Coqueluche: retour à la normale

Coqueluche: retour à la normale

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


L’augmentation des cas de coqueluche que connaissent périodiquement le Canada et les États-Unis s’expliquerait par une sous-vaccination des nourrissons.

Agence Science-Presse | Maladie saisonnière, la coqueluche revient parfois en force avec l’automne, mais contrairement à l’an dernier elle se fait plutôt discrète jusqu’à maintenant.

Selon le Dr Gaston De Serres, épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), il n’y a pas lieu de s’inquiéter cette année. On enregistre actuellement seulement 2,9 nouveaux cas pour 100 000 habitants contre 17,3 en 2012.

La vaccination en cause?

L’augmentation des cas de coqueluche que connaissent périodiquement le Canada et les États-Unis s’expliquerait par une sous-vaccination des nourrissons, soutient par ailleurs une nouvelle étude américaine.

Les résultats démontrent que les enfants n’ayant pas reçu toutes les doses du vaccin DTP en bas âge – contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche – étaient de 18 à 28 fois plus à risque de contracter la coqueluche. Sur les 72 cas recensés, 47 % n’avaient pas reçu les 4 doses du vaccin comparativement à 22 % chez les enfants qui n’avaient pas contracté la maladie.

Au Québec, la première dose du vaccin est donnée à 2 mois, avec des rappels à 4, 6 et 18 mois. Il y a aussi deux autres rappels à partir de 4 ans.

La coqueluche peut frapper à tout âge, mais la maladie est plus grave chez les enfants de moins de 12 mois. Elle présente les mêmes symptômes qu’un rhume : écoulement nasal, fièvre et toux. Aussi, lorsqu’il inspire à la suite d’une quinte de toux, l’enfant émet un son semblable au chant du coq.

Dans certains cas, la coqueluche peut entraîner des complications (pneumonie, otite, détresse respiratoire, déshydratation, convulsions, dommages au cerveau), surtout chez les jeunes enfants ou chez ceux qui n’ont pas été vaccinés. Les bébés de moins de 6 mois doivent souvent être hospitalisés en cas de coqueluche.

Le Protocole d’immunisation du Québec recommande désormais le vaccin contre la coqueluche chez les enfants ayant contracté la maladie quel que soit leur âge au moment de l’infection.


Source : JAMA Pedriatrics

13 septembre 2013

Partager

À lire aussi