En manchettes: Boîte à lunch à la maternelle - Données personnelles des enfants - Fumée secondaire

En manchettes: Boîte à lunch à la maternelle - Données personnelles des enfants - Fumée secondaire
S’organiser avec sa boîte à lunch à la maternelle, applications pour enfants et données personnelles, et fumée secondaire


MATERNELLE

Aider son enfant à s’organiser avec sa boîte à lunch

Pour les enfants qui commencent la maternelle, la boîte à lunch, c’est toute une nouveauté, et peut-être pour vous aussi. Voici des conseils pour aider votre enfant avec sa boîte à lunch.

  • Montrez-lui son lunch et ses collations la veille ou le matin. Cela peut être une bonne idée de mettre ses collations à part, dans son sac à dos. Mais n’oubliez pas de lui dire où elles se trouvent!
  • Expliquez-lui que les repas à l’école se déroulent avec plusieurs amis, mais qu’il faut prendre le temps de manger avant d’aller jouer.
  • Dites-lui qu’il peut demander de l’aide à l’adulte présent au besoin (pour ouvrir son thermos, par exemple).

Pour varier les lunchs, n’hésitez pas non plus à lui offrir des repas chauds dans un thermos. Pour que la nourriture soit encore chaude le midi, versez de l’eau bouillante dans le thermos le matin, refermez-le et laissez-le reposer une dizaine de minutes. Ensuite, enlevez l’eau et versez-y la nourriture que vous aurez réchauffée auparavant.

Petits appétits…

Si sa boîte à lunch revient presque pleine, posez-lui des questions pour en comprendre la raison. Par exemple : As-tu faim le midi? As-tu assez de temps pour manger? As-tu de la difficulté à ouvrir tes plats? Aimes-tu ce qu’il y a dans ton lunch?

Si vous comprenez mieux ce qui l’empêche de manger, vous pourrez ajuster les choses. Faire participer votre enfant à la préparation de son lunch peut aussi l’encourager à manger. Rappelez-vous aussi que son alimentation ne s’évalue pas sur un seul repas, ni même sur une seule journée.

Pour en savoir plus, consultez :

ÉCRANS

Applications pour enfants : attention à la récolte de données personnelles

Quand votre tout-petit s’amuse avec une application sur une tablette électronique ou un téléphone, il est possible que ses données personnelles soient enregistrées puis vendues à des compagnies qui cherchent à mieux orienter leurs publicités, signalent des chercheurs américains.

Pour parvenir à ces résultats, ils ont analysé 450 applications utilisées par 124 enfants âgés de 3 à 5 ans. Près de 67 % des applications étudiées récoltaient et partageaient des données numériques privées, dont l’identifiant numérique et le numéro de série du dispositif électronique, ainsi que la géolocalisation.

Les enfants, tout comme les adultes, laissent donc une empreinte numérique : les sites consultés, leurs applications favorites, leur localisation, le temps passé en ligne, etc. Des entreprises de marketing peuvent se servir de ces données pour cibler les publicités et les achats intégrés offerts en ligne à vos enfants… qui n’ont pas conscience d’être « surveillés » et influencés.

Légalement, les informations récoltées auprès de mineurs de moins de 13 ans ne peuvent pas être exploitées à des fins commerciales sans le consentement des parents. Cependant, plusieurs compagnies contournent la loi sans être sanctionnées. De plus, plusieurs parents ne comprennent pas bien le concept et les paramètres de confidentialité numérique, comme le stockage des informations privées dans les applications.

Le niveau socioéconomique des familles ainsi que le degré d’éducation et le niveau de connaissance numérique des parents influenceraient d’ailleurs le risque de violation de la vie privée de leurs enfants.

Source : Medical Xpress

SANTÉ

Protégeons les enfants de la fumée secondaire

Saviez-vous que les poumons des enfants ne sont pas parfaitement formés avant l’adolescence? Cela les rend donc plus vulnérables aux dommages de la fumée secondaire du tabac. C’est pour cette raison que Famille sans fumée rappelle, encore cette année, l’importance de ne pas y exposer les enfants.

La fumée secondaire contient plus de 7000 produits chimiques pouvant menacer la santé des enfants. Les bébés respirent en effet trois fois plus vite que les adultes, et les tout-petits deux fois plus vite. Les enfants absorbent ainsi plus de substances toxiques présentes dans la fumée secondaire, ce qui peut provoquer ou accentuer plusieurs problèmes respiratoires.

La nicotine contenue dans la fumée secondaire peut par ailleurs nuire au développement des poumons des enfants et réduire leur capacité pulmonaire. Les études montrent aussi que les enfants des fumeurs ont deux à quatre fois plus de risques de souffrir d’asthme.

C’est pourquoi Famille sans fumée continue d’encourager les parents à ne pas fumer en présence des enfants et des femmes enceintes, et de faire de leurs maisons et de leurs autos des environnements sans fumée. La campagne annuelle Famille sans fumée se déroule du 14 septembre au 11 octobre.

Vous souhaitez arrêter de fumer? L’application SMAT.ca, les sites jarrete.qc.ca et défitabac.ca, ainsi que la ligne 1 866 JARRETE (527-7383) sont là pour vous aider.

Source : Famille sans fumée

À lire aussi :

 

10 septembre 2020

Par l’équipe de Naître et grandir

Naitre et grandir.com

 

Photos : GettyImages/FatCamera, SolStock et Tevarak

Partager

À lire aussi