Intervenir auprès des enfants des autres

Intervenir auprès des enfants des autres
Comment réagir quand les enfants des autres se comportent mal? Voyez quand et comment intervenir.

 



Votre nièce est impolie, le petit voisin lance un jouet, un enfant bouscule le vôtre au parc... Comment réagir quand les enfants des autres se comportent mal?

Est-il nécessaire d’intervenir?

Il est normal d’hésiter à intervenir auprès d’un enfant qui n’est pas le vôtre. Devez-vous, par exemple, parler au petit garçon qui enlève le jouet de votre enfant? Avant d’agir, il est toujours mieux de se demander si c’est vraiment nécessaire.

En effet, beaucoup de parents n’aiment pas que leur enfant se fasse reprendre par d’autres adultes, car ils se sentent jugés. Ils peuvent alors avoir le réflexe de défendre leur enfant. C’est pourquoi les interventions auprès d’autres enfants, même de la famille élargie, doivent être faites avec tact.

Si le parent de l’autre enfant est présent, il est donc préférable de lui laisser du temps pour intervenir. Si toutefois l’autre parent n’intervient pas et que vous jugez qu’il est nécessaire d’agir, vous pouvez le faire. C’est le cas quand un enfant fait mal aux autres, brise des objets ou dit des choses méchantes, par exemple.

Si vous intervenez, mettez-vous à la hauteur de l’enfant et parlez-lui calmement, sans crier ni lui dire qu’il est méchant.

Un enfant est souvent plus gêné de continuer à mal agir quand un autre adulte lui dit que ce qu’il fait n’est pas correct. Cela lui permet aussi de mieux comprendre que certains comportements sont inacceptables pour tous.

L’intervention d’un autre parent peut donc aussi renforcer vos actions auprès de votre tout-petit. Cependant, si vous n’êtes pas d’accord, vous pouvez dire : « Je m’en occupe », et continuer avec votre enfant. Si vous connaissez l’autre parent, vous pouvez aussi lui dire ce qui vous a déplu, mais pas devant votre enfant.

Comment agir avec un enfant inconnu?

Au parc, un enfant passe toujours devant votre tout-petit pour glisser avant lui? Attendez un peu pour voir si votre enfant arrive à trouver une solution par lui-même.

Vous pouvez aussi aider votre enfant à s’affirmer : « Dis-lui que tu ne veux pas qu’il passe devant toi. » Si ça ne fonctionne pas, vous pouvez parler poliment à l’autre enfant : « La glissade, c’est pour tout le monde. Chacun son tour. »

Avec un ami invité à la maison?

La plupart des règles devraient être les mêmes pour tous. Si l’ami saute sur le sofa, vous pouvez lui dire que, chez vous, c’est interdit. S’il continue, vous ne pouvez pas vraiment lui donner une conséquence, mais vous pouvez lui dire que s’il n’arrête pas, il devra rentrer chez lui. Bien sûr, il peut y avoir des exceptions pour des choses moins importantes, comme lorsqu’un petit invité refuse de ranger les jouets.

Avec un enfant du service de garde?

Lorsqu’il y a un conflit ou un problème à la garderie avec un ami, la plupart des enfants diront que c’est la faute de l’autre. Il est donc préférable de parler avec l’éducatrice pour savoir ce qui s’est vraiment passé. Et s’il faut intervenir, c’est elle qui le fera.

Avec un neveu ou une nièce?

Certains adultes se gênent moins pour faire des commentaires quand l’enfant est de la famille. Cela peut cependant fâcher les parents. Le mieux, c’est de vous entendre avec eux avant : « Êtes-vous à l’aise si j’interviens quand Léa ne se conduit pas bien? Vous pourriez faire pareil avec mon fils. Vous en pensez quoi? »

Si un parent prend mal votre intervention
Vous avez repris un enfant et son parent est fâché? Restez calme et évitez de vous fâcher à votre tour. Si vous ne connaissez pas cette personne, dites-lui simplement que vous êtes désolé et que vous ne vouliez pas l’insulter. Si c’est un proche, l’idéal est de lui demander ce qui l’a dérangé et ce qu’il aimerait que vous fassiez la prochaine fois.

 

À retenir

  • Quand le parent de l’autre enfant est présent, laissez-lui un peu de temps pour intervenir par lui-même.
  • L’intervention d’un autre parent peut aider votre enfant à comprendre qu’il a mal agi.
  • Plutôt que de régler les petits conflits de votre enfant à sa place, il est important de lui apprendre à s’affirmer et à trouver des solutions par lui-même.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Nancy Doyon, coach familiale
Recherche et rédaction :
Équipe Naître et grandir
Juin 2017

 

Photo : GettyImages/FatCamera

À lire aussi