L'enfant qui s'ennuie

L'enfant qui s'ennuie
« Je ne sais pas quoi faire! » Comment apprendre à un enfant à s’amuser seul?


Tous les enfants connaissent l’ennui un jour ou l’autre. C’est normal. Mais saviez-vous qu’il y a des avantages à laisser un tout-petit s’ennuyer et chercher des moyens de s’amuser seul?

Pourquoi les parents et les enfants sont-ils mal à l’aise avec l’ennui?

S’ennuyer de temps à autre, c’est normal pour un enfant. Toutefois, comme notre société valorise une utilisation efficace du temps, l’ennui est souvent mal vu. C’est pourquoi certains parents tentent toujours d’occuper leur enfant dès qu’il dit s’ennuyer en lui trouvant différentes activités intéressantes à faire.

D’ailleurs, certains parents remplissent l’agenda de leur enfant en lui planifiant des activités ou en l’inscrivant à des cours. Bien sûr, cela part d’une bonne intention : les parents veulent le meilleur pour leur enfant. Toutefois, en organisant tout pour eux, les tout-petits ont peu de temps libre pour apprendre à s’organiser et à décider de ce qu’ils veulent faire. Ils peuvent ainsi être démunis lorsqu’ils ont du temps libre et qu’ils s’ennuient.

De plus, les enfants qui fréquentent un service de garde peuvent aussi trouver difficile de gérer leur moment d’ennui parce qu’ils ont l’habitude d’avoir de nombreux partenaires de jeu. Même s’ils ne jouent pas toujours avec les autres enfants à la garderie, leur simple présence est stimulante et divertissante pour eux. Cela peut aussi faire en sorte que des tout-petits se sentent mal pris lorsqu’ils se retrouvent seuls : ils s’ennuient et ne savent pas comment jouer seul.

Les bienfaits de l’ennui pour un enfant

Il est important qu’un enfant vive de l’ennui de temps à autre. S’ennuyer l’aide à stimuler sa créativité et à résoudre de petits problèmes. Quand un tout-petit est seul et qu’il s’ennuie, c’est l’occasion pour lui d’être à l’écoute de son monde intérieur, de ses envies et de ses goûts. Ne rien avoir à faire lui permet donc de développer son monde imaginaire et sa créativité pour s’amuser en plus de lui apprendre à être bien avec lui-même.

L’ennui permet aussi de voir la réalité différemment. Un enfant qui s’ennuie remarque des détails qui lui échapperaient s’il était occupé. Par exemple, c’est parce qu’il s’ennuie qu’il observe le trajet de la goutte d’eau qui descend le long d’un carreau de la fenêtre ou qu’il remarque cette fourmi qui avance tout doucement sur la galerie. Il pourra alors inventer toute une histoire autour de cette goutte d’eau ou de cette fourmi s’il a l’occasion de vivre ces moments seuls.

Lorsqu’il s’ennuie, un tout-petit s’habitue aussi à jouer seul. Il apprend ainsi à décider par lui-même. Cela lui permet de se sentir plus en contrôle de son environnement et de développer ainsi sa confiance en soi.

Quand un enfant arrive à jouer seul dans ses moments d’ennui, il développe également son autonomie. Le jeu libre dans lequel un tout-petit décide lui-même ce qu’il fait lui apprend à se débrouiller sans avoir constamment besoin du soutien des autres. Une qualité qui va l’aider toute sa vie à bien fonctionner par exemple à la garderie et à l’école.

Comment encourager son enfant à jouer seul

Plus votre tout-petit sera capable de jouer seul, moins il s’ennuiera. Certains enfants n’ont toutefois pas appris à jouer en solitaire. Voyez comment vous pouvez l’encourager à jouer seul.

