Le fast food : les réponses à vos questions

Le fast food : les réponses à vos questions
11 mars 2012

Q : À quelle fréquence puis-je aller dans un restaurant de malbouffe sans me sentir coupable pour mes enfants? Dois-je leur en interdire l’accès?

R : Il est vrai qu’une alimentation saine passe par un choix d’aliments plus nutritifs. Cependant, dans cette définition assez simpliste, on n’aborde pas la notion de plaisir. Or, une alimentation saine doit absolument passer par le plaisir de manger qui implique une relation saine envers la nourriture. On espère bien sûr que la santé et le plaisir soient compatibles. Mais impossible de se le cacher, c’est vraiment plaisant de manger quelques frites à l’occasion!

Vous aurez un effet très positif sur l’alimentation de vos petits mangeurs si vous leur apprenez dès leur plus jeune âge que tous les aliments sont permis et qu’une alimentation saine n’implique pas de restriction.

Il est mieux donc d’éviter toute forme d’interdit ou de restriction afin que vos enfants conservent une relation saine avec les aliments.

Cependant, une sortie au restaurant de type fast food devrait rester un événement occasionnel afin de prioriser les choix alimentaires plus nutritifs. Par ailleurs, le plus souvent, l’enfant ne se souviendra pas nécessairement de ce qu’il a consommé dans ce restaurant, mais davantage des jeux et des activités qui lui sont offerts et réservés, c’est ce qui l’incitera à vouloir y retourner.


 Q : Est-ce que les menus pour enfants offerts dans les restaurants de ce type sont adéquats en ce qui concerne la qualité et la quantité?

R : On retrouve souvent les mêmes choix. L’offre d’aliments à valeur nutritive élevée (ou intéressants sur le plan nutritionnel) est presque absente. Oui, certains restaurants proposent une salade ou des crudités pour remplacer les frites, ou encore du lait ou un jus pour remplacer la boisson gazeuse, mais encore là si vous ne le savez pas, on ne vous l’offrira pas d’emblée.

À cause des portions plus petites, les repas pour enfants contiennent majoritairement moins de gras saturés que les plats pour adultes, mais la quantité reste élevée. Le sel est aussi très présent. Par exemple, quatre croquettes de poulet accompagnées de sauce barbecue et d’une petite frite fournissent 25 g de lipides, dont 4 g de gras saturés et près de 880 mg de sodium, soit la moitié de l’apport maximal tolérable en sodium pour un enfant!

Préférez le lait au jus ou à la boisson gazeuse et la salade ou les crudités aux frites. Ils améliorent la valeur nutritive du repas. Parfois, il s’agit de simples compromis pour améliorer le bilan nutritionnel.

La portion est souvent, elle aussi, peu appropriée. Tout comme les portions pour adulte, celles des enfants n’ont cessé d’augmenter ces dernières années. Aux États-Unis notamment, le format de boisson gazeuse offerte aux enfants est passé de 210 ml (7 oz) à 360 ml (12 oz) dans certains restaurants de type fast food, quand ces boissons ne sont pas offertes à volonté. Et plusieurs études en ont fait mention : plus la portion offerte est importante, plus on est susceptible d’en consommer, que l’on ait faim ou pas. Certaines ont établi un lien entre la consommation régulière d’aliments de type malbouffe, la taille des portions offertes et l’épidémie d’obésité actuelle.


Q : Est-ce possible de connaître la composition nutritionnelle des repas servis dans les restaurants de malbouffe?

R : La plupart des restaurants de malbouffe offrent la possibilité de consulter la valeur nutritive de leurs mets… sur leur site Internet!

Il est à ce moment-là plus difficile de faire un choix éclairé arrivé le moment de passer la commande au restaurant. Cependant, certains l’offrent sur place à leurs clients. La composition nutritionnelle des repas offerts peut être affichée dans le restaurant. Il vous faudra demander à un employé de vous montrer où cette information se situe.


Q : Que pensez-vous du fait d’organiser la fête de mon enfant dans un restaurant de type fast food?

R : L’offre alimentaire pour les enfants reste limitée dans ce type de restaurant. On y trouve rarement des aliments nutritifs. Il est plus bénéfique pour les enfants d’associer le plaisir des événements et des sorties spéciales à des aliments nourrissants et non à des aliments de type malbouffe uniquement. Le contexte dans lequel les enfants mangent influence assurément le souvenir qu’ils en auront. Les aliments frais, nutritifs et savoureux méritent d’avoir leur place à cet égard. Il n’y a pas un enfant pour qui une journée de fête sera gâchée par un menu équilibré s’il est appétissant. Pourquoi vouloir associer événement particulier à fêter et aliments plus sucrés, plus gras et moins nutritifs?

Les enfants se souviendront certainement de leur fête dans ce type de restaurant. Ils se rappelleront des jouets qui leur seront offerts, des activités et des jeux qui leur sont destinés et ils voudront y retourner. Ils reconnaîtront le logo du restaurant et pourront l’associer à leur expérience vécue. Mais en fin de compte, pour profiter des jeux et des jouets à disposition, il vous faudra aussi y manger.


