Les groupes multiâges en garderie

Les groupes multiâges en garderie
Le multiâge est parfois bénéfique pour les enfants. Il faut toutefois être conscient de ses limites.


D’un service de garde à l’autre, la façon de former les groupes n’est pas toujours la même. Certains milieux regroupent ensemble des enfants qui ont pratiquement tous le même âge, tandis que d’autres rassemblent des enfants d’âges différents dans le même groupe, comme au sein d’une famille nombreuse. C’est ce que l’on appelle un groupe multiâge. Ces groupes sont courants dans les services de garde en milieu familial, mais on en trouve dans plusieurs centres de la petite enfance (CPE) et garderies.

Les avantages des groupes multiâges

Les groupes multiâges favorisent le développement général d’un tout-petit, car la présence dans un même lieu d’enfants de divers âges multiplie les occasions d’apprentissage. Ce type de regroupement peut également avoir un effet positif sur le comportement d’un enfant.

Voici les principaux avantages du multiâge :

  • Les plus jeunes observent les plus grands et sont portés à les imiter. Ils peuvent par exemple faire des efforts pour demeurer assis et concentrés comme les grands pendant une histoire. Les tout-petits peuvent aussi se mettre plus facilement à aider à ranger le matériel en voyant faire les plus grands.
  • Grâce à leurs interactions, petits et grands développent leurs habiletés sociales (ex. : ils apprennent à s’affirmer, à prendre soin des autres, à partager, etc.).
  • La présence d’enfants plus vieux amène les plus petits à améliorer leur façon de parler afin de pouvoir mieux communiquer avec eux.
  • Les plus grands apprennent à expliquer des choses ou des jeux aux plus jeunes. C’est une source de fierté pour eux de partager ce qu’ils savent. Les grands renforcent ainsi leurs apprentissages en les expliquant : « Tu vois, ce morceau de casse-tête va avec celui-là parce que… »
  • Les plus grands peuvent servir de modèles pour la gestion des émotions. Comme ils comprennent et gèrent un peu mieux leurs émotions, ils peuvent montrer l’exemple aux petits en utilisant des stratégies d’autocontrôle. Par exemple, nommer sa colère en disant à un ami qu’il est fâché ou aller s’asseoir dans un coin calme au lieu de crier lorsqu’il vit une frustration.
Comme les enfants apprennent beaucoup par observation et par imitation, les groupes multiâges leur offrent l’occasion d’observer des comportements très diversifiés.
  • Les plus grands gagnent de la confiance en servant de modèles aux plus petits. Cela les encourage à faire différentes tâches et à prendre des responsabilités en plus de les rendre plus autonomes.
  • Au contact des plus jeunes, les enfants plus vieux apprennent à mieux percevoir les besoins des autres et à y être plus sensibles. Ils peuvent ensuite en venir à offrir leur aide plus spontanément.
  • Il y a moins de situations propices à la comparaison, car le multiâge met en interaction des enfants qui ont des niveaux de développement différents. Cette absence de comparaison permet aux enfants de reconnaître leurs forces et leurs limites et d’avoir une vision réaliste d’eux-mêmes. Cela contribue à construire leur estime de soi.
  • Les frères et soeurs d’âges différents peuvent demeurer ensemble dans un groupe multiâge.
  • Les enfants établissent des relations à plus long terme, car ils ne changent pas de groupe ni d’éducatrice à la fin de l’année. Cette stabilité leur permet de construire des liens solides avec leur éducatrice et leurs amis.
  • Le sentiment de confiance avec l’éducatrice est habituellement fort, car elle connaît très bien les enfants et leurs parents. Tout cela contribue à mettre en place une bonne collaboration entre adultes pour le bien de l’enfant.
  • Le multiâge peut être un atout pour un enfant aux besoins particuliers (ex. : déficience physique, trisomie 21, paralysie cérébrale). Il peut s’amuser avec des enfants plus jeunes ayant les mêmes capacités et champs d’intérêt que lui. Il peut aussi se faire ami avec des plus grands qui aiment prendre soin de lui.

