L'évolution du jeu de 1 à 3 ans

L'évolution du jeu de 1 à 3 ans
Découvrez comment, entre 0 et 3 ans, la façon de jouer de votre enfant évolue.


Au fur et à mesure qu’un bébé grandit, sa façon de jouer évolue. Du jeu solitaire, l’enfant passe au jeu parallèle, puis au jeu en groupe. Connaître les étapes de l’évolution du jeu vous aidera à avoir des attentes réalistes envers votre enfant.

À lire aussi : L’évolution du jeu de 3 à 5 ans

Le jeu solitaire

Avant 1 an, un bébé regarde les autres enfants, il leur sourit, mais il joue seul. En fait, son intérêt pour les enfants ressemble à celui qu’il a pour les adultes.

Entre 1 et 2 ans, un tout-petit aime partager ses découvertes avec l’adulte en pointant, en montrant ou en offrant des jouets. Les chatouilles et les jeux de coucou répétitifs qu’il peut prévoir l’amusent beaucoup.

À cet âge, son intérêt pour les autres enfants se développe doucement. Parfois, il peut essayer de consoler un enfant qui pleure, en lui faisant un câlin, une caresse ou en lui apportant un jouet. Même s’il se préoccupe davantage des autres enfants, le tout-petit n’est pas prêt à partager ses jeux et ses jouets avec d’autres.

Le jeu parallèle

Jouer avec les autres permet à un enfant de faire de nombreux apprentissages, comme partager, prendre sa place dans un groupe, négocier et respecter les autres.

Entre 2 et 3 ans apparaît le jeu parallèle. Dans ce type de jeu, le tout-petit joue encore seul, mais il aime que d’autres enfants jouent à côté de lui. Il regarde avec attention leurs jeux et il est attentif aux réactions des adultes lors de ces jeux. Ces observations lui permettent d’apprendre les bases de la vie en société. Un enfant de cet âge aime par contre beaucoup les jeux qui impliquent des interactions sociales avec les adultes de son entourage (ex. : cache-cache, jeux de poursuite).

Au début de cette période, le tout-petit croit que tout ce qui est à sa portée lui appartient. Ainsi, il peut crier, taper, tirer les cheveux ou mordre pour ne pas perdre ses jouets ou ceux qu’il croit être à lui.

Puis, peu à peu, la notion de propriété se développe et l’enfant comprend que certains jouets lui appartiennent, mais que d’autres ne sont pas à lui. Le partage reste toutefois difficile. À cet âge, le tout-petit n’arrive pas toujours à comprendre qu’on lui rendra son jouet plus tard.

Il trouve d’ailleurs plus facile d’échanger un jouet, car il obtient quelque chose en retour. De plus, il ne comprend pas qu’un autre enfant puisse vouloir son jouet, car il ne considère que son point de vue et est incapable de se mettre à la place de l’autre.

Pour aider votre enfant à jouer avec les autres, consultez notre fiche Apprendre à jouer avec les autres. 


Les types de jeux selon l’âge

Afin de bien accompagner un enfant dans le développement de son jeu, il est utile de connaître les différents types de jeux. Cela permet aussi de savoir à quoi s’attendre par rapport à ce qu’il est capable de faire.

Les jeux moteurs

Avant 1 an, un bébé découvre et explore son corps. Il bouge pour le plaisir de bouger et de sentir qu’il contrôle son corps et ses déplacements.

Entre 1 et 2 ans, un tout-petit développe son équilibre et apprend de nouvelles façons de se déplacer (ex. : grimper et courir). Il découvre le plaisir de lancer une balle ou tout autre objet à sa disposition.

Entre 2 et 3 ans, un enfant prend plaisir à franchir des obstacles en rampant en dessous, en les contournant ou en sautant par-dessus. Les modules au parc lui offrent d’ailleurs des défis qu’il a envie de relever. Il s’intéresse aussi de plus en plus aux jeux qui se font avec un ballon (ex. : jouer aux quilles, lancer un ballon dans un panier, lancer un ballon à un ami). De même, il peut commencer à utiliser des jouets à chevaucher qui roulent sur quatre roues ainsi qu’une bicyclette sans pédales (draisienne) ou une trottinette.