Q : Que penser des jouets offerts aux enfants dans certains restaurants de type fast food?

R : Les figurines ou jouets offerts dans certains restaurants de type fast food ne sont que la pointe de l’iceberg des stratégies marketing des industriels de l’agroalimentaire destinés à charmer nos petits mangeurs. Aires de jeux, personnages de dessin animé sur les emballages d’aliments, formes amusantes, couleurs attrayantes et publicités attirent nos enfants vers certains produits et restaurants. Toutes ces stratégies visent à influencer nos tout-petits et sont lucratives pour les industries, car ça fonctionne, malheureusement. Les enfants ne connaissent pas encore ce qu’est la publicité. Par exemple, des études montrent que les enfants ne font pas la distinction entre de la promotion et la programmation régulière à la télévision.

Au Québec, la publicité destinée aux enfants de moins de 13 ans est interdite depuis 1980. La Loi sur la protection du consommateur interdit notamment la promotion de produits ou d’aliments attrayants pour les enfants durant les émissions de télévision qui leur sont destinées. Des messages publicitaires sur des aliments ou des objets ayant un attrait particulier pour nos petits mangeurs peuvent toutefois être diffusés lorsque les 2 ans à 13 ans représentent moins de 5 % de l’auditoire, c’est-à-dire quand les programmes sont destinés aux plus grands.

Plusieurs entreprises agroalimentaires ont été accusées de transgresser la loi en faisant la promotion de leurs produits dans des publicités destinées directement aux plus jeunes. En plaidant coupable, McDonald’s a dû payer une amende de 12 000 $. Mais ces publicités illégales ont dû lui rapporter bien plus que cela! Sachant qu’une publicité de 30 secondes suffit à influencer les enfants et que la fidélité à une marque de commerce peut s’établir aussi tôt qu’à l’âge de 2 ans, le géant du fast food a certainement gagné de nombreux petits clients.

Aux États-Unis, des experts ont évalué que 50 % des publicités diffusées durant les heures de grande écoute des enfants promouvaient des aliments qui sont, 9 fois sur 10, de piètre qualité nutritionnelle.

Une étude a souligné que les enfants de 4 à 6 ans préfèrent le goût des aliments qui montrent des personnages populaires d’émissions pour enfants sur l’emballage par rapport aux mêmes aliments présentés dans des emballages sans personnage. Une autre étude révèle que 93 % des jeunes reconnaissent la marque McDonald’s, ce qui en fait la marque la plus reconnue. De plus, les enfants de 3 à 5 ans préfèrent les frites présentées dans un emballage McDonald’s plutôt que les mêmes frites dans un emballage anonyme.

La publicité et le marketing alimentaire jouent un rôle prépondérant dans la création de « nouveaux besoins » qui s’expriment principalement par une consommation croissante de produits transformés souvent riche en gras, en sucre et en sel.

Comme l’a souligné l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la majorité des aliments ciblant directement les enfants sont des aliments à faible valeur nutritive. L’OMS reconnaît que le marketing agressif de la malbouffe et de boissons riches en énergie est un facteur probable de l’épidémie d’obésité.

Que faire pour y remédier? L’OMS réclame que l’industrie alimentaire soit plus responsable dans la mise en marché et la promotion de leurs produits moins nutritifs destinés à nos tout-petits. Mais, dans une perspective plus réaliste, la sensibilisation des parents et des enfants à ce marketing alimentaire pourrait aider à défaire cette association « malbouffe-plaisir » et permettre de faire des choix alimentaires plus nutritifs.


Q : Que penser des aliments de type fast food que l’on trouve à l’épicerie? Est-ce que je peux en offrir à mon enfant?

R : Ces produits transformés sont souvent riches en gras, en sucres ajoutés et en sel. Des nutriments dont il faut limiter la consommation.

Cependant, il n’y a pas d’aliments permis ou interdits. Une alimentation saine est synonyme de plaisir et tous les aliments y ont leur place. Certes, certains aliments ont une plus grande valeur nutritive que d’autres. Bien que ceux-ci doivent prédominer, il ne faut pas négliger ceux qui, moins nourrissants, ont tout de même une valeur culturelle, affective ou gastronomique. Rien ne vous empêche de servir des croquettes de poulet frites à l’occasion! « À l’occasion » reste le mot d’ordre!

D’autres choix s’offrent également à vous. Vous pouvez préparer vous-même des croquettes ou des frites maison. Voici quelques recettes, plus nutritives et également savoureuses, qui feront le bonheur gustatif de vos petits mangeurs (ainsi que le vôtre) :

  • Croustillant de poulet
  • Pizza pita
  • Mignons miniburgers de thon
  • Poisson pané à la cajun
  • Hamburger de tofu
  • Frito-folies

Notez que les nutritionnistes d’Infocuisine ne répondront pas à de nouvelles questions dans cette page, mais qu’il vous est toujours possible de les contacter par le site Web de nospetitsmangeurs.org

Nos petits mangeurs
L'alimentation de vos enfants vous préoccupe? Voici les conseils personnalisés des nutritionnistes de Nospetitsmangeurs.org.
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Partager