Petite fille amoureuse de son papa

Petite fille amoureuse de son papa
J’ai compris que ma fille, entrait dans la période de son développement affectif que l’on nomme le complexe d’Électre, l’équivalent féminin du complexe d’Œdipe.

En tant que papa de deux grands garçons, il y a des choses que je n’avais pas encore vécues. Je m’en suis rendu compte avec ma petite fille récemment. Exemple anodin : en quoi choisir une jupe plutôt qu’un pantalon a de l’importance? Je ne veux pas rentrer dans le débat sur la sexualisation des jouets, mais je constate des différences entre mes garçons et ma fille. Voici un autre exemple qui m’a un peu plus déstabilisé récemment.

La semaine dernière, nous devions séparer la famille pour une soirée. Toshiro chez un ami, maman avec Akira et finalement papa qui va chercher Leeloo.

Maman explique donc la situation à Leeloo :

-Tu vas passer la soirée avec papa et moi je m’en vais avec Akira.

-Toute seule avec papa?

-Oui, toute seule.

-Comme si on était des amoureux? Est-ce qu’on va être tout-nus?

-Quoi? (Réaction de papa!)

En réagissant, j’ai immédiatement compris. Ma fille, qui a presque 4 ans, entrait dans la période de son développement affectif que l’on nomme le complexe d’Électre, l’équivalent féminin du complexe d’Œdipe. Résumons rapidement : la petite fille découvre l’attachement amoureux et se place en compétition avec la mère pour l’amour du père (tout cela dans son imagination, bien sûr!).

Comment réagir?

Mais au-delà de la théorie, que faire? Mettons de côté le malaise ressenti par papa dans cette situation. Avant tout, on ne s’énerve pas, on ne dispute pas son enfant et, bien sûr, on ne le punit pas. Cette réaction affective est parfaitement normale pour un enfant de l’âge de ma fille. L’important, c’est d’expliquer. Voici, après l’effet de surprise, ce que j’ai dit à ma fille.

- Tu sais que papa t’aime énormément?

- Oui, je sais, car tu es mon amoureux.

- C’est vrai que papa t’aime beaucoup, mais l’amoureuse de papa c’est maman. Est-ce que tu le sais?

- Oui, je sais, mais moi aussi je suis ton amoureuse.

- Non, tu es ma fille et une fille ne peut pas être l’amoureuse de son papa. Je t’aime autant que j’aime Toshiro et que j’aime Akira. Est-ce que Toshiro et Akira sont mes amoureux?

- Ben non, ce ne sont pas tes amoureux, ce sont tes garçons!

-Eh bien toi, c’est pareil. Je t’aime plus que tout au monde, mais je ne suis pas ton amoureux, car tu es ma fille.

Dans cette discussion, j’ai tenté de bien faire comprendre à Leeloo la différence entre l’amour inconditionnel que l’on voue à nos enfants et l’amour intime qu’on ressent pour sa ou son partenaire. Il est important également de ne pas ridiculiser ses sentiments. L’objectif est de recadrer tout en expliquant clairement qu’une relation amoureuse est impossible.

Il importe également de mettre une limite claire quant à certains comportements : on ne dort pas, par exemple, nu dans le même lit que son enfant et on ne fait pas de mise en situation qui pourrait laisser croire que l’on est des amoureux (ex. : dire à son enfant qu’on va au restaurant en amoureux). Bien que je sache que ça va en faire réagir plusieurs, le baiser sur la bouche peut aussi porter à confusion pour l’enfant. Je conseille donc de donner les bisous à son enfant sur la joue et de réserver les baisers sur la bouche pour papa ou maman.

L’enfant doit toutefois toujours se sentir écouté et respecté dans ses tentatives de séduction, mais elles ne doivent pas recevoir de réponses positives. Même si on trouve ça charmant et touchant. À un « Je t’aime papa (ou « maman » pour un petit garçon). », vous pouvez parfois répondre : « Moi aussi je t’aime, autant que j’aime ton frère (ou ta sœur). » Vous pouvez aussi dire : «Je t’aime autant que maman (ou papa) t’aime. »

Je sais bien que cette situation peut être déstabilisante pour un papa aimant. En tous cas, elle l’a été pour moi. Je me rassure en me disant que cette période est tout à fait normale et fait partie du développement affectif de ma fille.

Dr Nicolas Chevrier, psychologue
Mes 3 enfants me permettent de peaufiner mes talents de psychologue tous les jours…
Toutes les chroniques de l'auteur