1-0 pour grand-maman : on peut «attraper» froid!

1-0 pour grand-maman : on peut «attraper» froid!
Par Dre Taz, Omnipraticienne
27 juin 2012

Ma regrettée maman me sermonnait toujours à propos de Fiston Senior.

- Tu ne l’habilles pas assez chaudement.

-  Attention aux courants d’air. 

- Mets-lui des chaussettes et un chapeau. 

-  IL VA ATTRAPER FROID! 

 Je la regardais du haut de mon savoir scientifique, avec un sourire indulgent, et lui répliquais que cela n’avait rien à voir. Pour moi, à l’époque, les superstitions de grand-mère ne valaient pas grand-chose contre 10 années d’études acharnées...

Pourtant... Maintenant que les chaleurs ont commencé, j’ai mis en marche le climatiseur de ma chambre (qui est aussi celle de Fiston Junior) à quelques reprises ces derniers temps. Et chaque fois, bébé a développé des symptômes de rhume. Comme moi les fois où je suis sortie cet hiver les cheveux mouillés. Ou encore comme Fiston Senior quand de la neige s’est infiltrée dans ses bottes.

Et j’ai eu un doute. Et si ce n’était pas les virus scolaires? Ni les virus des « matantes » en visite? Ni ceux de mes patients que je rapporte à la maison? 

Le froid donne-t-il le rhume? 

Au risque de voir une de mes certitudes médicales s’effondrer, j’ai fait quelques recherches. C’est un sujet qui passionne : des études sur le sujet, il y en a beaucoup! 

Il est vrai que plusieurs virus, comme l’influenza, ont des pics d’apparition plus marqués en hiver. Une étude démontre une augmentation de 4 % des infections des voies respiratoires supérieures pour chaque diminution d’un degré Celsius de la température extérieure. Il est généralement admis que c’est par promiscuité : on reste davantage à l’intérieur quand il fait froid dehors et on s’échange nos microbes.

Mais il y a une autre hypothèse. Le mucus nasal emprisonne les virus environnants, qui sont ensuite guidés par les poils de la narine vers la gorge et avalés pour être « détruits » par l’acidité de l’estomac. Or, par temps froid, ce mucus est beaucoup moins gluant (beurk) et ce système de défense physique est moins efficace. Nous sommes donc plus vulnérables aux virus.  

On sait aussi qu’en laboratoire, le froid diminue l’effet immunitaire des macrophages (des cellules blanches qui « mangent » les microbes). Sans compter que plusieurs virus se reproduisent mieux à basse température. 

Tout ça est bien beau, mais les études sur les êtres humains sont peu convaincantes et assez contradictoires. Lors de l’une d’entre elles (méthodologiquement douteuse cependant), on a même été jusqu’à demander à 180 volontaires britanniques de se tremper les pieds dans des bassins d’eau froide pendant 20 minutes pour les observer les jours subséquents à savoir si des symptômes grippaux apparaîtraient! 

Bref, que faut-il retenir de tout ça?

Que le froid ne REND pas malade, mais qu’il prédispose peut-être à augmenter la vulnérabilité de nos enfants aux virus déjà présents. 

  • Il faut encore et toujours soigneusement se laver les mains.
  • Les visiteurs malades doivent respecter l’espace vital de mes Fistons.
  • Je n’empêcherai pas mes enfants de se baigner sous la pluie. Mais j’insisterai un peu plus sur les vestes quand on se rend dans les endroits publics hyperclimatisés.
  • Et je mettrai la pédale douce sur le climatiseur de ma chambre...

Comme quoi, la vérité sort parfois aussi de la bouche des grands-mères!

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (8)

  1. Brigitte Lemieux 29 juin 2012 à 22 h 09 min
    Enfin une explication valable à ce que je constate depuis 30-40 ans et que je ne pouvais pas expliquer scientifiquement.
    Je suis une grand-mère et la croyance a survécu aux générations qui m'ont précédée. Maintenant, je peux essayer de la faire durer pour celles qui me suivront!
  2. Jasmin Robert 2 juillet 2012 à 20 h 32 min
    Désolé Mme Lemieux, mais une seule étude (douteuse) qui fait peut-être un lien entre le fait d'avoir froid (par les pieds) et d'attraper un rhume plus quelques expériences personnelles de la Dre Tasnime Akbaraly ne sont pas des explications scientifiquement valides!

    Vous voyez, le problème avec le mythe "attraper froid = rhume/grippe/etc." qui dure depuis des générations en est un de lien de causalité erroné lié au fait que les IVRS sont plus fréquentes en hiver qu'en été (ce qui est un fait tellement significatif qu'il a été facile à constater même avant qu'il n'y ait des études scientifiques sur le sujet). Il est donc facile par la suite pour l'être humain de faire le lien "attraper froid = rhume" alors que "attraper" ne devrait pas être là!

    En fait, si on exclue l'hygiène, il est probable que la principale prédisposition qui augmente la propagation du virus de la grippe en hiver ne soit pas la température mais un autre facteur qui n'a même pas été mentionné dans ce blogue : l'humidité absolue! Voir : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19204283. On le remarque d'ailleurs dans l'étude de Mäkinen et al. citée dans ce blogue où l'augmentation du risque semble plus importante pour l'humidité que pour la température.

    Un taux d'humidité trop bas aiderait à la survie et la transmission du virus. Or l'humidité absolue dépend de la température (et de la pression) de l'air, voir le tableau http://www.tis-gdv.de/tis_e/misc/klima.htm.

