Grossesse: une gamme d'émotions pour la future maman

Grossesse: une gamme d'émotions pour la future maman
Les émotions plus intenses que peut ressentir une femme enceinte peuvent découler des poussées hormonales et des modifications de son corps.

Chaque femme enceinte vit une expérience différente sur le plan des émotions. Certaines femmes connaissent de grands changements tout au long de leur grossesse, tandis que d’autres n’en vivent qu’au début.

En dépit d’un sentiment de bien-être en général, certaines femmes sont surprises d’expérimenter des changements d’humeur rapides se manifestant par exemple par de l’irritabilité, des explosions de pleurs en alternance à de grandes démonstrations de joies. Les émotions intenses que peut ressentir une femme enceinte peuvent découler des poussées hormonales et des modifications de son apparence corporelle.

Que la grossesse soit planifiée ou non, plusieurs femmes peuvent ressentir de l’ambivalence au début de la grossesse. L’ambivalence est une réponse normale à la préparation au nouveau rôle de mère. D’une part, la grossesse procure un grand plaisir d’accomplissement. D’autre part, la femme enceinte peut aussi ressentir un sentiment de regret vis-à-vis sa vie passée dont elle doit faire le deuil.

Tous ces sentiments sont normaux. Il est important que la future mère ait l’opportunité de les exprimer et de les comprendre sans se sentir juger. Parler avec son conjoint, des amis ou d’autres femmes enceintes peut permettre à la mère de constater qu’elle n’est pas seule à vivre des questionnements de ce type.

Le poids, un sujet sensible

Les femmes enceintes éprouvent également des sentiments mitigés à l’égard de leur corps en transformation. Certains jours, elles se sentent spéciales et épanouies, tandis que d’autres, particulièrement en fin de grossesse, elles ont l’impression d’être grosses et maladroites. La plupart des femmes ont hâte de retrouver leur corps d’antan après l’accouchement.

Certaines femmes enceintes n’aiment pas se regarder dans le miroir et réagissent mal aux remarques à propos de leur taille ou de leur poids. C’est tout à fait normal. Il faut éviter de comparer le corps d’une future maman avec celui d’une femme qui n’est pas enceinte.

Le 2e trimestre : des émotions plus positives
Plusieurs futures mamans affirment que le deuxième trimestre est le plus agréable, car elles vivent moins d’émotions intenses durant cette période. C’est le trimestre où l’on dit souvent d’une femme enceinte qu’elle est « resplendissante ». À l’inverse, durant les dernières semaines de la grossesse, les femmes vivent souvent un stress émotionnel. Cela peut être dû à la prise de poids, aux maux et douleurs de fin de grossesse, de même qu’aux inquiétudes suscitées par l’accouchement et les futures responsabilités maternelles. Alors, ne vous en faites pas si vous n’êtes pas « resplendissante » à votre neuvième mois de grossesse!

Des symptômes à surveiller

Si vous êtes très préoccupée par vos émotions ou par la perception que vous avez de vous-même, consultez immédiatement votre médecin ou un autre professionnel de la santé. S’il s’agit de dépression clinique, de trouble anxieux ou de trouble bipolaire, il sera plus facile de vous traiter ou de vous aider à gérer votre état si vous consultez dès que possible. Il existe plusieurs traitements possibles, avec ou sans médicaments. Votre médecin discutera des avantages et des inconvénients de chacun avec vous et votre partenaire.

Mais comment savoir si les symptômes émotionnels que vous ressentez sont suffisamment sérieux pour en discuter avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé?

Vous devriez consulter si vous éprouvez N’IMPORTE LEQUEL des symptômes ci-dessous. Certains peuvent vous paraître anodins, mais n’hésitez pas à en parler à votre professionnel de la santé. N’attendez pas que la situation dégénère.

  • Changements d’humeur persistants (qui durent depuis plus de 2 semaines sans relâche).
  • Anxiété fréquente et mauvaise humeur croissante.
  • Ruminations qui causent de l’insomnie.
  • Incapacité fréquente de s’endormir ou de ressentir la fatigue.
  • Incapacité de manger ou absence d’appétit fréquente (en particulier si vous ne prenez pas de poids ou si vous en perdez).
  • Perte de la mémoire à court terme, difficulté à se concentrer, à se souvenir de quelque chose ou à prendre des décisions.
  • Perte d’intérêt envers les activités que vous aimez habituellement.
  • Agitation presque constante.
  • Manque d’énergie, en particulier après le premier trimestre.
  • Pensées macabres ou suicidaires.
  • Inquiétudes constantes à propos du développement du bébé.
  • Tristesse et pleurs fréquents.
  • Bouffées de chaleur, douleurs abdominales, tremblements ou étourdissements.
  • Sentiments de culpabilité, de dévalorisation ou de désespoir.
  • Impatience, manque de maîtrise de soi ou d’énergie.
  • Sentiment de culpabilité ou d’échec à l’endroit du futur rôle de mère.
  • Comportement de retrait à l’endroit du partenaire, de la famille, des amis ou des collègues de travail.

La plupart des changements émotionnels devraient disparaître après l’accouchement. Si ce n’est pas le cas, il est recommandé de consulter son médecin ou sa sage-femme.

 

Naitre et grandir.com

      Révision scientifique : Lise Ross, infirmière, M.Sc., Centre des naissances du CHUM
      Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
      Mise à jour : Mars 2013

 

Références

  • LOWDERMILK D et al. Maternity & women’s health Care. Elsevier Mosby. St-Louis, 10e édition, 2012, 975 pages.

À lire aussi