Le point sur les humidificateurs

Le point sur les humidificateurs

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les humidificateurs, longtemps recommandés pour soulager les symptômes respiratoires, sont maintenant déconseillés par plusieurs experts.

7 novembre 2016 | Avec la saison du rhume qui commence, certains enfants peuvent connaître des difficultés respiratoires. Les humidificateurs ont longtemps été recommandés pour les soulager, mais ces appareils sont maintenant déconseillés par plusieurs experts.

« Depuis les années 1980, plusieurs publications scientifiques se sont penchées sur les problèmes de santé reliés à l’utilisation des humidificateurs, confirme le Dr Pierre Lajoie, médecin-conseil à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Ces problèmes sont associés à la présence de très fines particules dans la vapeur produite et à des contaminations microbiennes des appareils. » Les humidificateurs sont en effet des milieux propices au développement des bactéries et des moisissures, car l’eau qui s’y trouve demeure à la température ambiante pendant de longues périodes.

De plus, l’objectif de ces appareils étant de projeter de fines gouttelettes d’eau dans l’air, les microorganismes peuvent s’y retrouver et être respirés par les gens. Selon Santé Canada, un mauvais entretien d’un humidificateur pourrait ainsi causer des problèmes respiratoires, en particulier chez les enfants asthmatiques, allergiques ou ayant d’autres difficultés respiratoires.

Un entretien rigoureux

Même s’ils sont déconseillés, on trouve encore de nombreux appareils sur le marché. « Les moisissures peuvent se développer en 24 à 48 heures dans un milieu humide, souligne Jean-Marc Leclerc, conseiller scientifique à la qualité de l’air à l’INSPQ. Il est donc très important de suivre les consignes d’entretien du fabricant lors de l’utilisation d’un humidificateur. »

Trois types d’humidificateurs
  • Les vaporisateurs : ils humidifient l’air grâce à de la vapeur chaude.
  • Les humidificateurs à vapeur froide : ils soufflent de l’eau dans l’air grâce à un ventilateur motorisé.
  • Les humidificateurs aux ultrasons : ils émettent des ultrasons qui produisent de fines gouttelettes projetées dans l’air.

Aucun type n’est toutefois plus efficace qu’un autre.

L’organisme américain Consumer Reports suggère d’ailleurs quelques conseils pour éviter les contaminations :

  • Vider, rincer et sécher la plaque de base et les réservoirs tous les jours.
  • Nettoyer les pièces avec du vinaigre et désinfecter l’appareil avec une solution contenant de l’eau de Javel chaque semaine.

« Si un humidificateur est utilisé sur de courtes périodes et qu’il est bien entretenu, la probabilité qu’il y ait un problème de contamination et d’émission de microorganismes dans l’air est mince », remarque le Dr Lajoie.

Cependant, très peu de gens respecteraient cette routine d’entretien. Selon un sondage maison réalisé par Consumer Reports, 59 % des personnes utilisant un humidificateur ne le nettoieraient pas tous les jours et 25 % le feraient 2 fois ou moins par mois. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles les humidificateurs sont déconseillés.

Par ailleurs, aucun type d’humidificateurs n’est à l’abri des contaminations si l’entretien est déficient, même ceux qui prétendent avoir des mécanismes limitant la multiplication des microbes. Consumer Reports a en effet testé plusieurs modèles récents d’humidificateurs. « Ils ont ainsi démontré que la majorité des appareils présentaient une croissance significative de bactéries au niveau du réservoir et que plusieurs avaient le potentiel d’émettre ces bactéries dans l’air », souligne Jean-Marc Leclerc.

Peu efficaces pour soulager les symptômes

Le principe derrière l’humidificateur est qu’en augmentant l’humidité de la pièce, on humidifie aussi les voies respiratoires de l’enfant, ce qui diminue ses symptômes. Cependant, dans la pratique, peu d’études démontrent que l’utilisation de ces appareils soulage réellement les problèmes respiratoires chez les enfants. « Le nombre de problèmes de santé pour lesquels on pourrait recommander l’utilisation d’un humidificateur chez l’enfant est d’ailleurs limité », ajoute le Dr Lajoie.

En fait, les quelques études qui existent ont plutôt révélé l’inefficacité de ces appareils. « L’utilisation des humidificateurs est carrément déconseillée chez les enfants qui souffrent d’asthme, ajoute-t-il. La vapeur chaude n’est pas recommandée non plus pour la laryngite. Enfin, les humidificateurs en général ne sont pas suggérés pour traiter la bronchiolite. »

Il n’y a que le rhume pour lequel certains pédiatres continuent de recommander l’utilisation d’humidificateurs à vapeur froide dans le but d’améliorer le confort des enfants. Cependant, les recommandations les plus récentes de la Société canadienne de pédiatrie et du guide Mieux vivre avec son enfant de la grossesse à deux ans suggèrent plutôt de les éviter.

« Un humidificateur est une mesure complémentaire, insiste le Dr Lajoie. Son utilisation seule ne peut donc pas régler véritablement les problèmes respiratoires. » Le médecin recommande plutôt aux parents de suivre ces quelques mesures de base pour soulager les symptômes d’un enfant malade.

  • S’assurer que l’enfant est dans une position confortable pour dégager ses voies respiratoires. Par exemple, le prendre et le redresser pour éviter qu’il soit couché sur le dos.
  • Aller dehors pendant 10 à 15 minutes afin que l’enfant puisse respirer de l’air froid.
  • Nettoyer les voies respiratoires de l’enfant avec une poire nasale ou un vaporisateur d’eau saline, selon son âge.
  • Faire boire l’enfant suffisamment.


Kathleen Couillard – Équipe Naître et grandir

Naitre et grandir.com

 

Photo : iStock.com/yocamon

Partager

À lire aussi