Le stress chez le jeune enfant

Le stress chez le jeune enfant
Comment reconnaître les signes du stress chez votre tout-petit afin de l’aider à se sentir mieux?


 

Tout le monde vit du stress, même les jeunes enfants. Comment reconnaître les signes du stress pour comprendre votre tout-petit et l’aider à se sentir mieux?

Qu’est-ce que le stress?

Le stress est une réaction normale du corps à un événement ou à quelque chose qui menace notre sécurité ou notre bien-être. À l’origine, l’énergie mobilisée par le stress était utilisée pour lutter pour notre survie, pour combattre ou fuir un danger réel, comme un mammouth. Or, même si des menaces aussi absolues n’existent plus, le corps continue de réagir de la même façon et nous continuons à ressentir le même type de sensations.

Le stress, en soi, n’est pas malsain. Il est même essentiel à notre développement. C’est lui qui nous permet de réagir lorsque notre enfant traverse la rue, par exemple. Le problème survient quand le stress devient constant : l’énergie se mobilise sans être utilisée et peut mener à l’épuisement de l’organisme ou à l’apparition de symptômes physiques ou psychologiques. C’est ce qu’on appelle alors le stress chronique.

On associe souvent le stress à la pression du temps, mais ce n’est pas toujours le cas. En effet, un rendez-vous médical, même si on a tout notre temps, peut être une source de stress pour certains. À l’inverse, une journée remplie de rendez-vous avec votre enfant ne sera pas forcément stressante pour lui, si elle est abordée avec sérénité.

C’est davantage le contexte, qui accompagne parfois la pression du temps, et la perception de l’événement — des parents anxieux, qui font des reproches ou pressent leur enfant en faisant des demandes insistantes — qui peuvent être stressants pour un enfant.

Stress et COVID-19
En cette période particulière, les enfants et les parents peuvent être beaucoup plus stressés. Voici quelques liens utiles publiés sur Naître et grandir sur le sujet :

Que se passe-t-il quand on est stressé?

Lorsqu’une situation qui menace notre bien-être ou notre sécurité survient, notre cerveau produit des hormones de stress : en particulier l’adrénaline et le cortisol. Ces hormones aident le corps à mobiliser son énergie pour bien réagir à la demande.

Le corps produit ces hormones du stress lorsqu’une situation implique l’un ou plusieurs des quatre éléments suivants :

  • Contrôle faible (l’enfant a l’impression de ne pas avoir de contrôle sur la situation).
  • Imprévisibilité (la situation est inattendue pour l’enfant).
  • Nouveauté (situation que l’enfant n’a jamais expérimentée).
  • Égo menacé (l’enfant a l’impression qu’on remet en question ses capacités et cela peut affecter sa confiance en lui; il peut aussi se sentir humilié). L’égo peut être défini comme l’image de soi, ce que les autres perçoivent de nous et notre perception de nous-même.

Un moyen facile de se souvenir de ces éléments est l’acronyme CINÉ. Il peut vous aider à identifier rapidement les ingrédients du stress. L’intensité du stress dépend du nombre d’éléments du CINÉ présents chez un enfant. Une situation qui réunit les quatre éléments du CINÉ entraînera donc une plus grande réponse de stress.

Les causes du stress chez un jeune enfant

Aujourd’hui, même si nous ne sommes plus dans des situations de survie, le cerveau réagit comme s’il l’était et produit une réponse de stress aussi intense. Les causes du stress chez l’enfant peuvent être variées.

Toutes les situations qui réunissent un ou des éléments du CINÉ (manque de contrôle, imprévisibilité, nouveauté ou égo menacé) peuvent causer un stress à l’enfant. Par exemple :

  • l’attitude changeante de papa ou maman qui se met soudain en colère, s’impatiente ou chicane son enfant;
  • un changement de garderie, d’école, d’éducatrice ou d’enseignante;
  • un déménagement;
  • une grossesse à la maison ou la naissance d’un frère ou d’une sœur;
  • un conflit à la maison, la séparation des parents ou des problèmes financiers;
  • un événement heureux, comme des vacances ou le mariage des parents;
  • l’hyperstimulation : surplus d’activités organisées, bruits, écrans, etc.;
  • un changement dans les habitudes alimentaires.

Sachez aussi que même des situations qui peuvent sembler banales peuvent entraîner un stress chez votre enfant. Par exemple, pour un bébé, un simple changement de couche fait par quelqu’un d’inhabituel ou même le contraste de température lors de la sortie du bain peuvent être des événements stressants. Il est donc important d’être à l’écoute de votre enfant.

Comment reconnaître le stress

Les manifestations du stress sont très différentes d’un enfant à l’autre. Elles peuvent être physiques, comportementales ou émotionnelles. Par exemple, des changements dans l’attitude de votre enfant pourraient vous indiquer qu’il vit du stress. Vous êtes donc la personne la mieux placée pour savoir quand votre tout-petit est stressé.

