Le syndrome de mort subite du nourrisson

Le syndrome de mort subite du nourrisson
Syndrome de mort subite du nourrisson : ce que c’est; que faire à la maison? Comment prévenir?



Qu’est-ce que le syndrome de mort subite du nourrisson?

Le syndrome de mort subite du nourrisson frappe un peu moins de 1 bébé sur 1 000 au Canada.

Comme son nom l’indique, le syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN) désigne la mort inattendue d’un bébé. Ce syndrome se produit généralement durant le sommeil : un bébé en bonne santé s’endort et cesse de respirer, sans cause médicale apparente.

On ne connaît pas les causes de ce syndrome. Cependant, certaines études récentes avancent l’hypothèse que, chez les enfants touchés, les cellules nerveuses du tronc cérébral contenant de la sérotonine sont anormales et ne produisent pas une protection respiratoire et cardiaque en cas de difficulté d’oxygénation pendant le sommeil.

Âge : Le syndrome de mort subite du nourrisson se produit avant 1 an, le plus souvent entre 2 et 4 mois.

Prévenir la mort subite du nourrisson

Voici une vidéo présentant les mesures à prendre pour créer un environnement de sommeil sécuritaire pour votre bébé.

Comme certains facteurs de risque associés au SMSN sont bien connus, il est possible de diminuer efficacement le risque de mort subite du nourrisson en suivant les recommandations suivantes :

  • Couchez votre bébé sur le dos, que ce soit pour la nuit ou pour la sieste. Le nombre de cas de SMSN a diminué partout où la plupart des parents ont respecté cette consigne. Lorsque votre enfant se tourne lui-même sur le ventre (habituellement vers l’âge de 6 mois), le risque de SMSN est beaucoup plus faible et il n’est plus nécessaire de le forcer à dormir sur le dos.
    Si votre enfant souffre de reflux gastro-oesophagien, il doit quand même dormir sur le dos, car la position sur le ventre n’a pas été démontrée comme étant efficace pour diminuer le reflux. Si votre enfant présente une malformation des voies respiratoires, consultez le médecin pour savoir dans quelle position il est préférable de le coucher.
Les moniteurs sonores ou respiratoires sont-ils utiles?
Les autorités médicales, comme Santé Canada et la Société canadienne de pédiatrie, estiment que les différents systèmes de surveillance de mouvements visant à prévenir la mort subite du nourrisson n’ont pas fait la preuve de leur efficacité. De plus, ils tendent surtout à susciter l’anxiété des parents! En effet, de fausses alarmes se déclencheraient souvent, et pas nécessairement en cas de véritable arrêt respiratoire.
  • Faites dormir votre bébé sur un matelas ferme et plat. Ne mettez ni oreiller, ni édredon, ni contour de lit, ni peluches dans son lit. Utilisez un drap-housse ajusté à la taille du matelas et fixez-le bien sous le matelas. Pour couvrir votre bébé, optez pour un drap léger et évitez les couvertures lourdes. Si vous craignez qu’il ait froid, faites-lui porter une gigoteuse. Par ailleurs, votre bébé doit dormir dans un lit d’enfant, dans un berceau ou dans un moïse conforme aux normes de sécurité canadiennes.
  • Évitez de surchauffer la chambre de votre bébé. Maintenez la pièce à une température confortable (20 °C ou 21 °C [68 °F ou 70 °F]).
  • Ne fumez pas. Il semble que le risque de SMSN soit plus élevé dans le cas d’enfants dont la mère a fumé pendant la grossesse ou dans le cas d’enfants exposés à de la fumée secondaire durant les premiers mois de leur vie.
Si vous choisissez d’allaiter votre bébé dans votre lit et qu’il a moins de 4 mois, soyez très vigilante de ne pas tomber endormie. Remettez votre bébé dans son lit après l’allaitement.
  • Allaitez votre bébé. L’allaitement maternel est un facteur de protection contre le SMSN. La Société canadienne de pédiatrie recommande d’ailleurs un allaitement exclusif durant les 6 premiers mois de la vie d’un poupon. Toutefois, l’effet protecteur lié à l’allaitement est présent si le bébé a été allaité pendant au moins 2 mois.
    On ne connaît pas toutes les raisons, mais on pense que l’effet protecteur de l’allaitement provient du fait que le bébé allaité se réveille plus facilement que le bébé nourri au biberon. Cela donne une protection contre les mécanismes dysfonctionnels du réveil du SMSN.
  • Faites chambre commune avec votre bébé si cela ne vous met pas mal à l’aise et si vous dormez bien ainsi. La Société canadienne de pédiatrie recommande que les parents gardent la bassinette ou le berceau de leur bébé dans leur chambre durant les 6 premiers mois de la vie du poupon. La proximité aide à la vigilance et permet aux parents de mieux connaître et répondre aux signaux donnés par leur bébé.
  • Donnez une suce à votre bébé. La suce est associée à une diminution du risque de SMSN. Offrez-la-lui avant le dodo, mais s’il la rejette, ne le forcez pas à l’utiliser. On recommande d’attendre 1 mois avant de proposer une suce à un enfant nourri au sein.
    On ne sait pas encore exactement comment la suce peut protéger contre le SMSN, mais certaines hypothèses ont été proposées. Par exemple, la suce pourrait agir comme un obstacle empêchant le bébé de rouler sur le ventre. La succion de la suce permet aussi de maintenir la langue en avant, gardant ainsi les voies respiratoires dégagées. Par ailleurs, un bébé réconforté par une suce a tendance à moins bouger pendant son sommeil, diminuant ainsi le risque d’être recouvert par son drap.
Prévention de la « tête plate » des bébés qui dorment sur le dos
Comme les os du crâne de votre bébé sont encore souples, ils peuvent changer de forme si sa tête est toujours appuyée du même côté. Elle risque alors de s’aplatir. On appelle ce phénomène la « tête plate ». Un léger aplatissement disparaît de lui-même. Cependant, une déformation plus prononcée de sa tête peut être permanente si elle n’est pas traitée, mais elle ne nuit pas au développement de l’enfant.
Pour prévenir la tête plate, changez la position de votre bébé dans sa bassinette chaque jour. Un jour, placez la tête de bébé à la tête du lit et, le lendemain, placez-la au pied de la couchette. Si vous avez un mobile, installez-le du côté du lit qui fait face à la pièce, et non au mur. Vous inciterez ainsi votre enfant à regarder dans cette direction. Lorsque votre bébé est éveillé et qu’une personne le surveille, placez-le aussi sur le ventre.
Pour en savoir plus, consultez notre fiche La prévention de la tête plate.

