Le développement psychosexuel de 0 à 3 ans

Le développement psychosexuel de 0 à 3 ans
Le développement psychosexuel des enfants commence très tôt. Découvrez-en les différentes étapes.

Chez les bébés et les tout-petits, le développement psychosexuel est avant tout guidé par la curiosité et l’exploration. De l’éveil des sens du nourrisson à la découverte de la différence des sexes, les comportements sexuels font partie du développement sain et normal des jeunes enfants.

Connaître les étapes du développement psychosexuel de l’enfant vous permettra d’accompagner plus facilement votre tout-petit dans ses découvertes, de bien réagir lors de la manifestation de comportements sexuels et de savoir quand et comment lui parler de sexualité. Voici les principales étapes de 0 à 3 ans.



Voir aussi

  • Le développement psychosexuel de 3 à 5 ans
  • La phase orale

    De la naissance à 12 mois, c’est la « phase orale » : la bouche est une zone érogène importante par laquelle se fait l’exploration du monde et l’expérience des plaisirs. Voilà pourquoi tout est bon à suçoter et à mordiller!

    Les sensations physiques

    Bébé apprécie beaucoup les sensations que lui procurent ses contacts avec vous, lors de l’allaitement ou lorsqu’il se fait bercer, par exemple. Il aime particulièrement les contacts peau à peau. On a tendance à l’oublier, mais la peau est le plus grand organe du corps humain et le toucher est le premier sens à se développer. Bébé aime se faire prendre, se faire cajoler et se faire masser tout doucement. Ces contacts aident aussi au développement de l’attachement. Il est donc tout à fait normal que votre bébé n’aime pas beaucoup se séparer de vous.

    La découverte des organes génitaux

    Les comportements sexuels sont une étape essentielle du développement de l’enfant.

    Le garçon découvre ses organes génitaux vers 8 mois et la fille, vers 10 mois à 12 mois. L’autostimulation, déjà présente chez les tout jeunes bébés, est davantage fréquente à partir de 15 mois.

    L’autostimulation constitue une activité normale, qui ne mérite pas plus d’attention que de punition. Se frotter contre une peluche, se balancer sur les hanches, le frottement des cuisses leur procure de l’apaisement, du réconfort et du plaisir. Ces mouvements permettent aussi aux bébés de se calmer.

    C’est aussi une façon pour les tout-petits de comprendre comment réagissent les différentes parties de leur corps et de tester celles qui donnent du plaisir. La plupart du temps, ils privilégient certains moments pour s’adonner à ce jeu : le soir avant de s’endormir, en regardant la télévision, parfois en situation de stress, etc. Les enfants un peu anxieux y ont davantage recours, lors de l’arrivée d’un nouveau bébé ou quand maman est à l’hôpital, par exemple.

    La phase anale

    De 1 an à 3 ans, le contrôle de ses sphincters permet à l’enfant de découvrir de nouvelles sensations. Il découvre en même temps le contrôle qu’il a sur lui-même et sur les autres (ses parents). Cela correspond aussi à la phase du « non ». Même si cette phase peut être exaspérante pour de nombreux parents, elle est essentielle. Elle reflète une volonté de l’enfant d’être lui-même et d’exprimer ses désirs et ses besoins, mais aussi ce qu’il ne veut pas. La capacité de dire « non » est d’ailleurs essentielle pour prévenir les abus sexuels.

    Les jeux sexuels

    Vers 2 ans à 3 ans, il explore l’ensemble de son corps, motivé par la curiosité et la recherche du plaisir. Il aime être nu. Certains enfants auront aussi tendance à vouloir toucher le corps des autres. C’est à cet âge que peuvent avoir lieu les premiers jeux sexuels. Cependant, comme chaque enfant est unique, son degré d’exploration sexuelle le sera également.

