Le parent hélicoptère

Le parent hélicoptère
Vous avez tendance à surprotéger votre enfant? Découvrez si vous êtes un parent hélicoptère.

 



Être un « parent hélicoptère », c’est une image pour décrire le parent qui semble toujours « voler » au-dessus de son enfant pour prévenir les possibles dangers et les difficultés. Qu’est-ce qui explique cette attitude et quel est impact sur l’enfant?

Un parent surprotecteur

Le parent hélicoptère a tendance à être surprotecteur. Même s’il le fait pour le bien de son enfant, ce comportement peut nuire à l’autonomie et à la confiance d’un tout-petit. Plusieurs raisons peuvent amener un parent à vouloir tenter d’éviter tous les problèmes à son enfant.

Certains parents veulent à tout prix éviter que leur tout-petit se blesse ou qu’il vive des émotions difficiles. D’autres surprotègent leur enfant pour calmer leur propre anxiété. Le désir de performance peut aussi pousser des parents à agir ainsi. Ils veulent être le meilleur possible dans leur rôle de parent ou ils veulent empêcher leur enfant de faire des erreurs.

Le besoin d’autonomie de l’enfant

Bien sûr, le parent hélicoptère agit avec de bonnes intentions, mais surprotéger son enfant peut nuire à son développement. En effet, un enfant doit vivre des expériences variées et explorer le monde seul pour devenir plus autonome, développer sa confiance et apprendre à gérer ses émotions. Cela veut dire que l’enfant doit vivre des réussites… mais aussi des échecs.

C’est normal que votre enfant vive des difficultés. Votre rôle est de l’aider à trouver des solutions.

Sans le vouloir, le parent hélicoptère envoie à son enfant le message que le monde n’est pas sécuritaire pour lui. L’enfant comprend alors qu’il ne peut pas l’affronter seul et qu’il n’est pas capable de faire des choses par lui-même.

Protéger sans surprotéger

Vous croyez être un parent hélicoptère? Voici des stratégies pour vous aider à protéger votre tout-petit sans le surprotéger :

  • Guidez votre enfant. Pensez à accompagner votre tout-petit au lieu de faire les choses à sa place. Montrez-lui les gestes à faire pour réussir une tâche comme s’habiller, aller seul dans un module de jeu ou utiliser des ustensiles.
  • Aidez-le à surmonter ses difficultés et à réparer ses erreurs. Lorsque votre enfant explore et fait des erreurs, il apprend. S’il a renversé son verre de lait, invitez-le à ramasser le dégât avec vous. S’il a de la peine ou s’il est fâché, aidez-le à mettre des mots sur ses émotions. Et si votre enfant s’est chicané avec un ami, aidez-le à voir comment il pourrait régler son problème.
  • Faites-lui prendre des risques calculés. Donnez à votre enfant des défis réalistes pour son âge ou demandez-lui quel défi il aimerait surmonter, comme monter dans la grande glissade au parc ou apprendre à râper une carotte. Guidez-le ensuite dans ses défis, mais sans faire les choses à sa place.
  • Gardez confiance. Rappelez-vous que les parents parfaits n’existent pas. Ayez confiance en vos capacités et en celles de votre enfant.
  • Informez-vous. Adaptez vos interventions à l’âge de votre enfant, à sa personnalité et à ses besoins. Vous pouvez vous informer dans les magazines, les sites et les livres spécialisés pour connaître les différentes étapes du développement de l’enfant. Cela vous indiquera, par exemple, vers quel âge il peut dormir dans un grand lit ou monter et descendre seul les escaliers.
  • Partagez vos inquiétudes. Parlez avec votre entourage (ex. : conjoint, amis, parent) de vos craintes ou des émotions que vous ressentez quand votre enfant vit une difficulté. Cela peut vous aider à dédramatiser la situation. N’hésitez pas à demander l’aide d’un professionnel si vos inquiétudes ou votre anxiété sont trop difficiles à calmer.
Comment en parler à l’autre parent?
Si votre partenaire agit comme un parent hélicoptère, c’est une bonne idée de lui en parler pour l’amener à en prendre conscience. Comme le parent hélicoptère est souvent très impliqué auprès de l’enfant, vous pouvez voir comment vous impliquer plus. Vous pouvez, par exemple, participer davantage aux routines comme celles du matin ou du dodo, accompagner votre tout-petit à ses visites médicales ou vous inscrire à une activité avec lui. Le but est d’amener le parent hélicoptère à déléguer des tâches et à lâcher prise sur certaines choses.

 

À retenir

  • Le parent hélicoptère a tendance à surprotéger son enfant.
  • L’enfant doit vivre des expériences variées et faire des erreurs pour développer son autonomie et sa confiance.
  • Mieux vaut guider votre enfant et l’aider à surmonter ses difficultés pour le faire grandir.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Catherine Chiasson, psychologue
Recherche et rédaction :
Équipe Naître et grandir
Avril 2018

 

Photo : GettyImages/Vesnaandjic

À lire aussi