Les jeux de manipulation

Avant 1 an, un bébé s’amuse à toucher les objets à sa portée. Il aime d’ailleurs les mettre dans sa bouche, les secouer et les frapper ensemble. Selon son âge, il tire, tourne, gratte, échappe, ramasse les objets, y enfonce son doigt, les met dans un contenant et surtout... vide le contenant. L’objectif du jeu est le plaisir sensoriel (les textures et les bruits). Il aime répéter une action pour reproduire une réaction appréciée.

Entre 1 et 2 ans, un tout-petit manipule les objets de manière plus complexe. Il est capable de tirer, de tourner, d’ouvrir, de fermer et de lancer des objets. Il est aussi prêt à gribouiller avec de gros crayons de cire. De plus, il réussit plus souvent à insérer un objet dans un espace (ex. : placer une forme carrée dans un espace carré). Construire et détruire, par exemple des tours de blocs, commence aussi à l’intéresser.

À partir de 18 mois, le tout-petit peut s’amuser avec des ciseaux jouets en plastique, comme ceux que l’on trouve dans les trousses de médecin pour enfants. Même s’il est encore trop jeune pour découper, l’enfant découvre peu à peu comment les ciseaux fonctionnent. À cet âge, il aime s’amuser avec des jouets qu’il doit activer manuellement pour produire une réaction (ex. : boîte à surprise de laquelle sort un clown lorsque l’on tourne la manivelle). Il aime aussi séparer de grosses perles attachées ensemble et, par la suite, enfiler de grosses perles sur une corde. Durant cette période, son attention passe de quelques secondes jusqu’à des périodes de jeu autonome de 5 à 10 minutes avec les objets.

Entre 2 et 3 ans, un enfant a une meilleure motricité fine qui lui permet de s’amuser avec des jeux qui comportent de plus petites pièces (ex. : perles à enfiler et pièces de casse-tête de taille sécuritaire). Il a de l’intérêt à crayonner pour représenter quelque chose même si lui seul peut interpréter ses oeuvres. Il peut placer de gros blocs les uns à côté des autres et les uns par-dessus les autres pour construire une maison, par exemple. Les jouets avec des parties mobiles comme des camions à benne et des poupées articulées l’intéressent. Son attention pour les jeux qui font appel à la motricité fine (ex. : perles à enfiler) peut atteindre de 15 à 30 minutes à 3 ans.

Les jeux imaginaires

Avant 1 an, un bébé s’amuse à imiter les expressions faciales de son entourage. Il n’a pas encore de pensée symbolique, ce qui signifie qu’il ne peut pas imaginer quelque chose qu’il ne voit pas. Si un objet disparaît de sa vue, il l’oublie, car la permanence de l’objet ne sera acquise que vers 1 an.

Entre 1 et 2 ans, un enfant développe un grand intérêt pour imiter les gestes et les actions de son entourage. L’imagination apparaît et l’enfant commence à s’amuser à faire semblant (ex. : habiller une poupée et lui brosser les cheveux ou placer une figurine dans une voiture et la pousser).

Entre 2 et 3 ans, un tout-petit prend plaisir à donner un nom à ses jouets et à les faire parler avec une voix particulière (ex. : d’adulte ou d’enfant, de fille ou de garçon). Il aime aussi reproduire des routines de son quotidien avec des jouets (ex. : faire manger une poupée, aller reconduire le bébé ourson à la garderie en voiture ou préparer un gâteau).

 

À retenir

  • Avant 2 ans, un tout-petit préfère jouer seul. C’est encore le cas entre 2 et 3 ans, mais, à cet âge, il aime que d’autres enfants jouent à côté de lui.
  • L’enfant apprend en jouant. Tous les types de jeux sont d’ailleurs bénéfiques à son développement.
  • Il est normal qu’un tout-petit ait de la difficulté à prêter un jouet, car il ne comprend pas qu’il va le ravoir plus tard.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Josiane Caron Santha, ergothérapeute
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Septembre 2018

 

Photos : iStock.com/olesiabilkei et GettyImages/gpointstudio, monkeybusinessimages et Linda Raymond

 

Ressources et références

  • KNOX, Susan. Revised Knox Preschool Play Scale. 1997.

À lire aussi