Ces gadgets techno qui augmentent l’anxiété

Ces gadgets techno qui augmentent l’anxiété
S’inquiéter pour son enfant, c’est normal. Mais plusieurs entreprises proposent des services technologiques qui dépassent les besoins réels des nouveaux parents et exploitent leur sentiment d’insécurité.

C’est en magasinant un cadeau pour le nouveau-né de ma jeune cousine que je me suis rendu compte de l’omniprésence de l’exploitation de l’insécurité des parents pour leurs jeunes enfants ; un tapis qui envoie des informations sur la respiration de bébé, des moniteurs avec caméra vidéo, des logiciels qui permettent de voir à distance ce qui se passe dans la chambre de bébé… Wow !

S’inquiéter pour son enfant, c’est parfaitement normal. C’est même un réflexe parental bien adapté. En effet, se questionner si son enfant a froid, s’il a assez mangé, s’il a mal quelque part est non seulement sain, mais parfaitement normal. Un nourrisson a besoin de parents attentionnés pour se développer en toute sérénité. Mais plusieurs entreprises de nouvelles technologies proposent des services qui dépassent les besoins réels des nouveaux parents et exploitent leur sentiment d’insécurité, qui peut se transformer en anxiété.

L’intolérance à l’incertitude

L’anxiété est une émotion normale que chacun peut ressentir dans des circonstances qu’il estime menaçantes. Pour certains parents, une situation teintée d’incertitude est une situation menaçante. Or, ces parents sont très à risque de développer une intolérance à l’incertitude. Ils perdent ainsi de vue quels sont les comportements fonctionnels, ceux qui protègent leur enfant (p. ex. : s’assurer que son lit est adéquat ou qu’il ne dort pas avec des peluches), de ceux qu’ils développent pour réduire leur anxiété (p. ex. : faire des vérifications multiples ou éviter de sortir avec leur bébé de crainte qu’il arrive quelque chose).

Or, les objets technologiques se classent habituellement dans cette dernière catégorie, soit dans les comportements qui amplifient notre anxiété (p. ex. : se procurer un moniteur cardiaque pour bébé ou un lien vidéo direct entre la chambre de bébé et notre téléphone intelligent). Malheureusement, lorsque nous utilisons ces outils technologiques pour être rassurés, nous augmentons notre intolérance à l’incertitude. En effet, la meilleure façon de gérer notre anxiété reliée à l’incertitude, c’est d’accepter que l’incertitude existera toujours et qu’il vaut mieux apprendre à vivre avec plutôt que de tenter de s’en débarrasser.

Une illusion

Les nouvelles technologies nous donnent seulement l’illusion de contrôler l’incertitude. D’autres comportements adoptés par les parents anxieux ont comme résultat d’entretenir l’anxiété plutôt que de la diminuer. Par exemple, éviter certaines situations qui sont source d’anxiété ou tenter de contrôler tout l’environnement dans lequel évolue leur enfant, comme à la garderie, plutôt que de faire confiance aux personnes en place.

De plus, il ne faut pas oublier que trop de sécurité tue le sentiment de sécurité, c’est-à-dire que trop se fier à la technologie peut faire baisser le niveau de vigilance d’un parent. Aussi, malheureusement, la certitude que notre enfant est 100 % en sécurité n’est pas possible en ce monde. C’est très important que nous puissions nous questionner sur notre rapport aux probabilités. Par exemple, si je traverse la rue, je m’expose à un risque. Je peux réduire ce risque en utilisant un certain nombre de comportements sécuritaires (regarder des deux côtés, traverser au feu de circulation, etc.), mais je n’atteindrai jamais le risque zéro. La possibilité qu’un chauffard ne respecte pas la lumière rouge est bien réelle. Aussi, la seule façon de neutraliser ce risque et d’arriver au risque zéro est de ne pas traverser la rue. De la même façon, la vie avec un enfant comporte des risques, et notre acceptation de ces risques est importante pour permettre le développement de notre enfant dans un environnement sain.

En attendant, je vais offrir à ma cousine un moniteur audio, comme celui qu’on a utilisé avec nos trois enfants, moniteur qui nous permet d’entendre les pleurs de bébé. Car avec les pleurs comme limite, on est dans la communication avec bébé, pas dans l’anticipation, voire la science-fiction !

Dr Nicolas Chevrier, psychologue
Mes 3 enfants me permettent de peaufiner mes talents de psychologue tous les jours…
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet