Familles homoparentales: le bien-être des enfants est le même

Familles homoparentales: le bien-être des enfants est le même

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les enfants vivant au sein d’une famille homoparentale avec deux mamans se développeraient aussi bien que ceux issus de familles hétérosexuelles, confirme une étude réalisée aux Pays-Bas.

25 avril 2016 | Une autre étude vient confirmer que l’orientation sexuelle des parents n’a pas d’influence sur le développement des enfants. En effet, les enfants vivant au sein d’une famille homoparentale avec deux mamans se développeraient de la même manière que ceux issus de familles hétérosexuelles, rapporte une étude réalisée aux Pays-Bas auprès de 190 familles.

Le fait d’être élevé par un père et une mère ou par deux mères n’aurait d’ailleurs pas de répercussions sur la santé générale des enfants, sur la présence de difficultés émotionnelles ou sur les capacités d’apprentissage.

Les chercheurs ont également noté que c’est la qualité des relations familiales qui serait importante pour le bien-être des enfants et non pas le type de famille. L’étude révèle d’ailleurs que l’orientation sexuelle des parents n’influencerait pas la qualité de relation de couple et de la relation parent-enfant.

Les résultats de cette étude s’ajoutent ainsi à plusieurs autres qui concluaient déjà que les enfants qui vivent dans des familles homoparentales se développeraient aussi bien que les autres. Selon un expert américain, au moins 73 études seraient déjà arrivées aux mêmes résultats.

En fait, les chercheurs néerlandais n’ont relevé qu’une seule différence entre les familles hétéroparentales et homoparentales avec deux mamans : les mères homosexuelles disaient vivre davantage de stress en lien avec leur rôle parental. Selon les chercheurs, ces mères ressentiraient peut-être qu’elles doivent davantage justifier leur façon d’élever leurs enfants en raison des préjugés qui existent encore au sujet de la famille homoparentale. Il serait donc important de mieux comprendre le stress vécu par ces mères et de développer des ressources pour leur venir en aide, soulignent les auteurs de l’étude.

Pour arriver à ces résultats, les chercheurs ont étudié exclusivement des familles stables hétéroparentales et homoparentales dirigées par un couple féminin dont les parents prennent soin de leurs enfants depuis la naissance. Selon les auteurs de l’étude, cette approche a permis de minimiser les effets d’autres facteurs, comme la séparation, qui sont connus pour influencer le développement de l’enfant et qui auraient pu fausser les résultats.

Familles homoparentales au Québec
Au Québec, 8 % des couples homosexuels vivent avec au moins un enfant. Les familles homoparentales ne représentent toutefois que 0,2 % des familles dirigées par un couple. De ces familles, 77 % sont dirigées par un couple féminin et 22 % par un couple masculin. Pour en savoir plus, consultez le Portrait des familles homoparentales du Québec.


Sources : Eurekalert, Journal of Developmental & Behavioral Pediatrics et ministère de la Famille

Kathleen Couillard – Agence Science-Presse

 

Photo : iStock.com/Portra

Partager

À lire aussi