Nez bouché et allergies pendant la grossesse

Nez bouché et allergies pendant la grossesse
Plusieurs femmes enceintes souffrent de congestion nasale. Comment soulager cet inconfort?

Pendant la grossesse, 18 à 20 % des femmes enceintes disent souffrir de congestion nasale. Les hormones de la grossesse peuvent être responsables de cet inconfort puisqu’elles augmentent le flux sanguin dans les voies respiratoires et stimulent la production de mucus. Ce type de congestion se limite toutefois à la période de la grossesse. La congestion d’origine hormonale disparaît habituellement dans les 5 jours suivant l’accouchement.



Des allergies?

La congestion et l’écoulement nasal peuvent aussi être dus à des allergies respiratoires présentes avant la grossesse. Il est même possible que de nouvelles allergies se manifestent ou soient détectées pour la première fois lorsque la femme est enceinte. Certains experts vont jusqu’à penser que la grossesse pourrait déclencher ou aggraver ces allergies. D’autres scientifiques contestent cependant cette hypothèse en soulignant que les taux d’anticorps associés aux allergies ne sont pas différents chez les femmes enceintes.

En raison des effets des hormones sur la congestion nasale, la grossesse peut toutefois amplifier certains symptômes allergiques. Environ 15 % des femmes mentionnent d’ailleurs que leurs symptômes ont empiré depuis qu’elles sont enceintes. Généralement, l’intensité des symptômes retourne à la normale après l’accouchement. Près de la moitié des femmes enceintes ne rapporte cependant aucun changement et 34 % parlent plutôt d’une amélioration de leurs symptômes.

La congestion nasale attribuable aux allergies doit être prise au sérieux. En effet, des allergies non contrôlées peuvent nuire au sommeil, à l’alimentation et au bien-être émotionnel de la future mère. Les allergies peuvent aussi causer ou aggraver l’asthme. Un asthme mal maîtrisé pendant la grossesse risque de diminuer l’oxygène que reçoit le bébé et peut mener à d’autres complications. Les femmes enceintes ne devraient donc pas hésiter à discuter avec leur professionnel de la santé si elles éprouvent des symptômes de congestion nasale.

Soulager l’inconfort

Quelques mesures peuvent être prises pour diminuer l’inconfort causé par la congestion nasale ou les allergies pendant la grossesse.

  • Éviter autant que possible les allergènes qui pourraient provoquer une réaction allergique. Les principaux sont le pollen (arbre, graminées, herbe à poux), les moisissures, les pellicules d’animaux (chat, chien) et les mites de poussières (acariens). Il est entre autres recommandé d’utiliser un système de climatisation à la maison et de fermer les fenêtres de la voiture;
  • Nettoyer le nez avec un vaporisateur nasal d’eau saline ou un dispositif de type Sinus Rinse®, en vente dans les pharmacies. Des études ont démontré que ces mesures permettaient de diminuer le recours aux antihistaminiques. Il est possible de préparer une solution saline maison en ajoutant 1/2 c. à thé (2,5 ml) de sel à 1 tasse (250 ml) d’eau bouillie et refroidie. Il est toutefois important de mesurer les quantités très exactement pour s’assurer de ne jamais dépasser la concentration de sel recommandée;
  • Utiliser des bandelettes nasales pour ouvrir les voies nasales pendant la nuit;
  • Surélever la tête du lit;
  • Faire de l’exercice physique modéré pour aider à diminuer l’inflammation nasale.

Les médicaments sont-ils sécuritaires?

Si les méthodes proposées ne parviennent pas à soulager les symptômes d’allergies, certains médicaments peuvent être employés sans poser de risque pour le foetus.

  • Les antihistaminiques
    Environ 10 à 15 % des femmes enceintes disent prendre des antihistaminiques. Ce type de médicaments est d’ailleurs le plus fréquent pendant la grossesse. À ce jour, aucune association n’a été rapportée entre l’utilisation d’antihistaminiques pendant la grossesse et des malformations congénitales. Les experts suggèrent de privilégier les antihistaminiques de deuxième génération (Claritin® et Reactine®) puisqu’ils ne causent pas de somnolence et qu’ils sont considérés comme tout à fait sécuritaires pendant la grossesse et l’allaitement.
  • Les décongestionnants
    Si l’eau saline ne suffit pas, les décongestionnants vendus sous forme de vaporisateurs (ex. : Otrivin®, Dristan®) peuvent être utilisés moins de 3 jours de suite. Si les symptômes se prolongent, il faut alors consulter un professionnel de la santé. Certains décongestionnants en comprimés contenant de la pseudoéphédrine peuvent être utilisés à partir du 2e trimestre seulement (ex. : Tylenol rhume et sinus®). Informez-vous auprès d’un pharmacien. Les produits contenant de l’ibuprofène doivent toutefois être évités tout au long de la grossesse.
  • Les corticostéroïdes en vaporisateur nasal
    Dans les cas plus sévères ou persistants, les corticostéroïdes peuvent être une option. Il s’agit du principal traitement envisagé pour les femmes enceintes souffrant d’asthme. Une femme qui utilisait déjà ce type de médicaments pour contrôler ses symptômes avant la grossesse peut continuer de le prendre sans crainte. Elle devrait cependant le mentionner à son médecin au cours de sa première visite de suivi de grossesse.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Dre Chantal Ouellet, médecin
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Décembre 2017

 

Photo : iStock.com/momcilog

Références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • CHAIRE PHARMACEUTIQUE FAMILLE LOUIS-BOIVIN. Petit guide grossesse et allaitement. CHU Sainte-Justine et Université de Montréal. www.chusj.org/Petit-Guide-Grossesse-et-allaitement
  • GILBOA, Suzanne M. et coll. « Antihistamines and Birth Defects : A Systematic Review of the Literature », Expert Opinion on Drug Safety, vol. 13, no 12, 2014, p. 1667-1698.
  • HARMS, Roger W. Is it safe to take Claritin or other allergy medications during pregnancy ? 2015. Mayo Clinic
  • INCAUDO, Gary A. et Patricia TAKACH. « The Diagnosis and Treatment of Allergic Rhinitis During Pregnancy and Lactation », Immunology and Allergy Clinics of North America, vol. 26, no 1, 2006, p. 137-154.
  • KAR, Sumit et coll. « A review of antihistamines used during pregnancy », Journal of Pharmacology and Pharmacotherapeutics, vol. 3, no 2, 2012, p. 105-108.
  • NAMAZY, J. A. et M. Schatz. « The Treatment of Allergic Respiratory Disease During Pregnancy », Journal of Investigational Allergology and Clinical Immunology, vol. 26, no 1, 2016, p. 1-7.
  • PALI-SCHÖLL, Isabella et autres. « Asthma and Allergic Diseases in Pregnancy ». WAO Journal, vol. 2, 2009, p. 26-36.
  • QIAN LI, MS et autres. « Assessment of Antihistamine Use in Early Pregnancy and Birth Defects », Journal of Allergy and Clinical Immunology. In Practice, vol. 1, no 6, 2013, p. 666-674.
  • SO, Miranda et autres. Safety of antihistamines during pregnancy and lactation, 2010. Motherisk
  • YAWN, Barbara et Mary KNUDTSON. « Treating Asthma and Comorbid Allergic Rhinitis in Pregnancy », Journal of the American Board of Family Medicine, vol. 20, no 3, 2007, p. 289-298.

À lire aussi