Insomnie et grossesse: un problème courant, mais trop négligé?

Insomnie et grossesse: un problème courant, mais trop négligé?
Deux femmes sur trois souffriraient d’insomnie au cours du troisième trimestre de grossesse, indique une étude espagnole.

15 février 2018 | De nombreuses femmes enceintes voient la qualité de leur sommeil diminuer à mesure que leur grossesse progresse, indique une étude espagnole. En fait, au cours du 3e trimestre de grossesse, 2 femmes sur 3 souffriraient d’insomnie.

Selon les résultats de cette étude, 6 % des femmes interrogées disaient souffrir d’insomnie avant leur grossesse. Cette proportion est passée à 44 % durant le 1er trimestre de grossesse, à 46 % au 2e trimestre et à 64 % au 3e trimestre.

Les troubles de sommeil rapportés par les participantes à l’étude comprenaient la difficulté à s’endormir, une durée du sommeil écourtée, la somnolence durant la journée et un sommeil entrecoupé de réveils.

Cette étude souligne que les femmes qui font de l’insomnie avant d’être enceintes seraient plus à risque d’en souffrir pendant la grossesse. Les résultats ont aussi montré que l’obésité était associée à davantage d’insomnie au cours du 3e trimestre de grossesse.

Les chercheurs ont toutefois constaté que les femmes enceintes pratiquant régulièrement des activités physiques d’intensité modérée semblaient protégées contre l’insomnie liée à la grossesse.

Les auteurs de l’étude rappellent que l’insomnie, en plus de nuire à la qualité de vie des femmes touchées, représente un facteur de risque pour la prééclampsie, la dépression, le diabète de grossesse, l’accouchement prématuré et la césarienne non planifiée.

Selon eux, les problèmes de sommeil durant la grossesse sont souvent négligés. En effet, les difficultés à s’endormir et à avoir un sommeil réparateur sont souvent considérées par les professionnels de la santé comme des caractéristiques normales de la grossesse. De leur côté, les chercheurs estiment qu’il faudrait améliorer le diagnostic d’insomnie avant la grossesse et développer des traitements non pharmacologiques pour contrer ce problème.

Cette étude a été réalisée sur 486 femmes enceintes d’un seul enfant. À chacun des trimestres de grossesse, la qualité de leur sommeil a été évaluée. Elles ont également été questionnées au sujet de la qualité de leur sommeil avant leur grossesse.

Sources : Eurekalert et National Center for Biotechnology Information (NCBI)


Marie-Claude Ouellet — Agence Science-Presse

 

Photo : GettyImages/artoleshko

Partager

À lire aussi