L'enfant qui régresse

L'enfant qui régresse
Il se remet à faire pipi au lit ou réclame une suce… Pourquoi fait-il le bébé tout à coup?


Il arrive parfois que certains enfants réagissent aux événements stressants en adoptant des comportements qui ne semblent plus de leur âge. Par exemple, ils recommencent à faire pipi dans leur culotte, parlent comme un bébé, réclament une suce ou ressentent le besoin de la présence d’un parent pour s’endormir.

Pourquoi un enfant régresse-t-il?

Toutes les périodes de transition qui demandent à un tout-petit de s’adapter sont potentiellement stressantes pour lui (ex. : arrivée d’un autre bébé, entrée à la maternelle ou à l’école, séparation des parents, deuil, déménagement). Elles peuvent alors entraîner une régression chez certains enfants. Ce retour soudain en arrière est le plus souvent passager.

Le tout-petit a besoin de temps pour s’adapter à une nouvelle situation stressante pour lui. Revenir à une étape de développement connue et maîtrisée est aussi un moyen pour lui de se sentir en sécurité. Comme l’enfant a encore de la difficulté à exprimer ses émotions avec des mots, il a tendance à réagir avec son corps.

Il est par exemple normal qu’un enfant, peu importe son âge, éprouve de l’inquiétude et de la jalousie à l’arrivée d’un bébé dans la famille. Même si un enfant est bien préparé à la venue d’un petit frère ou d’une petite soeur et qu’il est heureux de son arrivée, il est possible qu’il change son comportement pendant quelques semaines. Il a besoin de temps pour s’habituer à son nouveau rôle et s’assurer qu’il a toujours une place privilégiée auprès de ses parents.

Durée de la régression

La régression chez l’enfant peut avoir une durée variable, mais elle dure généralement quelques semaines. La régression n’est pas non plus toujours constante.

Par ailleurs, il ne faut pas seulement prendre en considération la durée de la régression, mais aussi déterminer si une ou plusieurs étapes de développement de l’enfant sont touchées. Par exemple, un enfant qui recommence à réclamer la présence d’un parent pour s’endormir, une à deux fois par semaine, pendant plusieurs semaines n’est pas inquiétant. Par contre, un enfant qui, de façon systématique, voudrait recommencer à boire au biberon en plus de mouiller son lit et d’avoir peur du noir mériterait qu’on apporte une plus grande attention aux causes de ses comportements régressifs.

Âge de la régression

Il n’y a pas nécessairement d’âge pour vivre une régression. Évidemment, plus l’enfant vieillit, plus il développe des stratégies d’adaptation. Il parvient donc mieux à exprimer verbalement ses émotions et il est plus apte à gérer l’événement stressant. Il n’est cependant pas anormal d’observer une certaine régression pour un enfant âgé de 5 ans ou plus. Parfois, les comportements régressifs chez un enfant plus vieux sont plus subtils et ont moins d’impact au quotidien sur son fonctionnement. Le meilleur exemple : l’enfant qui reprend une doudou délaissée depuis un certain temps.

Comment réagir?

  • Acceptez les régressions le temps que votre enfant s’adapte à une situation nouvelle ou stressante. N’oubliez pas que certains adultes s’isolent ou prennent des journées de congé lorsqu’ils vivent une situation difficile. Certains enfants font de même : ils reculent, le temps de s’adapter et de rebondir.
  • Accordez de l’attention positive à votre enfant. Par exemple, s’il a recommencé à faire pipi au lit, encouragez-le et félicitez-le lorsqu’il ne mouille pas son lit. N’accordez pas trop d’attention négative aux comportements régressifs de votre tout-petit.
  • Évitez de faire des reproches à votre enfant. Les reproches ne servent à rien et ne l’aideront pas à se comporter comme un grand. Faites attention aussi de ne pas trop valoriser le fait que l’enfant est maintenant « le grand » après l’arrivée d’un nouveau bébé.
  • Accordez de l’attention à ce que l’enfant exprime par la régression, soyez à l’écoute de ce qu’il vit et accompagnez-le dans son adaptation.
  • Observez votre enfant pour comprendre ses émotions et nommez ce qu’il ressent. Puis, rassurez-le sur votre amour et sur votre disponibilité. Par exemple : « Tu me demandes de te bercer, de te donner ta doudou. Cela te rassure et te réconforte. Tu es inquiet parce que nous devons maintenant nous occuper de ta nouvelle petite soeur, mais nous serons toujours là pour toi. »
  • Soyez compréhensif et à l’écoute des besoins de votre enfant. Il a besoin de temps pour s’adapter à une nouvelle situation. Ainsi, mieux il sera préparé aux changements à venir, moins la situation sera perçue comme stressante pour lui.
  • Gardez confiance, car même si ce ne sont pas tous les enfants qui vivent une régression lors des transitions importantes, ce retour en arrière est considéré comme normal dans le développement d’un enfant.

Quand consulter

Il est important de préciser que les comportements régressifs ne sont pas un diagnostic en soi, et il n’y a pas nécessairement de critère de durée fixe d’une régression.

Les comportements régressifs qui nuisent aux apprentissages de l’enfant et à son développement global sont plus inquiétants. Par exemple, si un tout-petit ne peut absolument plus se séparer de sa doudou et que cela l’empêche de faire les activités de bricolage proposées (ex. : dessin et découpage) ou encore s’il prend sa suce tellement souvent que cela l’empêche de jouer et de parler correctement pendant plusieurs jours ou semaines, il serait alors pertinent de consulter un spécialiste pour s’assurer que la régression ne perdure pas davantage.

De même, si la période de régression se prolonge, il vaut mieux consulter un professionnel de la santé. Un médecin peut déterminer si l’enfant a un problème d’infection urinaire dans le cas où l’enfant, propre depuis plusieurs mois, se met à souvent faire pipi dans sa culotte.

Lorsque l’enfant régresse sur d’autres aspects (ex. : suce, peur dans le noir, changement de comportements, etc.) et que la période de régression se prolonge pendant plusieurs semaines, il serait important de consulter un psychologue. Ce professionnel pourrait apporter des solutions au problème d’anxiété vécu par l’enfant en donnant de judicieux conseils aux parents.

À retenir

  • Devoir s’adapter à une situation nouvelle peut être stressant pour un enfant, qui peut alors réagir en régressant.
  • La régression est considérée comme un phénomène normal dans le développement d’un enfant.
  • Si la régression dure plusieurs semaines ou nuit aux apprentissages d’un tout-petit, mieux vaut consulter un professionnel de la santé.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Julie Rioux, psychoéducatrice
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Juin 2018

 

Photo : iStock.com/AleksandarDickov

 

Ressources et références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • AMERICAN ACADEMY OF PEDIATRICS. Regression. www.healthychildren.org
  • DORÉ, Nicole et Danielle LE HÉNAFF. Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans, Guide pratique pour les mères et les pères. Institut national de santé publique du Québec, Québec. www.inspq.qc.ca.
  • GUEGUEN, Catherine. Pour une enfance heureuse : repenser l’éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau. Paris, Éditions Pocket, 2015, 368 p.

À lire aussi