Dormir avec son bébé : est-ce sûr ou non?

La question fait l’objet d’un débat entre spécialistes. Certains déconseillent le partage du lit ou « cododo », alors que d’autres insistent plutôt sur l’application de certaines règles. Pour sa part, la Société canadienne de pédiatrie encourage les parents à dormir avec leur bébé dans la même chambre jusqu’à l’âge de 6 mois, mais chacun dans son propre lit.

Quelques règles à suivre pour dormir avec votre bébé en toute sécurité :

  • Ne laissez jamais votre bébé seul dans un lit d’adulte.
  • Choisissez un matelas ferme et plat. Évitez les lits d’eau, les matelas pneumatiques, les divans, les fauteuils inclinables, les sacs de couchage et les autres surfaces de « couchage » trop moelleuses ou déformées.
  • Ne mettez ni oreillers, ni douillettes, ni couvertures lourdes, ni bordures de tissu là où votre bébé est couché.
  • N’utilisez pas le siège d’auto pour faire dormir votre bébé à la maison en remplacement de son lit ou de son berceau.
  • Ne dormez pas avec votre bébé si vous êtes extrêmement fatigué ou si vous avez consommé de l’alcool, des drogues ou des médicaments, car votre état de sommeil pourrait être altéré. Cela pourrait nuire à votre vigilance.
  • Ne laissez jamais votre bébé dormir avec un autre enfant, un adulte qui n’est pas son parent ou en compagnie d’un animal.
  • Si vous fumez ou si vous êtes très obèse, il serait préférable que votre bébé ne dorme pas dans votre lit.

Pour en savoir plus, consultez notre fiche sur le cododo.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Dre Anne-Claude Bernard-Bonnin, pédiatre
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Septembre 2020

 

Photo : iStock.com/Saturated

 

Ressources utiles

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour trouver l’information désirée.

