Famille monoparentale: quand un parent n'est plus là

Famille monoparentale: quand un parent n'est plus là
Famille monoparentale : comment aider son enfant quand l’autre parent est absent?

Le contact de l’enfant avec ses parents est important. Il contribue entre autres à construire l’identité de l’enfant, son estime de soi et son sentiment d’être aimable.

Certains parents s’inquiètent des répercussions de l’absence du père ou de la mère sur leur enfant, en particulier si les contacts quotidiens avec d’autres modèles du sexe opposé sont rares. Or, certaines conditions peuvent favoriser l’épanouissement de l’enfant même si la mère ou le père est absent ou décédé.

Voici ce que vous pouvez faire si vous vous trouvez dans cette situation.

  • Parlez à votre enfant de sa conception. Même s’il ne pose pas de questions, c’est de là que part sa connaissance de lui-même et qu’il construit son identité. « Tu as un père de naissance. Toi, tu ne le connais pas, parce que nous ne vivons plus ensemble comme des amoureux. » Dans les cas d’abandon, vous pouvez ajouter : « Pour des raisons que je ne connais pas, il ne vient pas te voir. » Mettez alors l’accent sur les personnes importantes qui sont présentes dans sa vie : les grands-parents, les oncles, les tantes, les voisins, les amis de la famille. Rassurez-le sur le fait qu’il est important pour beaucoup d’adultes.
  • Dites la vérité, sans blâmer l’autre parent ou manifester votre tristesse. Votre enfant doit comprendre l’amour que vous ressentez pour lui, plutôt que les mauvais souvenirs liés à la relation entre ses parents. Dites-lui que c’est un conflit entre adultes, afin qu’il ne se sente pas coupable.
  • Permettez à votre enfant d’exprimer sa tristesse ou sa colère par rapport à l’absence de l’autre parent. En grandissant, il prendra de plus en plus conscience que plusieurs familles sont composées de 2 parents présents. Ses émotions sont tout à fait normales et lui permettront de faire le deuil du parent absent.
  • Si l’autre parent est décédé, permettez à votre enfant de conserver un petit objet en souvenir de lui, même s’il était tout-petit au moment du décès. De cette façon, votre enfant sentira sa présence dans sa vie de façon symbolique.
  • Vous pouvez lui montrer des photos de l’autre parent, le décrire, remarquer les ressemblances ou parler positivement d’autres hommes ou d’autres femmes : « Tu seras grand, comme ton papa », « Je vois que tu t’amuses bien avec la maman de Joseph », etc.

D’autres modèles

Un papa ou une maman ne peuvent être remplacés, mais d’autres hommes ou femmes peuvent servir de modèle.

S’il n’y a pas d’homme (frère, cousin...) à la maison ou de femme (soeur, mère...) pour jouer ce rôle de modèle, votre enfant en trouvera certainement dans votre entourage, que ce soit parmi vos couples d’amis ou les éducateurs et éducatrices de la garderie. Il pourra discuter avec eux ou encore faire en leur présence des activités différentes de celles qu’il fait avec vous.

L’heure du conte à la bibliothèque du quartier et les activités proposées aux familles par la municipalité ou par une maison de la famille sont de bonnes occasions de rencontrer d’autres parents et de mettre votre enfant en contact avec des modèles masculins ou féminins ainsi qu’avec d’autres enfants qu’il verra en interaction avec leurs parents.

Notez que ces conseils sont tout aussi valides dans les situations où un parent n’exerce son droit de visite qu’à l’occasion ou de façon inconstante. L’enfant doit sentir qu’il est aimé et important pour d’autres adultes.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Annie Goulet, psychologue
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Juin 2015

 

Références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Pour les adultes :

  • Associations coopératives d’économie familiale (ACEF). www.consommateur.qc.ca
  • CHARBONNIAUD, Marie. « Parents seuls : trouver l’équilibre, c’est possible ». Magazine Bien Grandir, vol. 4, n°4, mai 2009.
  • CLSC par région. www.sante.qc.ca
  • DAHAN, Jocelyne et Anne LAMY. Un seul parent à la maison. Les éditions Albin Michel, 2005.
  • FÉDÉRATION DES ASSOCIATIONS DE FAMILLES MONOPARENTALES ET RECOMPOSÉES DU QUÉBEC (FAFMRQ). www.fafmrq.org
  • GINSBERG, Barry G. Famille monoparentale, Guide de survie. Broquet, 2008.
  • GUILMAINE, Claudette. Chez papa, chez maman. Une nouvelle vie de famille. Éditions du CRAM, CHU Sainte-Justine, 2011.
  • GUILMAINE, Claudette. Parent au singulier : la monoparentalité au quotidien. Les Éditions du CRAM, CHU Sainte-Justine, 2012.
  • HALMOS, Claude. Pourquoi l’amour ne suffit pas. Nil Éditions, 2006.
  • LES GRANDS FRÈRES GRANDES SOEURS DU CANADA. (Association qui jumelle des bénévoles avec des enfants) www.grandsfreresgrandessoeurs.ca
  • MONOPARENTAL. Aide et ressources pour élever seul un enfant au Québec. www.monoparental.ca
  • MINISTÈRE DE LA FAMILLE ET DES AÎNÉS. Répertoire des organismes communautaires. www.mfa.gouv.qc.ca
  • PETITE MAISON DE LA MISÉRICORDE. Organisme communautaire pour femmes cheffes de familles monoparentales. www.petitemaisondelamisericorde.org
  • SERVICE D’AIDE AUX CONJOINTS (SAC). Aide aux hommes en difficultés conjugales. www.serviceaideconjoints.org

Pour les enfants :

  • DOLTO, Catherine et Colline FAURE-POIRÉE. Vivre seul avec papa ou maman. Éditions Gallimard jeunesse, 2006.
  • LE PICARD, Clara. Marguerite veut un papa. Albin Michel jeunesse, 2001.
  • WALCKER, Yann. Camille veut une nouvelle famille. Éditions Auzon, 2013.

À lire aussi