    L’apprentissage de la propreté

    Entre 2 ans et 3 ans vient aussi l’apprentissage de la propreté. Afin de respecter le développement psychosexuel de l’enfant, il importe de faire cet apprentissage dans la détente, sans pression et, surtout, dans l’intimité. Pour ne pas gêner votre tout-petit, évitez de l’asseoir sur le pot dans une pièce commune, comme le salon. Placez plutôt son pot dans la salle de bain et donnez-lui le temps et l’espace pour qu’il se sente à l’aise. Vous pouvez, par exemple, lui dire de vous appeler quand il aura terminé. Votre enfant aimera avoir son intimité.

    Le complexe d’Oedipe
    Cette phase apparaît généralement vers 3 ans à 4 ans, mais elle peut apparaître plus tôt, vers 2 ans et demi. Durant cette période, l’enfant s’attache davantage au parent du sexe opposé et il manifeste son désir de s’en rapprocher. C’est le complexe d’Oedipe qui lui permet en particulier d’affirmer sa propre identité sexuelle. Sa préférence pour le parent de l’autre sexe l’amènera souvent à exclure le parent du même sexe. C’est tout à fait normal et cela ne signifie pas qu’il n’aime pas son autre parent. L’enfant peut même essayer d’éloigner ses parents l’un de l’autre lorsqu’ils se font des câlins. Malgré cette attitude, il est bon d’encourager les activités père-fils et mère-fille afin que le tout-petit puisse s’identifier au parent du même sexe que lui.
    Pour en savoir davantage sur cette étape, consultez notre fiche sur le complexe d’Oedipe.

    La nudité, jusqu’à quand?

    Alors que bébé grandit et devient de plus en plus curieux vis-à-vis de la nudité, plusieurs parents se demandent quand ils doivent arrêter de prendre le bain avec leur enfant ou de se montrer nus devant lui. Comme pour toutes questions complexes, il n’existe pas qu’une seule réponse. Il y a 2 principaux points de vue sur le sujet. Des experts soutiennent que la nudité ne pose pas de problème tant qu’il n’y a pas de malaise et que chacun respecte les limites de l’autre. D’autres affirment plutôt que la nudité devrait être limitée lorsque l’enfant est âgé d’environ 1 an.

    Jusqu’à ce que votre enfant manifeste un malaise

    Pour certains spécialistes, la nudité est une question personnelle qui varie d’une famille à l’autre. L’important, selon eux, est que le parent et l’enfant soient à l’aise devant la nudité et que chacun respecte les limites de l’autre.

    Le parent doit également être attentif aux signes de l’enfant indiquant qu’il ne souhaite plus le voir nu ou être vu nu, que ce soit par gêne ou tout simplement par besoin d’intimité. Il pourrait, par exemple, vous demander de ne pas le regarder lorsqu’il enlève ses vêtements ou de fermer la porte lorsqu’il est sur la toilette. Ces signes témoignent habituellement de la présence d’un malaise devant la nudité. Vous devez donc les écouter, respecter son intimité et surtout ne pas vous moquer de sa pudeur. Il est toutefois important de rappeler qu’un enfant de moins de 6 ans ne devrait jamais prendre son bain sans surveillance, même s’il dit ne pas aimer se montrer nu devant vous.

    Le malaise peut aussi venir de vous. Si votre enfant tente de toucher vos parties sexuelles, par exemple, vous pouvez alors lui dire calmement de ne plus le faire. Si cependant vous êtes gêné par ses nombreuses questions ou comparaisons à propos de votre corps et du sien, faites preuve de respect envers vous-même et cessez de vous montrer nu devant votre enfant.

    Jusqu’à 1 an environ

    D’autres spécialistes s’entendent plutôt pour dire que l’enfant vit bien des choses à l’intérieur de lui-même avant de les exprimer. Ils considèrent que le questionnement ou l’inconfort lié à la nudité sont présents avant que l’enfant puisse les exprimer. Ils suggèrent donc de limiter la nudité devant son enfant une fois qu’il n’est plus un bébé, soit vers l’âge de 1 an.