Associations et sites Internet

  • CHU SAINTE-JUSTINE. Décès du bébé et deuil périnatal. 2020. www.chusj.org
  • DEUIL PÉRINATAL – RLS PIERRE-BOUCHER. Groupe de soutien Les rêves envolés sur le deuil périnatal. santemonteregie.qc.ca
  • SOUFFLE DE BÉBÉ. Organisme canadien qui se voue uniquement à la recherche sur la mort subite du nourrisson et sur ses effets sur les familles. www.babysbreathcanada.ca
  • PARENTS ORPHELINS. Association de parents endeuillés du décès de leur bébé pendant la grossesse et durant la première année de vie. parentsorphelins.org

Livres pour les parents

  • CLERGET, Joël. Bébé est mort. Toulouse, Éditions érès, coll. « Mille et un bébés », no 70, 2005, 104 p.
  • DE MÉZERAC, Isabelle. Un enfant pour l’éternité. Monaco, Éditions du Rocher, 2004, 120 p.
  • ERNOULT-DELCOURT, Annick. Apprivoiser l’absence : adieu mon enfant. Fayard, coll. « Les enfants du fleuve », 1992, 388 p.
  • FLIS-TRÈVES, Muriel. Le deuil de maternité. Paris, Calmann-Levy, France, 2004, 176 p.
  • FRÉCHETTE-PIPERNI, Suzy. Les rêves envolés : traverser le deuil d’un tout petit bébé. Boucherville, Éditions de Mortagne, 2005, 464 p.
  • HAUSSAIRE-NIQUET, Chantal. Le deuil périnatal : le vivre et l’accompagner. Éourres, Le Souffle d’Or, 2004, 158 p.
  • LABERGE, Marie. La cérémonie des anges. Montréal, Éditions Québec-Amérique, 2016, 344 p.

Références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour trouver l’information désirée.

  • AMERICAN ACADEMY OF PEDIATRICS. « Apnea, Sudden Infant Death Syndrome and Home Monitoring », Pediatrics, vol. 111, no 4, 2003, p. 914-917. pediatrics.aappublications.org
  • DORÉ, Nicole et Danielle LE HÉNAFF. Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans, Guide pratique pour les mères et les pères. Institut national de santé publique du Québec, Québec. www.inspq.qc.ca
  • HÔPITAL DE MONTRÉAL POUR ENFANTS. 8 conseils pour créer un environnement de sommeil sécuritaire pour bébé. www.hopitalpourenfants.com
  • KIDSHEALTH. Sudden Infant Death Syndrome (SIDS). 2017. kidshealth.org
  • KINNEY, Hannah C. et Robin L. HAYNES. « The Serotonin Brainstem Hypothesis for the Sudden Infant Death Syndrome », Journal of Neuropathology and Experimental Neurology, vol. 78, no 9, 2019, p. 765-779. academic.oup.com
  • LEITER, James C. et Ines BÖHM. « Mechanisms of pathogenesis in the Sudden Infant Death Syndrome », Respiratory Physiology & Neurobiology, vol. 159, no 2, 2007, p. 127-138. www.researchgate.net
  • MAYO CLINIC. Sudden Infant Death Syndrome (SIDS). 2020. www.mayoclinic.org
  • SANTÉ CANADA. Syndrome de mort subite du nourrisson. 2019. www.canada.ca
  • SANTÉ CANADA. Votre enfant est-il en sécurité à l’heure du coucher? 2012. www.canada.ca
  • SOCIÉTÉ CANADIENNE DE PÉDIATRIE. Document de principes : les recommandations sur l’usage des sucettes. 2018. www.cps.ca
  • SOCIÉTÉ CANADIENNE DE PÉDIATRIE. Soins de nos enfants. La prévention de la tête plate chez les bébés qui dorment sur le dos. 2016. www.soinsdenosenfants.cps.ca
  • SOCIÉTÉ CANADIENNE DE PÉDIATRIE. Soins de nos enfants. Dormir en toute sécurité. 2016. www.soinsdenosenfants.cps.ca
  • STREHLE, Eugen-Matthias et autres. « Can home monitoring reduce mortality in infants at increased risk of sudden infant death syndrome? A systematic review », Acta Paediatrica, vol. 101, no 1, 2012, p. 8-13. onlinelibrary.wiley.com
  • TASK FORCE ON SUDDEN INFANT DEATH SYNDROME. « SIDS and Other Sleep-Related Infant Deaths: Evidence Base for 2016 Updated Recommendations for a Safe Infant Sleeping Environment », Pediatrics, vol. 138, no 5, 2016. pediatrics.aappublications.org
  • THOMPSON, John M.D. et autres. « Duration of Breastfeeding and Risk of SIDS: An Individual Participant Data Meta-analysis », Pediatrics, vol. 140, no 5, 2017. pediatrics.aappublications.org

Partager

À lire aussi