Passer des purées aux morceaux

Passer des purées aux morceaux
Fini les purées! Que donner à bébé maintenant qu’il est prêt à manger des aliments en morceaux?


Certains enfants mangent des aliments en morceaux dès l’âge de 6 mois, car leurs parents suivent les principes de l’alimentation autonome. Malgré cette approche qui gagne en popularité, de nombreux bébés mangent encore leurs premiers aliments complémentaires sous forme de purée. Il est toutefois important de ne pas trop attendre avant d’offrir des aliments en morceaux, car la période entre 6 et 9 mois est particulièrement importante pour l’acceptation de nouvelles saveurs et textures.

Quand bébé peut-il manger des aliments en morceaux?

Même si votre bébé n’a pas de dents, ses gencives lui permettent de mastiquer.

Quand vient le temps de délaisser les purées, plusieurs parents craignent que leur enfant s’étouffe en mangeant des aliments en morceaux. Pourtant, un bébé est souvent prêt pour les morceaux lorsqu’il est capable de porter de la nourriture, ou des objets, à sa bouche. En général, le développement de ses habiletés motrices se fait en même temps que le développement de ses habiletés à mastiquer et à déplacer les aliments dans sa bouche avec sa langue.

Par ailleurs, le réflexe nauséeux du bébé le protège en partie des étouffements. Ainsi, si des aliments vont trop loin dans sa bouche, ce réflexe lui permet de les ramener vers l’avant, ce qui les empêche d’atteindre les voies respiratoires. Lorsque le réflexe nauséeux se déclenche, le bébé semble avoir un haut-le-coeur.

Alimentation autonome
De plus en plus de parents offrent à leur bébé des aliments en morceaux dès l’âge de 6 mois. Cette approche se nomme « alimentation autonome du bébé » (ou baby led weaning). Les parents qui choisissent cette méthode doivent aussi offrir à leur enfant des céréales enrichies pour bébés, car il a besoin du fer qu’elles contiennent. Au lieu de les offrir à la cuillère, ils peuvent entre autres intégrer ces céréales à des aliments que l’enfant mange seul. Pour en savoir plus, consultez notre fiche L’alimentation autonome chez bébé.

Comment passer des purées aux morceaux?

Même si l’alimentation principale de votre bébé est constituée de purées, permettez-lui de se familiariser avec des aliments aux textures variées, dont des morceaux d’aliments mous dès qu’il est capable de les porter à sa bouche. Cela stimule tous ses sens et lui permet de s’habituer petit à petit à mâcher et à mastiquer.

Pour aider votre bébé à progresser vers les morceaux, modifiez peu à peu la consistance et la texture de ses purées. Offrir des aliments aux textures variées et faire évoluer la texture des purées dès l’âge de 6 mois aide d’ailleurs à prévenir les refus lorsque bébé vieillit.

La progression se fait généralement ainsi :

  • purée lisse;
  • purée plus épaisse ou plus grossière;
  • purée grumeleuse;
  • morceaux mous ou aliments râpés;
  • petits morceaux.

N’hésitez pas à passer à la texture suivante, car cela stimule le développement des capacités orales motrices de votre enfant. Il est d’ailleurs conseillé de ne pas rester plus d’un mois à l’une ou l’autre de ces étapes. De plus, il n’est pas nécessaire que votre bébé passe par toutes ces étapes.

L’important est de toujours observer votre enfant et d’être à son écoute afin d’adapter son alimentation à ses capacités de mastication et de déglutition. Lorsque vous lui présentez une nouvelle texture, voyez comment il réagit pour décider de l’intégrer à son alimentation ou de réessayer plus tard. Il est toutefois important d’éviter certaines formes et textures d’aliments pour prévenir les risques d’étouffement (voir la section Quels sont les aliments à éviter?).

Aliments en morceaux à donner au début

Bébé qui mange seul des morceaux d’aliments

Lorsque vous souhaitez introduire les aliments sous forme de morceaux au menu de votre bébé, offrez-lui des aliments qu’il peut prendre avec ses doigts. Ces aliments doivent aussi être assez mous pour qu’il puisse facilement les écraser avec ses gencives ou sur son palais avec sa langue. Faites le test vous-même pour vérifier que la texture lui convient.

Peu à peu, votre enfant s’habituera à de nouvelles textures. Commencez par exemple par :

  • des légumes tendres ou bien cuits, en lanières, en bâtonnets ou en bouquets (ex. : carotte, brocoli, poivron, asperge);
  • des fruits mous ou très mûrs (ex. : banane, avocat, pêche, prune cuite, pomme cuite, cantaloup, poire);
  • du tofu en bâtonnets, en gros cubes (au moins 3 cm) ou râpé;
  • de la viande tendre (ex. : cuisse de poulet, pièce longuement mijotée, faux-filet de boeuf en lanières de 2 cm, viande effilochée vers 7 ou 8 mois). Vous pouvez aussi ajouter du jus de cuisson, une béchamel ou une autre sauce peu salée à la viande;
  • du poisson (sans arêtes);
  • des légumineuses grossièrement écrasées à la fourchette. Attendez toutefois vers 9 mois pour les légumineuses entières;
  • des croûtes de pain ou du pain grillé qui peuvent être tartinés de beurre d’arachides ou de noix, de houmous, d’avocat, de purée de légumineuses ou d’huile d’olive;
  • des céréales sèches ainsi que des biscuits et des craquelins pour bébé qui sont secs, croquants et qui fondent facilement dans la bouche;
  • des pâtes cuites;
  • du fromage râpé ou en gros cubes.

