Le développement psychosexuel de 3 à 5 ans

Le développement psychosexuel de 3 à 5 ans
De 3 à 5 ans, le développement psychosexuel de l’enfant passe par le jeu. Découvrez-en les étapes.



Chez les bébés et les tout-petits, le développement psychosexuel est avant tout guidé par la curiosité et l’exploration. De l’éveil des sens du nourrisson à la découverte de la différence des sexes, les comportements sexuels font partie du développement sain et normal des jeunes enfants.

Connaître les étapes du développement psychosexuel de l’enfant vous permettra d’accompagner plus facilement votre tout-petit dans ses découvertes, de bien réagir lors de la manifestation de comportements sexuels et de savoir quand et comment lui parler de sexualité. Voici ce qu’il faut savoir sur le développement psychosexuel d’un enfant de 3 à 5 ans.

Voir aussi

  • Le développement psychosexuel de 0 à 3 ans
  • Une période de curiosité

    Vers 3 ans, l’enfant s’intéresse de plus en plus à son corps et à son fonctionnement. Il manifeste son intérêt par des mots (ex. : pipi, caca, pet) et par sa tendance à se déshabiller. Ces comportements sont aussi une façon pour lui de tester les règles sociales qu’il commence à mieux comprendre.

    À cet âge, le tout-petit se demande d’où viennent les bébés. Il est aussi curieux du corps des adultes et peut chercher à les voir nus (lors de l’habillage, de la toilette, etc.) ou à vouloir les toucher. Comme adulte, il est important de ne pas accepter de toucher l’enfant ou d’être touché par lui. La curiosité des enfants doit être encadrée.

    Pendant cette période, l’enfant devient plus conscient des différences entre les filles et les garçons. Il peut alors vouloir explorer en jouant au docteur avec d’autres enfants de son âge. Il veut aussi tenter d’imiter les adultes en embrassant ses amis et en les tenant par la main.

    À partir de 3 ans, l’enfant joue d’ailleurs beaucoup à des jeux de rôle (ex. : au papa et à la maman, aux amoureux) avec ses amis ou ses frères et soeurs. Il est motivé par la curiosité et l’envie d’expérimenter les différents rôles sexuels.

    C’est à ce moment que vous pouvez commencer à lui parler de sexualité. La qualité de votre relation et de votre communication est ce qui amènera votre enfant à vous poser des questions sur la sexualité sans malaise.

    À cet âge, il peut comprendre lorsque vous lui expliquez que son corps lui appartient et qu’il n’est à personne d’autre. En évitant de vous promener nu devant votre enfant, vous le sensibilisez au fait que le corps est quelque chose de privé qu’on ne partage pas avec les autres et qu’il en est de même pour lui. Vous pouvez également aborder le thème des relations égalitaires entre les filles et les garçons. C’est d’ailleurs une bonne façon de prévenir les agressions sexuelles.

    L’autostimulation

    Il n’est pas rare de voir les jeunes enfants se frotter contre une peluche, se balancer sur les hanches ou se frotter les cuisses. Cela leur procure de l’apaisement, du réconfort et du plaisir. Cette forme d’autostimulation constitue donc une activité normale pratiquée par plusieurs enfants.

    L’autostimulation devient plus fréquente à partir de 15 mois. Il se peut que l’enfant plus âgé continue à pratiquer l’autostimulation à l’occasion, motivé par le besoin de détente, de réconfort ou de plaisir. Si vous surprenez votre tout-petit en train de se caresser en regardant la télévision, par exemple, vous pouvez lui rappeler qu’il peut explorer son corps, mais que cela se fait dans l’intimité, dans sa chambre. Il est assez grand maintenant pour comprendre le concept de moments privés.

    Le complexe d’Oedipe

    Vers 3 à 4 ans, l’enfant vit souvent ses premiers intérêts amoureux qu’il dirigera généralement vers son parent de sexe opposé. Ainsi, la petite fille voudra avoir une place unique dans le coeur de son papa et le petit garçon dans le coeur de sa maman. Le parent de même sexe que l’enfant (ou le conjoint du parent de l’autre sexe) devient alors un obstacle. Cette compétition peut se manifester de différentes façons : préférence marquée pour le parent de l’autre sexe, opposition fréquente au parent de même sexe que lui, proximité physique plus grande avec le parent de l’autre sexe, tentative de s’immiscer dans le lit conjugal, crise lorsque les parents sortent sans l’enfant, etc. C’est ce qu’on appelle le complexe d’Oedipe.

    Certains enfants vivent leurs premiers intérêts amoureux envers le parent de même sexe qu’eux, et c’est alors le parent de l’autre sexe qui est le rival. Il s’agit alors du complexe d’Oedipe inversé.

    Le complexe d’Oedipe est tout à fait normal et disparaît habituellement de lui-même entre 5 et 6 ans. Pour faciliter la résolution du complexe d’Oedipe, le parent élu doit faire comprendre à son enfant qu’il l’aime comme son enfant et qu’il est fier de lui, mais qu’il a un amoureux ou une amoureuse et qu’un jour lui aussi aura quelqu’un de spécial dans sa vie. Le parent rival doit pour sa part se montrer patient, prendre le temps de faire des activités agréables avec l’enfant et devenir un modèle auquel il aura envie de s’identifier. Surtout, il faut éviter de rire de l’enfant ou de le punir pour son comportement. Il pourrait en ressentir de la gêne, de la honte, voire de la culpabilité.