Un enfant stressé pourrait, par exemple :

  • être plus excité ou en retrait;
  • bégayer;
  • pleurer ou chigner plus souvent;
  • être agressif ou irritable;
  • faire des colères ou s’opposer;
  • avoir des troubles du sommeil;
  • avoir des problèmes d’appétit;
  • sucer son pouce;
  • s’accrocher à papa ou à maman (besoin d’être rassuré);
  • s’isoler des autres, être renfermé;
  • fixer le vide;
  • se plaindre de maux de ventre ou de maux de tête.

Cependant, tous les enfants ne sont pas sensibles à chaque élément déclencheur du stress de la même façon. Une même situation peut donc provoquer du stress pour des raisons différentes. Un enfant pourra ainsi être stressé parce qu’une situation est nouvelle; et un autre, parce qu’elle est imprévisible. Un déménagement, par exemple, pourrait ne pas être vécu de la même façon par différents enfants, même au sein d’une même famille.

Comment savoir si un événement sera stressant pour votre enfant?

Pour vous aider à savoir si un événement sera stressant pour votre enfant, vous pouvez utiliser les éléments du C I N É. Aura-t-il du contrôle sur la situation? La situation pourrait-elle paraître imprévisible pour votre enfant? Est-ce que la situation présente des éléments nouveaux pour lui? Est-ce qu’elle pourrait menacer son égo (ex. : il pourrait se sentir petit, incapable ou honteux)?

Pour aider votre enfant, il est important de vous adapter à ses besoins et à ses capacités selon son âge. Voici des exemples de ce que vous pouvez essayer de faire pour atténuer les éléments déclencheurs du stress chez votre tout-petit :

  • Contrôle. Donnez un peu de contrôle à votre enfant en lui offrant des choix. Laissez-le décider, par exemple, de son menu une fois par semaine, de sa tenue, d’un jeu à faire avec vous…
  • Imprévisibilité et nouveauté. Annoncez-lui les événements ou les changements qui auront lieu bientôt, que ce soit un bain dans 5 minutes ou un voyage en auto. Cela l’aidera à mieux prévoir ce qui s’en vient. Maintenez aussi les routines autant que possible.
  • Égo menacé. Donnez à votre enfant des occasions d’augmenter son estime de lui-même en lui disant que vous l’aimez, en le valorisant et en passant du temps de qualité avec lui, par exemple.

Préparer votre enfant qui va se faire garder
Vous confiez votre enfant à un gardien ou à une gardienne pour la première fois? Voici quelques conseils afin de rendre ce moment plus prévisible pour votre enfant :
  • Réfléchissez aux éléments qui pourraient causer du stress à votre enfant.
  • Parlez-lui à l’avance des étapes de la routine en votre absence (ex. : il va jouer avec la gardienne, puis souper, se mettre en pyjama, brosser ses dents…).
  • Faites rencontrer le gardien ou la gardienne à votre enfant avant la sortie prévue.
  • Soyez conscient de votre stress en tant que parent afin d’en atténuer les effets sur votre enfant. En effet, si cela vous stresse de faire garder votre enfant, il se peut que votre enfant le ressente.

Diminuer le stress

Il est impossible d’empêcher tout stress. De plus, ce n’est pas souhaitable, puisqu’une certaine dose de stress est saine.

Votre rôle de parent est plutôt :

  • d’exposer votre enfant aux stress normaux de la vie;
  • de réduire les stress inutiles;
  • de réduire le stress chronique, qui est le plus nuisible.

Exposez aussi votre enfant à différentes situations dès son plus jeune âge. Par exemple, il est bon de :

  • reprendre une vie sociale après la naissance de votre enfant;
  • lui faire rencontrer de nouvelles personnes;
  • l’emmener dans des endroits variés;
  • le faire garder de temps en temps et persévérer, même si cela s’est mal passé la première fois.
Ne pas surprotéger l’enfant
Il est important de ne pas surprotéger sans cesse votre enfant. Vous l’aiderez ainsi à développer sa propre résistance au stress et sa capacité d’adaptation. Un enfant surprotégé peut en effet devenir plus vulnérable au stress, car il réagit moins bien à ce qui est nouveau, imprévu et qui change de la routine habituelle. Il peut aussi devenir plus sensible à ce que les autres pensent de lui et avoir un faible sentiment de contrôle, puisqu’il est habitué à ce qu’un adulte prenne les décisions pour lui. Il est donc important de l’aider à devenir autonome et à affronter ses peurs.


Aider l’enfant à gérer son stress

Pour aider votre enfant à mieux gérer son stress, vous pouvez aussi l’aider à réguler ses émotions. Pour cela :

  • reconnaissez que votre enfant vit une émotion;
  • dites-lui que son émotion est normale, sans banaliser sa réaction (ex. : « C’est vrai que ça peut faire peur », « Je comprends que ce soit fâchant »);
  • aidez-le à mettre des mots sur l’émotion qu’il vit (ex. : peur);
  • expliquez-lui qu’il ne peut pas contrôler la situation, mais sa façon d’y réagir.