  • Passez du temps avec votre enfant. Cela peut vous sembler contradictoire, mais ces moments d’affection et d’intimité sont prioritaires pour votre tout-petit. C’est ce qui lui permet de se sentir aimé et de gagner la confiance et l’autonomie nécessaires pour jouer tout seul. D’ailleurs, plus votre enfant est jeune, plus il a besoin de faire des pauses dans ses jeux pour être avec vous. Par exemple, lorsqu’il vient vous retrouver, vous pouvez lui faire un câlin, regarder un livre avec lui, le faire participer à votre tâche, etc. Lorsqu’il se sentira prêt, il s’éloignera pour poursuivre son jeu.
  • Commencez une activité avec lui, aidez-le au début, puis éloignez-vous pour le laisser continuer seul. En demeurant dans la même pièce, vous pouvez, de loin, faire des commentaires sur sa façon de s’en sortir : « Elle est vraiment haute, ta tour! » ou « Tu choisis de belles couleurs pour ton dessin ». Vos commentaires positifs l’encouragent à créer lui-même ses jeux. Cela développe sa confiance en ses capacités et son autonomie.
  • Réservez du temps pour le jeu libre dans l’horaire de votre enfant. Ces moments seront peut-être ennuyeux au début, mais deviendront, avec le temps, des moments de jeux spontanés enrichissants pour lui.
Plus la confiance de votre enfant grandit, plus il arrive à jouer seul dans une autre pièce. Il ne sent plus nécessairement le besoin de jouer sous vos yeux.
  • Quand votre enfant s’ennuie, ne vous précipitez pas pour l’occuper rapidement. Aidez-le à mettre des mots sur ce qu’il ressent en disant par exemple : « J’ai l’impression que tu t’ennuies. Ce n’est pas toujours facile de choisir ce que l’on a envie de faire. Je te comprends, moi aussi, ça m’arrive. » Encouragez-le à prendre des initiatives : « J’ai confiance en toi. Tu vas trouver quelque chose à faire qui te plaira. »
  • Suggérez-lui quelques idées au besoin. Vous pouvez lui demander par exemple : « As-tu le goût de faire un casse-tête? », « Veux-tu qu’on sorte ton train? » ou « Est-ce que ça te tente de raconter une histoire à ton toutou? ». Vous pouvez aussi lui proposer de faire un dessin ou un bricolage pour quelqu’un en particulier; cela peut ajouter une motivation supplémentaire.
  • Laissez à la portée de votre tout-petit des jouets adaptés à ses capacités et à ses goûts. S’il a facilement accès à des jouets qu’il apprécie, votre enfant trouvera plus facilement des façons de s’amuser sans votre aide. Toutefois, mieux vaut éviter de lui donner accès à trop de jouets. Si votre tout-petit a trop de choix devant lui, il peut avoir du mal à prendre une décision. Pour favoriser un jeu créatif, diminuez le nombre de jouets à sa disposition et faites une rotation de ses jeux de temps à autre.
  • Lorsque votre enfant prend l’initiative de jouer seul, évitez d’intervenir ou de faire des commentaires. Cela pourrait briser ce moment de créativité et de liberté.

 

À retenir

  • Certains enfants se trouvent démunis quand ils s’ennuient parce qu’ils sont habitués de faire des activités structurées et qu’ils sont souvent entourés d’autres enfants.
  • L’ennui force votre enfant à trouver des façons de s’amuser seul. Cela développe sa créativité et son autonomie.
  • Pour habituer votre tout-petit à jouer seul, commencez une activité avec lui et éloignez-vous un peu, suggérez-lui des idées de jeu et prévoyez du temps pour le jeu libre.

 

Naître et grandir

Révision scientifique : Marie-Hélène Chalifour, psychoéducatrice
Recherche et rédaction :Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Juillet 2021

 

Photo : iStock.com/onebluelight

 

Ressources et références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu’un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Pour les parents :

  • BUZYN, Etty. Papa, maman, laissez-moi le temps de rêver. Les Éditions Albin Michel, 2015, 192 p.
  • ENCYCLOPÉDIE SUR LE DÉVELOPPEMENT DES ENFANTS. Pourquoi le jeu devrait-il faire partie de la vie de tous les enfants? 2013. enfant-encyclopedie.com
  • FERLAND, Francine. Et si on jouait? Le jeu au coeur du développement de l’enfant. 3e éd., Éditions du CHU Sainte-Justine, Montréal, 2018, 240 p.
  • HEWES, Jane. « Laissons-les s’amuser : l’apprentissage par le jeu chez les jeunes enfants. enfant-encyclopedie.com
  • MACNAMARA, Deborah. Jouer, grandir et s’épanouir : le rôle de l’attachement dans le développement de l’enfant. Les Éditions au Carré, 2017, 309 p.

Pour les enfants :

  • ARJONA, Juan. Quand je m’ennuie. Éditions Seuil jeunesse, 2019, 40 p
  • BLACK, Michael Isan. Je m’ennuie. Éditions Seuil jeunesse, 2013, 32 p.
  • BORMANS, Leo. Le grand livre du bonheur pour les enfants. Éditions Petit Homme, 2016, 60 p.
  • LLENAS, Anna. Le vide. Éditions Les 400 coups, 2016, 84 p.
  • YOSHITAKE, Shinsuke. Youpi, je m’ennuie! Éditions Glenat, 2019, 40 p.

 

À lire aussi