Couverture lourde: prudence avec les enfants

Couverture lourde: prudence avec les enfants
Couverture lourde: prudence avec les enfants
Les couvertures lourdes sont-elles efficaces et sécuritaires pour calmer un enfant?

11 mars 2022 | On voit de plus en plus de publicité et de marketing autour des couvertures lourdes à utiliser pour se calmer. La majorité des modèles sont faits pour les adultes, mais certains aux motifs amusants et colorés sont destinés aux enfants. Ces produits sont-ils efficaces et sécuritaires pour les tout-petits? Trois ergothérapeutes précisent ce que les parents doivent savoir au sujet des couvertures lestées.

Mis à jour le 4 juillet 2023

Les couvertures lestées sont des couvertures auxquelles on a ajouté du poids à l’aide de matériaux lourds comme des billes de verre. Les modèles pour adultes pèsent de 2,5 à 10 kg, alors que ceux offerts aux enfants pèsent généralement de 1,3 à 3 kg. Leur prix est élevé, en moyenne plus de 100$ pour les enfants et souvent le double pour les adultes. Dans leur publicité, les fabricants et les détaillants affirment que ces couvertures apportent une sensation d’apaisement pouvant calmer l’anxiété et favoriser le sommeil.

Est-ce que les couvertures lestées sont efficaces?

Natasha Rouleau, ergothérapeute et professeure de clinique à l’École de réadaptation de l’Université de Montréal, explique que les couvertures lourdes créent une pression dans la couche profonde de la peau et que cela apporte un apaisement naturel. Le degré d’apaisement apporté par cette pression n’a toutefois pas été mesuré. « Ce qui a été montré, c’est que la pression ferme exercée sur les couches profondes de la peau favorisait l’activation du système nerveux parasympathique, indique Natasha Rouleau. Ce qui a pour effet de diminuer les hormones du stress. »

Donc, oui les couvertures lestées peuvent apaiser, mais à sa connaissance, aucune étude ne dit que les couvertures lourdes ont un effet prouvé pour réduire l’anxiété et favoriser le sommeil. « Les études parlent plutôt d’effets prometteurs, précise l’ergothérapeute. Dans les parties qualitatives de ces études, on retrouve toutefois des témoignages de parents qui affirment que les couvertures améliorent l’endormissement et le sommeil de leur enfant, mais ces commentaires ne sont pas nécessairement objectifs. »

Le président de l’Ordre des ergothérapeutes du Québec (OEQ), Alexandre Nadeau, va dans le même sens. « Il y a peu de données probantes significatives sur les bienfaits des couvertures lestées, dit-il. Mais sur le terrain, il y a des bienfaits constatés par l’expérience des ergothérapeutes. »

Sonya Côté, ergothérapeute en pratique privée, peut en témoigner. « Je traite souvent des enfants qui mettent de 1 à 2 heures avant de s’endormir et je vois qu’on peut réduire le temps d’endormissement en utilisant une couverture lourde. Il m’arrive aussi de la recommander dans ma pratique pour apaiser un enfant qui réagit fortement aux stimulations, par exemple qui ne tolère pas ses vêtements, qui n’aime pas être touché et qui a de la difficulté avec les sons. Au retour du CPE, après une journée de stimulations, la couverture lourde peut l’aider à faire une pause, à revenir au calme et à passer une belle soirée. » Selon elle, il s’agit d’un bel outil qu’il faut toutefois utiliser avec prudence.

Non aux gigoteuses lourdes!

On retrouve aussi sur le marché des gigoteuses et des couvertures lestées pour les bébés. Or, elles sont dangereuses, affirme l’Académie américaine de pédiatrie (AAP) qui ne les recommande pas. En juin 2023, les pédiatres américains ont à nouveau demandé de ne plus mettre de produits lestés sur un bébé ou près de lui. L’AAP soutient qu’aucune étude ne démontre que ces produits aident les bébés à dormir plus longtemps. En contrepartie, les couvertures et les gigoteuses lourdes pourraient indirectement augmenter le risque du syndrome de mort subite du nourrisson.
Sources : AAP, Parents

Quelles sont les précautions à prendre?

Comme les couvertures lestées sont facilement accessibles en vente libre, plusieurs parents peuvent avoir l’impression qu’il n’y a pas de danger et qu’il est normal d’en utiliser une pour son enfant. Or, leur utilisation comporte des risques suffocation. En 2008, un jeune garçon autiste est décédé après avoir été enroulé dans une couverture lestée sans possibilités de s’en dégager. Ce décès a déclenché une enquête du coroner qui a permis d’identifier les dangers de ces couvertures et de préciser des règles à respecter pour un usage sécuritaire.