    De plus, selon ce point de vue, alors que la nudité passait inaperçue chez votre bébé, il en va autrement lorsqu’il est rendu plus âgé. Vers 1 an, il commence à se poser beaucoup de questions sur son environnement et la nudité en fait partie. Prendre son bain avec vous, par exemple, pourrait l’inciter à poser des questions plus tôt que s’il n’avait pas été exposé à la nudité.

    Ces spécialistes se demandent aussi si le jeune enfant a la capacité, compte tenu de son développement psychosexuel, de comprendre dans quels contextes la nudité est acceptable et dans quels autres elle est inadéquate.

    Il n’y a pas lieu de s’inquiéter toutefois si votre enfant vous surprend nu. Vous pouvez alors simplement lui demander d’attendre un instant et lui dire que vous irez le rejoindre quand vous aurez terminé de vous habiller. S’il est plus âgé, vous pouvez aussi lui demander de cogner avant d’entrer.

    Pour conclure, certains experts diront que l’enfant vous exprimera d’une façon ou d’une autre son inconfort devant la nudité et que ce sera alors le moment d’arrêter. D’autres s’entendent plutôt pour dire qu’il est préférable de limiter la nudité devant l’enfant à partir de l’âge de 1 an puisque ce dernier peut vivre de l’inconfort avant de pouvoir l’exprimer.

     

    Naitre et grandir.com

    Révision scientifique : Geneviève Parent, sexologue et psychothérapeute
    Rédaction : Équipe Naître et grandir
    Mai 2014

     

    Références

    Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

    Livres pour parents

    • DOLTO, Françoise. Tout est langage. Paris, Éditions Gallimard, coll. « Folio essais », 2002, 288 p.
    • ROBERT, Jocelyne. Parlez-leur d’amour… et de sexualité. Montréal, Les Éditions de l’Homme, 1999, 192 p.
    • ROSSANT, Lyonel et Jacqueline ROSSANT-LUMBROSO. Votre enfant. Guide à l’usage des parents. Paris, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2006, 1515 p.
    • RUFO, Marcel (Pr). Tout ce que vous ne devriez jamais savoir sur la sexualité de vos enfants. Paris, Livre de poche, 2005, 220 p.
    • SAINT-PIERRE, Frédérique et Marie-France VIAU. Que savoir sur la sexualité de mon enfant? Montréal, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2008, 80 p.

    Livres pour enfants

    • FOUGÈRE, Isabelle et Coline CITRON. L’encyclo de la vie sexuelle 4-6 ans. Paris, Hachette Jeunesse, 2016, 32 p.
    • MINISTÈRE DE LA JUSTICE. Le secret du petit cheval. Ottawa, ministère de la Justice, Communications et affaires publiques, 1989, 15 p. (Un livre qui traite de l’abus sexuel.)
    • ROBERT, Jocelyne et Jo-Anne JACOB. Ma sexualité de 0 à 6 ans. Montréal, Les Éditions de l’Homme, 2015, 88 p. (Avec section pour parents.)
    • ROSENSTIEHL, Agnès. La naissance. Paris, Autrement Jeunesse, 2008, 42 p.

    Documentaire

    • BISSONNETTE, Sophie. Sexy inc. Nos enfants sous influence. Office national du film du Canada, 2007, 35 minutes 27 secondes. Un film sur l’hypersexualisation et l’érotisation de l’enfance, contenant également un guide d’animation. Disponible chez : ONF, 514 283-9000 ou 1 800 267-7710. Pour acheter le DVD sur le site de l’ONF ou pour visionner le film en ligne : www.onf.ca

    Sites internet

    • FÉDÉRATION CANADIENNE POUR LA SANTÉ SEXUELLE. Comment parler de sexualité avec mon enfant? www.cfsh.ca
    • SOCIÉTÉ DES OBSTÉTRICIENS ET GYNÉCOLOGUES DU CANADA. Section pour les parents. www.masexualite.ca/parents

     

    À lire aussi