Grossesse: une gamme d'émotions pour le couple

Grossesse: une gamme d'émotions pour  le couple
La plupart des couples sont étonnés par l’intensité des émotions qu’ils vivent durant la grossesse. C’est un véritable tourbillon émotionnel!

La venue d’un enfant est un événement important qui change la vie de pratiquement tous les couples. Pendant la grossesse, les émotions des futurs parents connaissent des hauts et des bas. La plupart des couples sont étonnés par l’intensité des émotions qu’ils vivent durant cette période. C’est un véritable tourbillon émotionnel!

Le passage d’une vie à deux vers une vie à trois change inévitablement la nature du lien du couple. Chacun doit apprivoiser son nouveau rôle. Il est possible aussi de découvrir des aspects qu’on ne connaissait pas de l’autre. Les deux parents peuvent également avoir des préoccupations qui ne surviennent pas en même temps.

Le plus important est de garder une bonne communication. Ainsi chacun a l’opportunité de s’exprimer et d’être compris. Voici d’autres conseils pour vous aider à mieux vivre les émotions suscitées par la grossesse.



La santé du bébé à venir est une source d’inquiétude

En fait, la santé du bébé suscite 2 types d’inquiétude. La première : les futurs parents craignent que le bébé ait une déficience importante sur le plan physique ou intellectuel. La deuxième : ils se demandent s’ils auront la capacité de donner tous les soins et tout l’amour nécessaires si leur bébé est atteint d’une telle déficience. Malheureusement, le fait de savoir qu’il y a très peu de risques que cette situation se produise atténue rarement les inquiétudes des futurs parents. Par conséquent, la meilleure chose à faire, c’est d’en parler avec votre partenaire. N’essayez pas de garder ces émotions pour vous-même. Elles sont très courantes et surgissent chez la plupart des parents. Chez certains, elles sont même prédominantes.

Si vous avez l’impression que vos inquiétudes à propos du bébé entravent la joie que vous éprouvez à l’égard de la grossesse ou votre bien-être général, discutez-en avec votre médecin ou votre sage-femme.

Certains futurs parents craignent de nuire durant l’accouchement

Certains craignent de dire ou de faire quelque chose qui nuira à leur relation avec leur partenaire ou avec leur médecin. Cette crainte peut constituer une source de stress pour les futurs parents. À ce chapitre, les cours prénataux vous aideront à vous préparer au travail et à l’accouchement. Ne vous préoccupez pas de ce que vous allez dire ou faire à l’hôpital. Plus rien ne surprend le personnel médical, qui est très patient.

La plupart des futurs parents se sentent dépassés

Les futurs parents doutent souvent de leur capacité à bien jouer leur rôle. Ces inquiétudes sont tout à fait normales. Elles peuvent se manifester à plusieurs reprises durant la grossesse. La meilleure façon d’y réagir consiste à en discuter avec votre partenaire. Habituellement, ce genre d’inquiétudes ne dure pas.

Il arrive aussi que la grossesse survienne au mauvais moment. Les couples qui n’ont pas planifié la grossesse ont souvent de la difficulté à y croire. Pourtant, de telles surprises sont très fréquentes : de 30 % à 50 % des grossesses sont imprévues. L’incrédulité peut durer plusieurs mois. Mais lorsqu’un couple se fait enfin à l’idée qu’il va avoir un enfant, il peut éprouver une vaste gamme d’émotions. Fréquemment, le partenaire qui accepte la grossesse en premier a de la difficulté à tolérer que l’autre mette plus de temps à faire de même.

Certains parents font de mauvais rêves

Il pourrait vous arriver de rêver que votre bébé meurt ou qu’il est handicapé, et même que vous lui faites du mal. Personne ne connaît véritablement la cause de tels mauvais rêves. Certains experts croient qu’ils aident les futurs parents à se préparer mentalement aux expériences qui leur font peur. D’autres pensent qu’ils expriment des pensées inconscientes. Mais tous s’entendent pour dire qu’il ne faut pas penser qu’ils vont se réaliser. Cela ne pourrait causer que de la culpabilité et des peurs inutiles. Les mauvais rêves sont fréquents durant la grossesse, alors évitez de vous culpabiliser ou de croire qu’ils sont de mauvais augure.

(Discutez de vos mauvais rêves avec votre partenaire afin de vous en libérer. Si l’inquiétude persiste, parlez-en avec votre sage-femme ou avec votre médecin.)

Les émotions du couple évoluent souvent au même rythme

Lorsque vous avez le moral à plat, votre partenaire l’a également. Plusieurs couples vivent cela. Lorsque ça se produit, chaque partenaire doit gérer les émotions de l’autre en plus des siennes. Cela peut prendre un certain temps avant que les partenaires réalisent qu’ils déclenchent mutuellement leurs humeurs. Chacun doit déterminer dans quelles circonstances il doit se préserver des émotions de l’autre et dans quelles circonstances il doit partager celles-ci.

Certaines personnes ne sont pas prêtes à devenir parents

Plusieurs personnes qui vivent cela enfouissent leurs « mauvaises pensées » parce qu’elles refusent de les admettre. D’autres taisent leurs sentiments à leur partenaire. Certaines personnes qui regrettent leur décision espèrent que tout s’arrangera comme par magie lorsque le bébé viendra au monde. Cela se produit très rarement.

Si vous gardez des pensées et des sentiments de ce genre pour vous, cela aura une incidence sur votre relation avec votre partenaire et votre bébé. Parlez-en avec un professionnel de la santé avec lequel vous vous sentez à l’aise, qu’il s’agisse de votre médecin ou de votre sage-femme. Ils vous aideront à trouver une solution sans porter de jugement. Ce type de réaction est plus courant que l’on pense. 

 

Naitre et grandir.com

      Révision scientifique : Lise Ross, infirmière, M.Sc., Centre des naissances du CHUM
      Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
      Mise à jour : Mars 2013

 

Références

  • LOWDERMILK D et al. Maternity & women’s health Care. Elsevier Mosby. St-Louis, 10e édition, 2012, 975 pages.

À lire aussi