Le 4e trimestre

Le 4e trimestre
On entend de plus en plus parler du 4e trimestre après la grossesse. Qu’est-ce que c’est au juste et d’où provient ce concept?


On entend de plus en plus parler du 4e trimestre après la grossesse. De quoi s’agit-il au juste et d’où provient ce concept?

Qu’est-ce que le 4e trimestre?

Le 4e trimestre correspond à la période s’écoulant de la naissance du bébé jusqu’à sa douzième semaine de vie. Il s’agit d’une période de transition, autant pour les parents, en particulier la mère, que pour le nouveau-né qui a besoin d’un environnement sécuritaire, chaleureux et intime pour s’adapter à sa nouvelle vie.

Les origines du 4e trimestre

L’auteure américaine Jean Liedloff est l’une des personnes qui a introduit le concept du 4e trimestre dans les années 1970. Après plusieurs séjours avec des indigènes du Vénézuéla, elle en est venue à la conclusion que les bébés ont besoin de se retrouver dans des conditions semblables à celles dans lesquelles notre espèce a évolué pour bien se développer. Ce processus se ferait selon un continuum, c’est-à-dire un enchaînement d’expériences bien précises. Les premiers mois de vie seraient donc une continuité de la grossesse.

Le bébé a besoin, entre autres, de retrouver après la naissance certains éléments qui l’ont bercé dans le ventre de sa mère, notamment la proximité physique. Jean Liedloff a proposé cette théorie dans son livre Le concept du continuum, où elle préconise des pratiques comme le portage, le cododo et l’allaitement.

Ce livre a par la suite été une source d’inspiration pour le célèbre pédiatre William Sears. Dans ses livres, le Dr Sears encourage des pratiques parentales basées sur la théorie de l’attachement très semblables à celles préconisées par Jean Liedloff.

C’est toutefois le Dr Harvey Karp qui a popularisé le terme « 4e trimestre » dans les années 2000. Selon lui, les bébés naissent trop tôt. Pour les calmer, il faut donc imiter l’environnement de l’utérus. Il recommande, entre autres, de répondre au besoin de succion du bébé et de le bercer. Il fait aussi la promotion de l’emmaillotage. Les experts recommandent toutefois la prudence avec cette pratique.

Ces explications du 4e trimestre sont largement basées sur le vécu du bébé. Toutefois, certains professionnels de la santé associent plutôt le 4e trimestre à l’expérience de la mère qui doit à la fois se remettre physiquement de l’accouchement et s’adapter à son nouveau rôle de mère. Même si ces deux visions peuvent être complémentaires, elles sont rarement présentées ensemble.

Toutefois, de plus en plus d’experts parlent maintenant du 4e trimestre comme d’un moment où la mère et le bébé doivent se retrouver dans une même bulle. Par exemple, Ingrid Bayot, qui possède une formation belge de sage-femme et qui est maintenant formatrice en périnatalité au Québec, a publié un livre appelé Le quatrième trimestre de la grossesse en 2018. Son livre cherche à sensibiliser aux enjeux qui touchent autant le bébé que la mère et qui surviennent dans les mois suivant la naissance. Elle insiste notamment sur l’idée que le nouveau-né est un foetus à l’extérieur de l’utérus et que le corps de la mère ne redevient pas complètement comme avant, même si les caractéristiques de la grossesse disparaissent.

Un bébé né trop tôt

Selon l’idée que le bébé naîtrait trop tôt, le nouveau-né pourrait être comparé durant ses premiers mois à un foetus à l’extérieur du ventre de sa mère. C’est pourquoi on parle d’un « 4e trimestre ».

Certains experts croient en effet que la grossesse se termine avant que le bébé soit prêt à affronter le monde. Comme les bébés viennent au monde très immature d’un point de vue neurologique, ils sont entièrement dépendants des gens qui en prennent soin. C’est ce qui explique la forte connexion entre la mère et son enfant, qui forment ainsi une dyade.

Pour aider le bébé à s’adapter à la vie à l’extérieur de l’utérus, les parents peuvent utiliser des stratégies qui favorisent la proximité avec le nouveau-né.

