L'enfant qui fait le clown

L'enfant qui fait le clown
Votre enfant fait toujours le clown? Que cache ce trait de caractère et comment réagir?

Certains enfants aiment bien faire des farces et jouer des tours. Ils tirent la langue, font rire avec des mots rigolos, cachent les ustensiles au repas ou le toutou de leur soeur au dodo.

L’enfant qui fait le clown fait parfois rire, alors que d’autres fois il se fait gronder. En réalité, il aime être le centre d’attraction. Il se distingue des autres et tient un rôle particulier dans la famille.

Un moyen de défense

Les taquineries de l’enfant qui fait le clown lui permettent de se lier aux autres et d’avoir de l’influence sur eux, tout en exprimant sa créativité. D’ailleurs, l’enfant espiègle se montre parfois particulièrement habile et amusant lorsqu’il se trouve dans une situation gênante. Il réussit à faire rire les témoins de sa bêtise. Il s’agit d’un aspect de son tempérament qui lui permet de socialiser.

L’enfant peut aussi faire le clown pour réduire les tensions. Lorsqu’il sent qu’il y a de l’agressivité dans l’air, il cherche à distraire son entourage pour éviter une escalade de colère. Les blagues peuvent donc surgir lorsque le ton monte au sein de la famille. C’est une façon pour lui de faire face à des émotions difficiles à gérer comme la peur ou le stress.

De façon générale, l’enfant qui fait le clown est très sensible aux autres et à leur opinion à son sujet. Il a un grand besoin de reconnaissance. Il faut donc être vigilant dans nos interventions pour ne pas nuire au développement de son estime de soi.

Comment intervenir?

Le jeune enfant ne comprend pas toujours les répercussions d’une plaisanterie. Il faut alors l’accompagner dans le développement de son empathie envers les autres. De plus, il est important de le féliciter pour ses bons coups (blagues drôles ou autres gestes positifs) pour lui permettre de mieux comprendre ce qui est approprié et ce qui ne l’est pas.
  • Plus votre enfant se sentira aimé et reconnu, moins il cherchera à être le centre d’attraction. Rappelez-vous qu’il tient avant tout à maintenir le lien privilégié qu’il a avec vous.
  • Mettez en place des situations où l’enfant pourra divertir les autres sans nuire au fonctionnement de la famille, notamment à l’heure des repas. En plus des fêtes où il pourra faire rire et se sentir aimé, votre petit clown appréciera les jeux de théâtre, de rimes ou de marionnettes pendant lesquels il pourra laisser libre cours à sa comédie.
  • Un peu de folie détend et dédramatise l’atmosphère familiale. Alors, riez un bon coup quand l’occasion s’y prête. Vous ferez d’une pierre deux coups en offrant à votre enfant l’attention positive dont il a besoin.
  • Si votre enfant fait le clown au mauvais moment ou de façon inappropriée, évitez de l’humilier devant les autres (frères, sœurs, amis...) au moment de vos interventions, pour préserver sa dignité.
  • Si ses gestes sont dérangeants, il est préférable de lui expliquer, en privé, comment ses petites blagues ont parfois un effet négatif sur les autres.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : François Couture, enseignant en techniques d’éducation à l’enfance
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Juin 2015

 

Références

  • HALLOWELL, Edward M. L’enfance du bonheur. Aider les enfants à intégrer la joie dans leur vie. Les Éditions de l’Homme, 2004, 304 p.
  • VALLIÈRES, Suzanne. Les Psy-trucs pour les enfants de 3 à 6 ans. Les Éditions de l’Homme, 2009, 256 p.

À lire aussi