Tourner la page

Tourner la page
Par Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
Léonard, le fils de Josée Bournival, est propre. Ça s’est pratiquement fait du jour au lendemain, quand il a décidé que ça lui tentait.

Léonard est propre. De jour comme de nuit. Ça s’est pratiquement fait du jour au lendemain, quand monsieur a décidé que ça lui tentait.

On a essayé différentes approches : du tableau de motivation et passant par les récompenses et l’indifférence. Rien n’y a fait. J’avoue qu’on n’a pas vraiment persisté. L’amoureux et moi sentions que tirer sur la fleur ne la ferait pas pousser plus rapidement. On a respecté son rythme en espérant quand même mettre une croix sur l’achat de couches avant longtemps.

Notre fils est le bébé de la famille. Il n’a pas beaucoup de contrôle sur son environnement familial. En revanche, il a l’énergie d’un leader, le besoin de se distinguer et le désir d’être « le boss » à l’occasion. Il a décidé qu’il serait propre quand bon lui semblerait. On a accepté de bonne grâce. On choisit nos batailles! ;-)

Mon amoureux renaît littéralement! Nous avons cumulé près de dix ans de changements de couches. Il avait hâte qu’on tourne la page sur cette étape. Pour ma part, chaque étape qui m’éloigne de la petite enfance de mes mignons est douce-amère.

J’adore voir Léonard enfiler ses caleçons, un peu maladroitement. J’adore quand il grimpe dans mes bras et que je lui tapote les fesses avec affection. J’adore la disparition des boites de couches, de la poubelle à couches, des lingettes humides, de la crème de zinc, du sac à couches, des piqués servant de station de change.

Je souris chaque fois que fiston demande qu’on lui installe le siège d’appoint ou qu’il réclame un banc sous ses pieds ou un livre pour « attendre mon caca ». Je me retiens de rire lorsqu’il me demande de quitter la salle de bain et de le laisser seul. La demande inverse me fait également sourire.

La première semaine, j’angoissais pour les sorties. Partir aux glissades sur tube en famille et découvrir un pantalon de neige détrempé me stressait. Mais Léonard a fait ça comme un grand. Je constate qu’il est plus agréable de mettre un enfant propre quand le changement vient uniquement de lui.

L’amoureux a également refilé notre poussette à une collègue enceinte. On n’en a plus besoin.

Tous les objets qui témoignent de la présence d’un bébé quittent notre foyer. Il y a une bonne raison à ces changements : je n’ai plus de bébé.

Et vous? Quelle étape vous a fait réaliser que vous n’aviez plus de bébé à la maison? Comment se passe l’apprentissage de la propreté pour votre petit? Dire adieu aux couches, est-ce une étape que vous attendez avec impatience?

 

Photo : GettyImages/monkeybusinessimages

Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
Je suis la maman de 3 grandes filles et d’un petit garçon. Je souhaite échanger avec vous sur une foule de sujets reliés à la vie de famille.
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet