Le jeu: un allié pour les parents

Le jeu: un allié pour les parents
Le jeu peut s’avérer une aide précieuse pour rendre les tâches de tous les jours plus amusantes.

Lorsque vous devez accomplir une tâche, vous ne pouvez pas toujours accorder autant d’attention à votre enfant qu’il le souhaiterait. Lui demander d’attendre n’est pas toujours efficace. Que faire, alors?



Intégrer le jeu dans les tâches quotidiennes

Aucune de ces suggestions n’est magique en soi. Toutefois, adaptées à votre enfant et à une situation précise, elles peuvent rendre vos tâches de tous les jours plus amusantes.

Au lieu de lui demander d’aller jouer plus loin quand vous devez faire des tâches dans la maison, proposez à votre enfant de devenir votre assistant. Il acceptera probablement avec joie, car les tout-petits adorent aider quand ils ne sont pas obligés de le faire.

Lorsque vous intégrez votre enfant à vos tâches en lui confiant des responsabilités à sa mesure, il se sent utile et grand. Il est aussi moins agité, car vous lui accordez de l’attention et partagez avec lui du temps de qualité. Une fois sa tâche accomplie, n’oubliez pas de le remercier chaleureusement pour son aide. En valorisant ses efforts et en lui disant à quel point son aide est précieuse, vous l’aiderez à comprendre que son soutien est bienvenu. Il aura ensuite le goût de recommencer.

Voici comment votre enfant peut vous aider

  • Lorsque vous cuisinez, votre enfant peut vous donner les ingrédients nécessaires à votre recette. Il peut aussi découper à l’emporte-pièce des biscuits dans la pâte, mélanger les ingrédients secs d’une recette, laver les légumes avec une petite brosse et déchirer les feuilles de laitue pour la salade.
  • Au moment du repas, invitez votre enfant à mettre la table. C’est là une marque de confiance, puisque vous lui laissez manipuler les assiettes et les ustensiles.
Pour faire du jeu votre allié, il suffit de présenter une activité comme un jeu ou un défi amusant à relever. En suscitant sa curiosité et en stimulant son sens de l’humour, les chances sont grandes que votre enfant réagisse avec plaisir à la proposition.
  • Lorsque vous sortez le linge de la sécheuse, demandez à votre enfant d’aller à la pêche aux vêtements (ex. : trouver les chaussettes de la même couleur ou les serviettes de la même grandeur). Peut-il reconnaître ce qui appartient à papa, à maman, à sa soeur ou à lui-même? Cette belle jupe est-elle à papa? Et cette toute petite camisole, est-elle à lui? Cette activité peut être l’occasion d’un fou rire partagé et d’un moment de choix pour que votre enfant intègre la notion de propriété.
  • Sous votre supervision, votre enfant peut arroser les plantes de la maison, ramasser avec vous les légumes du potager ou nourrir l’animal de la famille.
  • À l’épicerie, transformez les courses en chasse au trésor. Dites à votre enfant ce dont vous avez besoin au début de chaque rangée et demandez-lui de trouver un article précis. Si votre enfant est jeune et qu’il est installé dans le chariot, invitez-le à pointer du doigt l’article recherché dès qu’il le voit sur la tablette.

Motiver l’enfant dans sa routine

Certaines activités doivent être faites tous les jours et sont plutôt ennuyeuses. Quand vous proposez de faire ces tâches de routine sous forme de jeu, la motivation de votre tout-petit augmente et il fait ce qu’il doit faire avec plaisir.

  • Ranger. Avant l’âge de 3 ans, la notion de rangement est difficile à comprendre. Pour que ranger devienne un jeu aux yeux de votre enfant, suggérez-lui de montrer à son ourson où vont ses jouets. Il peut aussi trouver amusant de faire « dormir » 2 ou 3 de ses objets préférés à une place précise. À compter de 4 ans, il s’amuse à ranger par catégories ses jouets (les peluches, les camions, les poupées). Devant le désordre de sa chambre, vous pouvez prendre un air étonné et lui dire : « Regarde! Une tornade est passée dans ta chambre, et le vent a éparpillé tes jouets sur le plancher! Tu vas devoir réparer les dégâts faits par le vent. »
  • Se laver les mains. Lorsque votre enfant ne veut pas se laver les mains, racontez-lui que le savon a des « pouvoirs spéciaux » qui font disparaître la saleté. Cette activité sera alors beaucoup plus intéressante pour votre enfant que si vous parlez de notions d’hygiène qu’il risque de ne pas comprendre.
  • Manger. Au moment des repas, nommez les plats de façon humoristique : les pommes de terre en purée deviennent des « pommes de terre en neige » et les brocolis, de « petits arbres » à manger.

Encore trop petit?

Si votre enfant est trop jeune pour participer aux tâches ménagères, il peut les partager de façon passive et être un spectateur aux premières loges. Vous pouvez inclure bébé dans votre travail quotidien en mettant des mots sur ce que vous faites et en l’invitant à regarder, à toucher ou à sentir. « Regarde la pomme de terre : elle est brune. Je vais la peler. Regarde, elle est devenue blanche et elle est mouillée. Touche. » En lui parlant ainsi, vous captez son attention, vous favorisez sa compréhension et vous lui apprenez mille et une choses.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice
Recherche et rédaction :
Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Mai 2015

 

Références

  • FERLAND, Francine. Et si on jouait? Le jeu durant l’enfance et pour toute la vie. Montréal, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2005, 216 p. Voir le chapitre « Le jeu au service des parents ».

À lire aussi