Les défis liés aux groupes multiâges

Le multiâge peut cependant comporter certains défis auxquels les éducatrices doivent être attentives afin de favoriser des relations harmonieuses entre les enfants.

Voici quelques exemples de défis à relever :

  • Les enfants plus grands cherchent parfois à contrôler les plus jeunes ou à tout décider pour eux.
  • Les plus grands peuvent devenir intolérants à l’égard des petits qui veulent s’intégrer à leurs jeux, mais qui ne savent pas encore bien respecter les règles.
  • Les éducatrices insistent parfois trop pour que les grands aident les plus petits dans diverses tâches. Cela amène parfois les plus grands à prendre des responsabilités pour lesquelles ils ne sont pas prêts.
  • Les sorties et activités à l’extérieur peuvent être plus difficiles parce que les enfants n’ont pas le même niveau d’autonomie (ex. : marche, apprentissage de la propreté).
  • Le moment de la sieste peut être plus difficile en raison des besoins de sommeil différents des enfants selon leur âge. Il faut alors penser à un espace de jeu calme pour les plus grands à leur réveil.
  • Les activités offrant de réels défis pour les grands sont plus difficiles à organiser pour des raisons de sécurité. Par exemple, offrir aux grands des jeux d’assemblage avec de petites pièces devient parfois difficile lorsque de plus jeunes enfants sont autour et risquent de les mettre dans leur bouche et de les avaler. Des activités peuvent donc être limitées même si les enfants plus grands sont pleinement capables de les faire.

Comment surmonter les défis liés aux groupes multiâges

L’éducatrice peut adopter certaines pratiques pour favoriser le développement de tous les enfants d’un groupe multiâge. Par exemple, elle peut prévoir des moments de jeux plus complexes pour les enfants plus vieux et proposer d’autres activités aux plus petits durant ces périodes. Elle peut aussi former des duos « grand » et « petit » pour favoriser la collaboration entre les enfants.

Par ailleurs, les activités ouvertes ou activités-projets (ex. : faire une recette de pâte de sel ou jouer à faire le marché) sont particulièrement appropriées pour les groupes multiâges. Ce type d’activité peut être réalisé de diverses manières, selon les habiletés de chacun. Par contre, les activités qui ont un but précis (ex. : faire un bricolage en plusieurs petites étapes) conviennent moins, car elles sont souvent soit trop faciles ou trop difficiles pour les enfants, suivant leur âge.

Finalement, l’éducatrice doit avoir une bonne connaissance du développement des enfants. Comme les besoins d’un tout-petit de 18 mois sont bien différents de ceux d’un enfant de 4 ans, elle doit adapter ses interventions en fonction des capacités de chacun des enfants du groupe.

 

À retenir

  • Les groupes multiâges permettent notamment aux enfants de faire plusieurs apprentissages et d’établir des liens forts avec leurs amis et leur éducatrice.
  • Ce type de regroupement pose toutefois certains défis d’organisation, comme faire des sorties et des activités avec des enfants d’âges différents.
  • Les éducatrices peuvent adapter leurs pratiques pour surmonter les défis liés aux groupes multiâges.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Septembre 2019

 

Photos : iStock/FatCamera et GettyImages/Rawpixel

 

Ressources et références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Pour les parents :

  • BOURCIER, Sylvie. Comprendre et guider le jeune enfant : à la maison, à la garderie. Montréal, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2004, 168 p.
  • LA PLACE 0-5. Guichet unique d’accès aux places subventionnées en services de garde. www.laplace0-5.com
  • PELLETIER, Danièle. Activité-projet : pour le développement global de l’enfant, de la pouponnière au service de garde en milieu scolaire. 3e éd., Montréal, Modulo, 2016, 256 p.

Pour les enfants :

  • BOURQUE, Solène. Mini Loup vit un tourbillon d’émotions. Québec, Éditions Midi trente, 2017, 48 p.
  • DAXHELET, François. À la garderie. Éditions Boomerang jeunesse, coll. « Cajoline », 2010, 24 p.

 

Partager

À lire aussi