« C’est préoccupant parce qu’une seule mauvaise utilisation peut être fatale », dit Alexandre Nadeau. Ainsi, il indique que les parents ne devraient pas utiliser ce genre de couverture sans avoir consulté un professionnel de la santé (ex. : médecin, ergothérapeute, physiothérapeute). « Car il faut tenir compte de l’état de santé de l’enfant avant d’utiliser une couverture lestée », précise-t-il. Ces couvertures sont contre-indiquées pour les personnes qui ont des problèmes respiratoires, circulatoires, cardiaques ou cutanés de même que pour celles qui souffrent d’épilepsie ou d’une hypotonie (manque de tonus) importante.

D’autres mesures de sécurité à respecter :

  • On n’utilise pas de couverture lourde avec un enfant de moins de 3 ans. Cette norme n’est écrite nulle part, mais les trois ergothérapeutes interrogés s’entendent sur cette règle.
  • La couverture doit toujours être utilisée sous la surveillance d’un adulte. On ne laisse pas son enfant seul lorsqu’il a une couverture lourde sur lui.
  • La couverture ne doit jamais recouvrir sa tête.
  • On ne doit jamais utiliser la couverture comme une mesure de contention pour empêcher l’enfant de bouger et on ne l’enroule pas dans la couverture.
  • On s’assure que le poids de la couverture respecte la constitution physique de l’enfant. « Il faut qu’il soit capable de l’enlever très facilement et de s’en débarrasser s’il n’est pas bien », indique Natasha Rouleau. Mieux vaut commencer par un petit poids.
  • On ne l’utilise pas plus que 20 minutes. « Ça donne le temps d’aller chercher l’effet escompté et ça évite d’oublier de surveiller notre enfant », dit Alexandre Nadeau. Il n’est donc pas recommandé de faire dormir un enfant toute la nuit avec une couverture lestée. « Ce n’est pas une couverte comme une autre, on ne veut pas qu’elle se retrouve sur le visage de l’enfant pendant la nuit et l’empêche de respirer », ajoute le président de l’OEQ.
  • On s’assure que l’enfant aime cette sensation et accepte bien la couverture. « Il doit dire et montrer que ça lui fait du bien, mentionne Natasha Rouleau. Les parents doivent voir que cela l’apaise. » On ne force jamais son utilisation.

D’autres moyens d’apaiser votre enfant

Les ergothérapeutes interrogés veulent que les parents retiennent que la couverture lestée n’est pas une solution magique et que son utilisation n’est pas banale. Surtout, ils rappellent qu’il y a d’autres façons de calmer son enfant.

Une bonne routine du dodo par exemple favorise le sommeil. « D’autres accessoires peuvent aider un enfant à se calmer et à s’endormir comme une couverture douce, une doudou ou un toutou, souligne Natasha Rouleau. Et il faut rester à l’écoute de ce que vit notre enfant. S’il est stressé et anxieux, il faut l’aider à nommer ses émotions pour comprendre d’où ça vient. »

Il faut aussi penser à être disponible pour son tout-petit. « L’enfant peut avoir seulement besoin de passer du temps avec son parent et de recevoir des câlins pour être rassuré et calmé », note Alexandre Nadeau. Les contacts physiques sont en effet aussi très apaisants, il ne faut pas hésiter à bercer son enfant et à le prendre dans ses bras. Avoir une attitude calme, rassurante, prévisible et chaleureuse au quotidien apporte également un sentiment de sécurité et aide à faire baisser l’anxiété des enfants.

Et les toutous lourds?

Il existe aussi sur le marché des animaux en peluche lestés dont le poids varie de 1 à 3 kg et qui aident certains enfants à se calmer. Le principe est le même, la pression exercée sur la peau crée un apaisement. Selon l’ergothérapeute Sonya Côté, le toutou lourd peut être un outil intéressant et plus sécuritaire pour les parents. « Le toutou peut être mis sur les genoux ou le dos de l’enfant pour le calmer. Il est moins englobant qu’une couverture et présente donc moins de danger de contention. » Il n’est pas recommandé de l’utiliser avant 3 ans et l’enfant doit pouvoir repousser facilement le toutou. La surveillance est toujours de mise surtout avec un modèle en forme de serpent qui pourrait s’enrouler autour du cou de l’enfant.

 

 

Julie Leduc – Naître et grandir

Naître et grandir

 

Photos : GettyImages/gojak et fizkes

Partager