisé en pédiatrie ce sont eux les spécialistes du développement moteur global de l'enfant. De plus,les informations que vous avez envoyé aurait dû apparaître dans votre billet car sa laisse présager des informations erronées Merci bien à vous je sais que ce n'est pas évidents quand on publie dès message qui ont à l'encontre des messages public.
  10. Kathleen Couillard 14 octobre 2016 à 07 h 53 min
    Les recommandations de la Société canadienne de pédiatrie sont bel et bien mentionnées dans le texte. Je vous invite à relire le premier paragraphe de la section « L’avis d’une ergothérapeute ». Mme Côté les cite très clairement. Par ailleurs, la fin de l’article résume assez bien la position de Santé Canada, c’est-à-dire de mettre l’enfant sur le ventre graduellement, une minute à la fois. Enfin, j’ai contacté des physiothérapeutes du CHU Ste-Justine dans la préparation de cet article, mais celles-ci n’étaient pas disponibles pour une entrevue à ce sujet. Je tiens toutefois à mentionner que les ergothérapeutes ont également une expertise pertinente en développement moteur de l’enfant, d’où l’intérêt d’entendre aussi leur point de vue.
  11. Chiro pédiatrique 14 octobre 2016 à 08 h 49 min
    Je suis d'accord avec vous, cet article porte à confusion. Il est intéressant de partager des informations qui portent à réflexion, mais si on se fie aux commentaires sur Facebook, le message perçu est: "ne mettez jamais votre enfant sur le ventre, celà ne sert à rien!". Bien que votre article montre les deux opinions et que celui favorisant la position sur le ventre à plus de validité scientifique, le message est mal perçu... Merci!
  12. Naître et grandir 14 octobre 2016 à 09 h 12 min
    Nous avons aussi une fiche sur la position sur le ventre: http://naitreetgrandir.com/fr/etape/0_12_mois/developpement/fiche.aspx?doc=position-sur-ventre-bebe Par ce billet de blogue, nous avons voulu aborder un sujet qui suscite des questions auprès de parents et d'intervenants de la petite enfance. Nous croyons que les tout-petits sont gagnants sur tous les plans lorsque leurs parents ont accès à la meilleure information scientifique qui soit, tant sur la façon d’éduquer un enfant que sur sa santé et son développement.

    Nous trouvons qu'il est préférable de répondre à ce genre de questionnements que de ne pas y répondre de peur de décevoir. Nous croyons aussi que dans un monde où l'information est maintenant accessible à tous, il est préférable de donner les "deux côtés de la médaille" comme notre journaliste l'a très bien fait. Nous considérons aussi que l’ergothérapeute Sonya Côté, qui est clinicienne en ergothérapie depuis plus de 20 ans, avait l’expertise nécessaire pour répondre aux questions de notre journaliste.
  13. Annie 15 octobre 2016 à 20 h 10 min
    Tellement d'accord!!! J'en suis également abasourdie!
  14. Sarah 26 octobre 2016 à 21 h 30 min
    Le médecin de mon bébé m'a parlé d'un débat dans le monde médical à ce propos. Nous l'avons rencontré la semaine passée. :)
  15. Marie-Philippe 14 octobre 2016 à 21 h 33 min
    J'hésite beaucoup à mettre mon bébé sur le ventre car même si elle tient sa tête avec aisance maintenant (donc elle a plus de facilité à tenir la position), cela l'a fait régurgiter à coup sûr. Pas très agréable pour elle.
  16. Annie 15 octobre 2016 à 20 h 12 min
    On peut alors éviter la position complètement horizontale et favoriser un angle qui mettra la tête légèrement plus élevée que les pieds. Il y aura alors moins de pression sur le ventre.
  17. isambert francine 23 novembre 2016 à 10 h 41 min
    Les bébés ont un besoin physiologique d'être portés dans une écharpe dans une position "grenouille" pour respecter son développement physique et moteur. Il peut s'éveiller en toute sécurité contre sa mère ou son père, il est au cœur de la vie de la famille, de la société. Il n'y a pas à se poser la question s'il faut le mettre sur le ventre ou non ! en plus cela calme les pleurs, facilite la digestion, éveille tous les sens ....... Et c'est une prévention de la plagiocéphalie (la tête plate).