Une période d’adaptation pour la mère

Selon la conception du 4e trimestre axée sur le vécu de la femme, si le foetus doit devenir un bébé après sa naissance, c’est aussi à ce moment que la mère doit s’adapter à son nouveau rôle. Il s’agit d’une période où la mère apprivoise ses nouvelles responsabilités. D’un point de vue physique, elle connaît aussi des changements hormonaux importants en plus de devoir se remettre de l’accouchement qui a pu être très exigeant.

Voici quelques fiches abordant les suites de l’accouchement et l’adaptation au rôle de mère.

L’autre parent et les proches de la famille peuvent aussi donner un coup de main.

 

Le père et le 4e trimestre

Les pères aussi doivent s’adapter pendant le 4e trimestre à l’arrivée du bébé. Ils ont leur propre façon de réagir à la naissance et leur identité se trouve modifiée par leur nouveau rôle de père. Par exemple, certains pères développeront alors un fort sentiment protecteur envers leur famille.

 

À retenir

  • Le bébé dépend complètement de ses parents pendant les premiers mois suivant sa naissance.
  • La nouvelle mère doit se remettre de l’accouchement et s’adapter à son nouveau rôle de mère.
  • Le père aussi doit se familiariser avec l’arrivée du bébé.
  • Les proches de la famille peuvent soutenir la mère, le père et le bébé pendant cette période de transition.

 

Naître et grandir

Révision scientifique : Louise Godin, infirmière bachelière et consultante en lactation IBCLC
Recherche et rédaction :Équipe Naître et grandir
Mai 2021

Photo : GettyImages/1134293514

 

Références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • BAYOT, Ingrid. Le quatrième trimestre de la grossesse. Toulouse, Éditions Érès, 2018.
  • BILODEAU, Mélanie. Soyez l’expert de votre bébé. Montréal, Éditions Midi Trente, 2019.
  • DORÉ, Nicole et Danielle LE HÉNAFF. Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans : guide pratique pour les mères et les pères. Québec, Institut national de santé publique du Québec. www.inspq.qc.ca.
  • GUEGUEN, Catherine. Pour une enfance heureuse : repenser l’éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau. Paris, Éditions Robert Laffont, 2014.
  • GUEGUEN, Catherine. Vivre heureux avec son enfant : un nouveau regard sur l’éducation au quotidien grâce aux neurosciences affectives. Paris, Éditions Robert Laffont, 2015.
  • KARP, Harvey. What is the fourth trimester? www.happiestbaby.com
  • LAVOLLAY, Bernadette. Les vrais besoins de votre bébé : les découvertes qui révolutionnent la naissance et les premiers mois. Paris, Éditions les Arènes, 2018.
  • MacNAMARA, Deborah. Jouer, grandir, s’épanouir : le rôle de l’attachement dans le développement de l’enfant. Vancouver, Éditions au Carré, 2017.
  • National Childbirth Trust. What is the fourth trimester? www.nct.org.uk
  • ODENT, Michel. Le bébé est un mammifère. Paris, Éditions l’Instant Présent, 2014.
  • PICKERT, Kate. The Man Who Remade Motherhood. TIME. content.time.com
  • STUEBE, Alison M. et Kristin P. TULLY. « Optimizing Maternal-Infant Health: Ameliorating the Mismatch between Evolved Dyadic Needs and the Current Culture of Health around the 4th Trimester ». Dans Integrating Evolutionary Biology into Medical Education: For Maternal and Child Healthcare Students, Clinicians, and Scientists, sous la direction de Jay Schulkin et Michael Power, Oxford University Press, 2019, 288 p.
  • THE LIEDLOFF SOCIETY FOR THE CONTINUUM CONCEPT. Understanding The Continuum Concept. www.continuum-concept.org
  • VERBIEST, Sarah B., Kristin P. TULLY et Alison M. STUEBE. Promoting Maternal and Infant Health in the 4th Trimester. Zero to Three, 2017. www.mombaby.org
  • ZEPHYR, Lory. Maman en construction : petit chantier de réflexion sur la maternité. Montréal, Les Éditions de l’Homme, 2018.

À lire aussi