La dyslexie

La dyslexie
L’enfant dyslexique déploie beaucoup d’énergie à décoder ou à reconnaître les mots, malgré la pratique.

La dyslexie est un trouble du langage écrit. Elle fait partie des troubles d’apprentissage, comme la dysorthographie et la dyscalculie. Ces troubles ont en commun d’affecter la capacité à retenir, comprendre, récupérer ou communiquer de l’information. Ils nuisent à l’apprentissage scolaire.



Comment la dyslexie affecte l’apprentissage

La dyslexie se caractérise par des difficultés à identifier les mots écrits. L’enfant qui présente ce trouble déploie beaucoup d’énergie à décoder ou à reconnaître les mots, malgré la pratique. Par conséquent, il ne lit pas assez précisément et/ou assez rapidement certains mots pour pouvoir bien les comprendre, et donc pour bien comprendre un texte.

Les enfants qui ont des difficultés en lecture ne présentent pas tous une dyslexie. Certains, par exemple, ont un trouble du langage oral qui a des répercussions sur leur apprentissage du langage écrit. D’autre part, les enfants dyslexiques n’ont pas nécessairement de difficulté à comprendre et à parler avant 5 ans, mais si c’est le cas, ces troubles sont souvent légers.

De 10 à 20 % des enfants d’âge scolaire présenteraient des difficultés en langage écrit. Parmi ceux-ci, de 2 à 6 % présenteraient une dyslexie.

Les causes

La dyslexie est un trouble d’origine neurologique. Le cerveau des dyslexiques peine à percevoir et à analyser de façon précise et rapide les sons dans les mots, alors que les autres zones du cerveau fonctionnent normalement. Plusieurs études suggèrent que la dyslexie est héréditaire. La probabilité qu’un enfant soit dyslexique monte à 50 % si l’un de ses parents l’est.

La dyslexie est parfois définie comme un « trouble spécifique d’apprentissage » parce qu’elle ne s’explique pas par d’autres problématiques plus larges, comme une déficience intellectuelle ou visuelle. Elle ne s’explique pas non plus par un manque d’effort de l’enfant ou par un manque de stimulation de la part des parents.

Comment se manifeste la dyslexie?

L’enfant qui présente une dyslexie a de la difficulté à lire les mots, ce qui se manifeste de plusieurs façons. L’enfant peut par exemple avoir de la difficulté à associer les lettres écrites aux sons correspondants (ex. : ph sonne « f »). Cette tâche est encore plus difficile pour lui lorsqu’une lettre ne correspond pas toujours au même son (ex. : g se prononce « g » dans garçon mais « j » dans gentil). Il peut aussi lire en inversant des sons dans les mots (ex. : « talbe » pour table) et confondre des mots semblables (ex. : « aime » pour amie). En plus, il peut avoir de la difficulté à reconnaître rapidement les mots qui ne peuvent pas être décodés lettre par lettre (ex. : Il a déjà vu comment s’écrit le mot monsieur mais essaie quand même de le décoder, ce qui le mène à lire « mon-si-eur »).

À quoi ressemble la lecture d’un texte pour un enfant qui présente une dyslexie? Cet outil permet de mieux le comprendre.

Les difficultés de lecture que rencontrent les dyslexiques sont normales chez les lecteurs débutants. À force d’apprendre et de s’exercer, la majorité des enfants en viennent à lire de façon automatique. Mais cet apprentissage est beaucoup plus ardu pour l’enfant dyslexique. C’est comme s’il restait débutant plus longtemps. L’enfant dyslexique a également de la difficulté en écriture, car elle fait appel aux mêmes habiletés que la lecture.

Les services disponibles

Généralement, l’enseignant(e) qui s’inquiète des habiletés d’apprentissage de la lecture et de l’écriture d’un enfant en parle à ses parents. Il ou elle indique en même temps les démarches à suivre pour déterminer si la dyslexie est en cause.

Actuellement, quelques professionnels sont autorisés à poser le diagnostic de dyslexie, dont les orthophonistes et les psychologues. Les orthopédagogues peuvent aussi apporter leur éclairage. Idéalement, le diagnostic est posé conjointement par plusieurs professionnels.

En général, le diagnostic n’est pas posé avant la 3e année, même si certains signes peuvent mettre la puce à l’oreille au début de la scolarisation, voire durant la petite enfance. Avant de poser le diagnostic, le professionnel doit être certain que les difficultés persistent malgré une intervention ciblée et intensive (interventions en sous-groupes dans la classe, suivi en orthopédagogie, etc.). Certains enfants ont simplement besoin d’un(e) enseignement(e) plus explicite, sans être dyslexiques pour autant.

Les services pour les enfants présentant une dyslexie varient d’un endroit à l’autre. Des services spécialisés sont généralement en place en milieu scolaire. Des cliniques privées offrent aussi des services pour traiter des difficultés.

Chaque enfant dyslexique est unique, et son parcours dépend de plusieurs facteurs, dont les services et les adaptations mis en place pour l’aider. Il importe que l’aide débute rapidement et qu’elle soit soutenue pour augmenter les chances de réussite scolaire.

 

Naitre et grandir.com

Recherche et rédaction : Marie-Ève Bergeron-Gaudin, orthophoniste
Adaptation web : Équipe Naître et grandir
Janvier 2016

 

Ressources et références

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • ASSOCIATION CANADIENNE DES TROUBLES D’APPRENTISSAGE. Le droit d’apprendre, la possibilité de réussir. www.ldac-acta.ca/fr
  • INSTITUT DES TROUBLES D’APPRENTISSAGE. aqeta.qc.ca
  • ST-PIERRE, M.-C. et autres. Difficultés de lecture et d’écriture. Prévention et évaluation orthophonique auprès des jeunes. Presses de l’Université du Québec, 2010, 298 p.

À lire aussi