Quels sont les aliments à éviter?

Même si votre bébé peut manger un grand nombre d’aliments, certains sont à éviter en raison du risque d’étouffement qu’ils peuvent représenter.

Voici les principaux aliments qui ne devraient pas lui être offerts :

Pour prévenir les étouffements, assoyez votre bébé confortablement lorsqu’il mange et restez près de lui.
  • des fruits ou légumes avec une pelure mince qui n’ont pas été pelés;
  • de la mie de pain non grillé, car elle peut former une boule collante une fois mélangée à la salive;
  • des raisins entiers et des tomates cerises entières (il faut les couper en 2 ou en 4);
  • des légumes ou des fruits crus qui sont durs (ex. : carotte, céleri, navet, pomme);
  • des aliments crus ou pas assez cuits (ex. : oeuf, viande, poisson);
  • des saucisses en rondelles (peu importe leur forme, les saucisses ne sont pas un aliment nourrissant et sont non recommandées pour les bébés);
  • des arachides entières;
  • des noix entières;
  • des aliments ronds, durs ou collants;
  • des raisins secs;
  • du fromage en bâton de type Ficello® (sauf si effiloché);
  • du miel (en raison du risque de botulisme infantile, une maladie mortelle rare, il ne faut jamais donner de miel à un enfant de moins de 1 an);
  • des plats qui contiennent du sel ou du sucre (après quelques semaines, les plats familiaux peuvent en contenir un tout petit peu, mais il vaut mieux modifier les recettes pour éviter ou grandement limiter ces deux ingrédients).
Taille des aliments selon l’âge
Vers 6 ou 7 mois : aliments en forme de bâtonnets, de lanières ou de croquettes qui dépassent du poing fermé du bébé
Vers 7 ou 8 mois : aliments de la grosseur d’une balle de golf
Vers 9 à 12 mois : aliments de la grosseur d’un dé et la cuillère préremplie peut être intégrée.

Quelle quantité servir à mon enfant?

Pendant et après le repas, n’hésitez pas à lui offrir de l’eau s’il a soif. Elle peut l’aider à mastiquer et à avaler en plus de favoriser son hydratation.

Comme la faim et l’appétit varient d’un enfant à l’autre, il n’existe pas de portion prédéterminée qui convient à tous les bébés. Vous pouvez commencer par servir de petites portions à votre enfant, par exemple ¼ tasse (60 ml) de chaque aliment du repas.

Cette quantité n’est toutefois qu’un guide. Laissez plutôt votre bébé décider de la quantité de nourriture qu’il mange, sans le forcer ni le restreindre. Soyez attentif aux signaux qui montrent qu’il a faim ou qu’il est rassasié. Il est le seul à savoir ce que son corps lui demande.

Que faire si mon bébé refuse de manger des morceaux?

Voici quelques conseils pour faciliter l’introduction des morceaux et pour encourager votre bébé à les manger :

  • Laissez toujours votre bébé porter les aliments seul à sa bouche afin qu’il se les approprie.
  • Proposez-lui des céréales ou des biscuits pour bébé, secs et craquants, qui fondent presque dans la bouche. Ils sont faciles à manger et peuvent aider votre bébé à se familiariser avec les aliments solides.
  • Offrez à votre bébé des aliments en morceaux qu’il connaît déjà sous forme de purée. Il aura ainsi des repères quant à la couleur, à l’odeur et à la saveur. Il devra donc uniquement apprivoiser la forme et la texture.
  • Favorisez une ambiance calme et détendue au repas. Ne forcez pas votre enfant à manger.

Si votre enfant refuse toujours les morceaux vers 18 mois, mieux vaut consulter afin de détecter un possible trouble d’oralité sensorielle. Le refus, les haut-le-coeur ou les vomissements à la vue ou au toucher des aliments sont des signes à ne pas négliger. Parlez-en au médecin de votre enfant, qui pourra vous diriger vers un orthophoniste. Plus ce problème est pris en charge tôt, mieux il se réglera.

 

À retenir

  • Offrez à votre enfant des aliments aux textures variées dès l’âge de 6 mois.
  • Respectez le rythme de votre bébé, car chaque enfant développe ses habiletés orales motrices à sa façon.
  • Assurez-vous d’offrir des aliments dont la forme et la texture conviennent à votre bébé afin de prévenir les risques d’étouffement.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Stéphanie Côté, M. Sc., nutritionniste
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Mai 2019

 

Photos : iStock.com/bluehill75 et GettyImages/Steve Debenport

 

Ressources et références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • CÔTÉ, Stéphanie. Bébés : 21 jours de menus. Montréal, Éditions Modus Vivendi, coll. « Savoir quoi manger », 2016, 208 p.
  • NOS PETITS MANGEURS. Apprivoiser les textures. 2016. www.nospetitsmangeurs.org
  • LAMBERT-LAGACÉ, Louise. Comment nourrir son enfant : du lait maternel au repas complet. Montréal, Les Éditions de l’Homme, 2015, 288 p.

 

Partager

À lire aussi