Pour faire diminuer le stress de votre enfant, vous pouvez lui proposer des activités calmes, comme le yoga ou la méditation, par exemple. De plus, la plupart des enfants auront besoin de dépenser leur énergie pour évacuer une partie de leur stress et se sentir mieux. Il est donc important de faire bouger votre enfant en lui permettant d’aller courir, de jouer au ballon, etc. Le jeu libre et les jeux qui permettent de faire semblant sont d’excellents moyens pour l’enfant de gérer son stress.

Quand le parent est la source du stress de l’enfant

Il arrive qu’un parent soit, involontairement bien sûr, la source du stress de son enfant. Les enfants sont souvent sensibles au stress parce qu’ils sont plus vulnérables et dépendants des adultes. Ils peuvent alors se sentir impuissants, puisqu’ils ne peuvent pas fuir certaines situations, ne savent pas comment y faire face ou ne comprennent tout simplement pas ce qui se passe. Souvenez-vous du C de « contrôle » dans l’acronyme CINÉ.

Ainsi, si vous vivez une période stressante au travail et que vous revenez chaque soir de mauvaise humeur à la maison, que vous vous énervez rapidement et manquez de patience avec votre enfant, il est possible que vous lui transmettiez une partie de votre stress. Il est alors important de reconnaître votre propre stress et de vous occuper d’abord de vous-même. Vous pourrez ainsi mieux aider votre enfant ensuite.

Pour en savoir plus, consultez notre dossier sur le stress des parents.

Quand se faire aider?

Le stress peut affecter l’humeur et nuire au sommeil. Il peut aussi causer des malaises physiques (ex. : maux de tête, maux de ventre).

Lorsque le stress de votre tout-petit devient constant ou que vous n’arrivez pas à comprendre ce qui se passe, il est souhaitable de chercher de l’aide. On parle alors de stress chronique. Ce type de stress survient quand l’enfant est exposé longtemps et souvent à des situations stressantes.

Comportements pouvant indiquer que le stress devient constant

  • L’enfant recommence à faire pipi dans son lit.
  • Il a de la difficulté à s’endormir, il fait des cauchemars.
  • Il a des changements d’humeur difficiles à comprendre ou à relier à un événement précis.
  • Il a des habitudes qui apparaissent ou réapparaissent, comme sucer son pouce.

En allant chercher de l’aide, vous serez rassuré et vous vous sentirez soutenu. Cela aura un impact direct sur le stress de votre enfant et sur le vôtre. En comprenant mieux pourquoi votre enfant agit d’une certaine façon, vous serez moins inquiet devant ses écarts de comportements et pourrez intervenir plus adéquatement et moins sous l’effet de l’émotion.

Le stress chronique peut aussi amener l’enfant à faire de l’anxiété. Pour en savoir plus sur l’anxiété, consultez notre fiche sur l’enfant anxieux.

Événements stressants ou violents durant l’enfance : quels effets?
Certains événements stressants ou violents vécus durant l’enfance peuvent affecter la façon dont le corps réagit. Par exemple, de fréquents abus durant l’enfance forcent le cerveau de l’enfant à demeurer constamment vigilant et à anticiper le prochain acte de violence. L’organisme d’un enfant maltraité s’adapte donc afin de survivre dans un environnement potentiellement dangereux. Ces modifications dans la façon dont le corps et le cerveau réagissent au stress peuvent se maintenir à l’âge adulte.

 

À retenir

  • Toutes les situations qui réunissent un ou des éléments du CINÉ (manque de contrôle, imprévisibilité, nouveauté ou égo menacé) peuvent causer un stress à l’enfant.
  • Ce sont surtout les changements dans l’attitude de votre enfant qui peuvent vous indiquer qu’il vit du stress (ex. : pleurer ou faire des colères plus souvent, avoir du mal à dormir, s’isoler…).
  • Pour faire diminuer son stress, permettez-lui de dépenser son énergie en allant jouer dehors, courir, taper dans un ballon…
  • Demandez de l’aide si vous voyez que le stress de votre enfant devient constant.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Nathalie Parent, psychologue
Recherche et rédaction :
Équipe Naître et grandir
Mai 2020

 

Photo : GettyImages/fizkes

 

Ressources et références

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • CENTRE D’ÉTUDES SUR LE STRESS HUMAIN (CESH). stresshumain.ca
  • DUCLOS, Germain. Attention, enfant sous tension! Le stress chez l’enfant. Éditions du CHU Sainte-Justine, Collection du CHU Sainte-Justine pour les parents, 2011, 146 p.
  • GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. COVID-19 : On protège aussi sa santé mentale! quebec.ca
  • GUÉGUEN, Catherine. Vivre heureux avec son enfant. Pocket, 2017, 312 p.
  • HAMEL, Marie-Julie et Nathalie PARENT. L’enfant dérangeant. Éditions Midi Trente. 2016, 144 p.
  • INFO-SANTÉ ET INFO-SOCIAL. 811
  • LIGNE PARENTS. ligneparents.com
  • MÉDIUM LARGE. L’anxiété, le mal de la menace imaginaire. 5 décembre 2018. ici.radio-canada.ca
  • PARENT, Nathalie. Enfants stressés ! Éditions Michel Lafon Canada. 2019, 336 p.

 

Partager

À lire aussi