    La nudité

    Plusieurs parents se demandent quand ils doivent arrêter de prendre le bain avec leur enfant ou de se montrer nus devant lui. Il existe 2 principaux points de vue sur le sujet. Des experts soutiennent que la nudité ne pose pas de problème tant qu’il n’y a pas de malaise et que chacun respecte les limites de l’autre. D’autres affirment plutôt que la nudité devrait être limitée à partir du moment où l’enfant est âgé d’environ 1 an.

    • Jusqu’à ce que votre enfant manifeste un malaise
      Pour certains spécialistes, la nudité est une question personnelle qui varie d’une famille à l’autre. L’important, selon eux, est que le parent et l’enfant soient à l’aise devant la nudité et que chacun respecte les limites de l’autre.

      Le parent doit toutefois être attentif aux signes de l’enfant indiquant qu’il n’est plus à l’aise devant la nudité. Par exemple, il vous demande de ne pas le regarder lorsqu’il enlève ses vêtements ou de fermer la porte lorsqu’il est sur la toilette. Il faut alors l’écouter, respecter son intimité et ne pas vous moquer de sa pudeur. Il est toutefois important de rappeler qu’un enfant de moins de 6 ans ne devrait jamais prendre son bain sans surveillance, même s’il dit ne pas aimer se montrer nu devant vous.

      Le malaise peut aussi venir de vous. Si votre enfant tente de toucher vos parties sexuelles, par exemple, vous pouvez alors lui dire calmement de ne plus le faire. Si cependant vous êtes gêné par cela, cessez de vous montrer nu devant votre enfant.
    • Jusqu’à 1 an environ
      D’autres spécialistes croient que l’inconfort lié à la nudité serait présent avant que l’enfant puisse l’exprimer. Ils suggèrent donc de limiter la nudité devant son enfant une fois qu’il n’est plus un bébé, soit vers l’âge de 1 an.

      En effet, vers 1 an, l’enfant commence à se poser beaucoup de questions sur son environnement, et la nudité en fait partie. Prendre son bain avec vous, par exemple, pourrait l’inciter à poser des questions plus tôt que s’il n’avait pas été exposé à la nudité. Ces spécialistes se demandent aussi si le jeune enfant a la capacité, compte tenu de son développement psychosexuel, de comprendre dans quels contextes la nudité est acceptable et dans quels autres elle est inadéquate.

      Il n’y a pas lieu de s’inquiéter toutefois si votre enfant vous surprend nu. Vous pouvez alors simplement lui demander d’attendre un instant et lui dire que vous irez le trouver quand vous aurez terminé de vous habiller. S’il est plus âgé, vous pouvez aussi lui demander de cogner avant d’entrer.

     

    À retenir

    • L’enfant devient plus curieux à propos de son corps.
    • Il remarque les différences entre son corps et celui des autres.
    • Il tente d’imiter les comportements des adultes.

     

    Naitre et grandir.com

    Révision scientifique : Geneviève Parent, sexologue, psychothérapeute et conseillère parentale
    Rédaction : Équipe Naître et grandir
    Mise à jour : Décembre 2019

    Photo : Istock 19790438

     

    Références

    Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

    • THE NATIONAL CHILD TRAUMATIC STRESS NETWORK. Sexual Development and Behavior in Children. www.nctsn.org
    • NATIONAL SEXUAL VIOLENCE RESOURCE CENTER. An overview of healthy childhood sexual development. www.nationalcac.org
    • SEXUALITY EDUCATION RESOURCE CENTRE MB. Sexual development. serc.mb.ca

    Livres pour parents

    • DOLTO, Françoise. Tout est langage. Paris, Éditions Gallimard, coll. « Folio essais », 2002, 288 p.
    • ROBERT, Jocelyne. Parlez-leur d’amour… et de sexualité. Montréal, Les Éditions de l’Homme, 1999, 192 p.
    • ROSSANT, Lyonel et Jacqueline ROSSANT-LUMBROSO. Votre enfant : guide à l’usage des parents. Paris, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2006, 1515 p.
    • RUFO, Marcel (Pr). Tout ce que vous ne devriez jamais savoir sur la sexualité de vos enfants. Paris, Livre de poche, 2005, 220 p.
    • SAINT-PIERRE, Frédérique et Marie-France VIAU. Que savoir sur la sexualité de mon enfant? Montréal, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2008, 80 p.

    Livres pour enfants

    • FOUGÈRE, Isabelle et Coline CITRON. L’encyclo de la vie sexuelle 4-6 ans. Paris, Hachette Jeunesse, 2016, 32 p.
    • MINISTÈRE DE LA JUSTICE. Le secret du petit cheval. Ottawa, Ministère de la Justice, Communications et affaires publiques, 1989, 15 p. (Un livre qui traite de l’agression sexuelle.)
    • ROBERT, Jocelyne et Jo-Anne JACOB. Ma sexualité de 0 à 6 ans. Montréal, Les Éditions de l’Homme, 2015, 88 p. (Comprend une section pour parents.)
    • ROSENSTIEHL, Agnès. La naissance. Paris, Autrement Jeunesse, 2008, 42 p.

    Documentaire

    • BISSONNETTE, Sophie. Sexy inc. Nos enfants sous influence. Office national du film du Canada, 2007, 35 minutes 27 secondes. Un film sur l’hypersexualisation et l’érotisation de l’enfance, contenant également un guide d’animation. Disponible chez : ONF, 514 283-9000 ou 1 800 267-7710. Pour acheter le DVD sur le site de l’ONF ou pour visionner le film en ligne : www.onf.ca

    Partager

    À lire aussi