    Les conditions de propagations sont donc favorables l'hiver (air froid très sec et en plus chauffé à l'intérieur) ou l'été dans une moindre mesure (air climatisé qui diminue l'humidité absolue dans la pièce). Ceci corrobore également avec l'hypothèse du mucus nasal (air sec = mucus sec).

    Je ne crois pas en la vérité absolue en science, et il y a probablement beaucoup d'autres facteurs qui entrent en jeu lorsqu'il est question de prédisposition à attraper une IVRS mais je crois que fermement que le fait de sortir dehors l'hiver avec la tête mouillée n'en n'est pas une (je le fait régulièrement et je ne suis pas malade plus souvent qu'un autre, mais bon, ceci n'est pas une affirmation scientifiquement valide de toute façon!)

    Vous dites 1-0 pour grand-maman! Je dis 1-0 pour la science! Ainsi, vous pouvez laissez tomber les vestes dans les endroits climatisés, bien que vos autres conclusions soient tout à fait justes!
  3. IsabelleBB 6 juillet 2012 à 18 h 15 min
    Je suis d'accord avec Jasmin Robert, ce sujet mérite qu'on le nuance davantage, car trop de gens ne comprennent pas encore comment se propagent les virus.

    Il faudrait aussi faire une distinction entre respirer un air qui est froid et sec et avoir froid à une partie du corps. Mettre une veste ou un foulard n'aide en rien le fait que l'on respire, par exemple, de l'air froid et sec ce qui fragilise les mucqueuses. Par ailleurs, des études ont souvent montré la piètre qualité de l'air dans des endroits alimentés par des systèmes de climatisation où s'acculmulent des moisissures. Je ne vous apprendrai rien sur l'impact de celles-ci sur notre santé...

    Je donne mon point moi aussi à la science, qui continue de progresser (en nuances!), et qui a beaucoup plus à nous apprendre que grand-mère en la matière.
  4. Tasnime Akbaraly 6 juillet 2012 à 19 h 40 min
    oh lalalala... pauvres grands-mères!!

    effectivement, citer une étude, dans un sens ou dans l'autre, ne devient pas une affirmation scientifique sans équivoque!

    mes expériences personnelles sont une simple amorce à cet article.

    mon article ne se voulait nullement une révision de la physiologie de la virologie et je ne néglige pas les autres variables telles que l'humidité, les moisissures, les vulnérabilités génétiques, les antécédents immunologiques, etc.

    je voulais simplement souligner que le mythe si répandu de croire que d'avoir froid rend malade a été l'objet de recherches et qu'il n'était peut-être pas si loufoque de faire ce genre de lien.

    Entendons-nous pour un match nul alors!

    Vos commentaires me donnent une idée de chronique: qu'est-ce qu'on entend par "bonne étude"? à lire prochainement...




  5. Jasmin Robert 10 juillet 2012 à 02 h 40 min
    ahah, ouais en relisant, j'ai peut-être été un peu dur. Je suis seulement allergique aux mythes en général alors il fallait que je défende mon point de vue! Surtout que, comme IsabelleBB l'a bien dit, je trouve que l'article présenté ici manque un peu de nuance.

    Alors désolé Dre Akbaraly et à toutes les grand-mamans, je sais que vous ne voulez pas mal faire et je ne laisserai pas mes deux jeunes enfants souffrir d'hypothermie non plus!

    Je suis donc d'accord pour le match nul (avec d'autres études plus crédibles svp) et également pour votre idée d'une future chronique sur les "bonnes études", car je dois avouer que la médecine n'est pas mon domaine d'étude (astrophysique) et que les études en médecine me laisse souvent perplexes (il y a, à mon avis, souvent trop de variables en jeux!)
  6. Perdue dans le brouillard des humidificateurs! | D 11 décembre 2013 à 09 h 05 min
    […] qu’une variable dans la longue liste de facteurs prédisposants, comme déjà mentionné dans une chronique antérieure. Aucune étude convaincante n’a été menée sur le sujet. Aucune source consultée, que ce […]
  7. Claude Fortin 12 janvier 2015 à 02 h 55 min
    Bonjour,

    Je vote pour les grands-mères...
    Je crois Dre Taz a très bien exprimé le sens réel de cette "légende urbaine" ... nul besoin d'étude pour étayer la thèse des scientifiques, ici, il est question d'humanité.
    J'invite M. Robert et Mme BB à venir passer une semaine en survie hivernale au Nord du 50ième parallèle... sans vêtements.
    Avant le départ, nous irons passer quelque temps dans une garderie, nous changerons des couches et moucherons des nez gluants pendant ce temps.

    Moi, je serai emmitouflé en double épaisseur de duvet de la tête jusqu'au pieds.


    Au retour, nous verrons qui aura attrapé froid... qui aura le rhume ou la grippe!

    Je dirai, il y a peut-être un lien... grand-maman savait un peu de quoi elle parlait.

    Les études scientifiques sont évidemment nécessaires... mais elles ne sont pas là pour venir détruire le souvenirs de nos ancêtres.

    Ainsi, je continue à mettre ma tuque... plus il fait froid, plus je l'attache avec de la broche!
  8. Nefelejcs 25 janvier 2015 à 03 h 58 min
    Quant à moi, je m'en fiche royalement chaque étude, parce que j'ai remarqué plusieurs fois que après le froid, la maladie (rhume, toux) est là.
    Donc vous pouvez mener des discussions académiques, prouver et démentir, je reste d'accord avec l'auteur de ce billet.
    Bravo, étant doctoresse, c'est encore plus important de se fier à son propre expérience.