Aimer son corps, ça s’apprend aussi!

Aimer son corps, ça s’apprend aussi!
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
11 mars 2015

Un carré bleu, A comme Adrien, B comme Bouchard, 1, 2, 3, 4, 5… Les formes, les couleurs, les lettres, les chiffres : on enseigne toutes sortes de petites choses de base à nos enfants dès leur plus jeune âge. Il y a une autre chose importante à leur enseigner aussi : que leur corps est leur ami. Doit-on leur apprendre cela avant même l’âge de 5 ans? Oh que oui! Parce que de trop nombreux enfants n’aiment pas leur corps.

L’organisme américain Common Sense Media a récemment publié un rapport qui nous apprend que des enfants sont insatisfaits de leur corps dès l’âge de 5 ans! On y apprend aussi que le tiers des garçons et plus de la moitié des petites filles de 6 ans croient qu’ils devraient être plus minces, et que le quart des enfants de 7 ans ont déjà tenté de perdre du poids.

Ouch! Complexés à 5, 6, 7 ans. À cet âge où le corps est censé leur permettre de courir, grimper et se faire chatouiller uniquement, pour certains il est un souci. Ce n’est pas normal...

Si des fillettes et des petits garçons de 5 ans expriment un mécontentement face à leur silhouette, c’est que quelque chose se tramait avant cela. C’est qu’ils ont entendu, vu, ou  « absorbé » d’une manière ou d’une autre des messages à cet effet.

« Aaaarrrgh! Mes jeans ne me font plus, je suis affreuse! », « As-tu vu comme il est gros? », « Pas de gâteau pour moi, ce n’est pas bon pour ma ligne. » « Il faudrait que tu fasses du sport, tu as besoin de perdre du poids. » « Wow! Comme elle est mince! »

Les paroles, et parfois même les non-dits, laissent entendre aux enfants que l’apparence est prioritaire. Qu’en déduisent-ils? Qu’il faut être mince pour être respecté et valorisé. C’est pourtant loin de ce qu’on souhaite leur transmettre comme valeur. Et on ne veut surtout pas qu’ils se jugent sévèrement. Que faire alors? Voici quelques conseils de l’organisme Common Sense Media :

  • discuter avec nos enfants de ce qu’ils vivent : leurs activités de la journée, leurs amis, leurs sentiments;
  • parler de vous, de vos enfants, de vos amis et des autres en général en mettant l’accent sur les qualités, les talents et les forces;
  • les encourager à être fiers d’eux;
  • manger bien et bouger pour être en santé plutôt que pour un objectif de poids. En parler en ces termes également;
  • dire ce qu’on apprécie de notre propre corps et les encourager à faire de même;
  • porter attention aux commentaires qu’on porte sur l’apparence des autres.

Évidemment, comme parents, on ne contrôle pas toutes les influences de l’extérieur. Mais comme le rappelle Common Sense Media, nous sommes les premiers enseignants de nos enfants. Il y a beaucoup plus que les formes, les couleurs, les chiffres et les lettres qui les préparent à la vie.

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (6)

  1. Isabelle Sabourin 11 mars 2015 à 22 h 23 min
    J'ai une question ma fille depuis l'âge de 3 ans demi qu'elle me parle de siens, aise un complexe ou de la curiosité ? Elle va avoir bientôt 4 ans.
  2. Mireille Dion 12 mars 2015 à 09 h 58 min
    Je me permets de vous répondre que la découverte des différentes parties du corps est tout à fait normale chez l’enfant. Nous parlons du corps dans certaines comptines, dans les livres ou des histoires ainsi qu'au quotidien, à travers différents messages dans notre discours. Une chose est certaine, votre fille a bien compris qu’elle avait des seins, ce qui, à mon avis, n’a rien d’anormal. Comme le mentionne Stéphanie dans son billet, selon ce qu’elle a « entendu, vu ou absorbé » à ce sujet, peut-être a-t-elle un questionnement, une inquiétude ou qu’elle en est tout simplement amusée. Vous pouvez aborder la question avec elle lorsqu’elle vous en parlera et ainsi, mieux intervenir selon ses réponses.
  3. Isabelle Sabourin 12 mars 2015 à 14 h 40 min
    Non c'est plus que cela, en touchant les seins de ses barbiers elle dit, elle à des siens. Un matin je lui dit mange ma puce nous allons à la garderie, ma fille ma répondu pour avoir des siens comme toi maman ????
    Avec un sourire je lui explique qu'elle va avoir fin avant la collation.
    Elle est très consciente qu'elle en n'a pas et hâte dans avoir.
    Que faire éviter le sujet ou l'approfondir?
  4. Naître et grandir 12 mars 2015 à 15 h 41 min
    Cet article de notre sexologue Mireille Dion pourrait vous intéresser:

    Les tout-petits et les parties intimes du corps : http://naitreetgrandir.com/blogue/sexologue/2013/09/12/les-tout-petits-et-les-parties-intimes-du-corps/

    Vous pouvez aussi consulter les différents textes qu’elle a écrits sur l’éducation sexuelle : http://naitreetgrandir.com/blogue/sexologue/tag/education-sexuelle/

    Votre commentaire est en attente de modération
  5. Gabrielle 12 mars 2015 à 14 h 26 min
    Est-ce que ça pourrait venir des parents aussi ? Voir sa mère dire qu'elle est moche, grosse, être toujours au régime, voir son père dénigrer les femmes rondes ou bien s'entrainer pour ressembler à un mannequin super musclé, ça n'aide pas les enfants à avoir une belle image de soi....
  6. Stéphanie Côté, nutritionniste 18 mars 2015 à 10 h 19 min
    Gabrielle, en effet, ce que les parents disent et comment ils agissent influencent les enfants. Les parents sont les premiers modèles et les plus importants enseignants de leurs enfants...

Partager