Ce qu'il faut pour jouer

Ce qu'il faut pour jouer
Jouer, c’est plus qu’une affaire de jouets! Découvrez de quoi votre enfant a vraiment besoin.

L’enfant apprend par les jeux. Ils répondent à son besoin d’explorer, de comprendre, d’expérimenter. Afin qu’il se sente à l’aise de vivre ces apprentissages, votre enfant doit toutefois se retrouver dans une ambiance rassurante. Il est donc important de créer un environnement où le jeu est valorisé et reconnu comme important pour son développement physique, mental et social.



Besoin d’avoir confiance

Selon l’attitude des adultes qui l’entourent (parents, éducateurs), votre enfant sera soit épanoui dans son jeu, soit craintif et passif. Pour que votre enfant joue, il lui faut se sentir en confiance. En portant une attention particulière à ses jeux et en vous intéressant à ce qu’il crée avec eux, vous l’aiderez à comprendre que vous accordez de l’importance à ses activités ludiques. Il se sentira alors en pleine confiance pour explorer son univers par le jeu. Au contraire, si votre enfant a peur que vous riiez de lui ou s’il craint de provoquer votre désaccord, il ne jouera pas ou il le fera de façon répétitive, sans plaisir ni imagination.

Valoriser le jeu

En plus de son côté ludique, le jeu permet de grands apprentissages.

Il permet à votre enfant :

  • de résoudre des problèmes comme construire une tour de blocs ou insérer une forme dans un espace;
  • d’associer des couleurs et des formes;
  • d’apprendre à reconnaître quand c’est son tour et quand c’est le tour de l’autre.

Si vous êtes convaincu du besoin fondamental de votre enfant d’être actif dans son environnement, vous aurez avantage à prévoir des périodes où votre enfant joue librement sans instructions particulières ainsi que des espaces, du matériel et des occasions de jouer avec d’autres enfants.

Permettre une certaine liberté d’agir

Par les jeux libres, l’enfant exprime sa créativité. Il peut inventer de nouvelles règles de jeu, créer un objet rigolo ou imaginer un scénario dans lequel des personnages prennent vie. Quand votre enfant joue, il crée alors un désordre temporaire. Il serait toutefois dommage d’exiger que tout reste toujours à sa place, car un jeu trop contrôlé n’en est plus un. Le milieu de vie de l’enfant devrait donc tolérer le mouvement et le bruit. En effet, le plaisir au jeu se manifeste souvent par une certaine excitation, des rires et du plaisir.

Pour mieux gérer le désordre et le bruit
Si le désordre et le bruit sont difficiles à tolérer pour vous ou vos autres enfants, il est tout de même possible de rendre ces moments plus agréables. Par exemple, vous pouvez préparer pour votre enfant des petits bacs avec quelques jouets, casse-tête de bois et livres dans chacun. Il pourrait alors n’en sortir qu’un à la fois et y ranger ses jeux avant d’en sortir un autre. Certains jeux sont également moins bruyants que d’autres : petits ballons en mousse, objets de plastique mou ou en tissus. N’hésitez pas à les offrir à votre enfant pour ses jeux libres.

Du temps

Les jeunes enfants manquent souvent de moments libres qu’ils peuvent utiliser à leur guise. Tant à la maison qu’en milieu de garde, ils doivent suivre une routine et respecter diverses consignes. Or, même dans un quotidien chargé, le jeu peut être intégré dans les moments de vie ou de routine. En voici quelques exemples :

  • Mettre des plats de différentes tailles, de petits jouets ou des livres plastifiés à sa portée durant l’heure du bain.
  • L’inciter à nommer les couleurs, à faire des associations, à réciter une comptine durant l’habillage.
  • Lui faire placer les légumes par couleur ou par forme dans une assiette de service durant la préparation des repas.

Si l’horaire de votre enfant est toujours très chargé, il est possible qu’il ait de la difficulté à trouver un jeu par lui-même lorsqu’il a un moment libre et que vous êtes occupé. Vous pouvez alors l’inviter à vous faire un nouveau dessin ou à préparer un repas avec sa pâte à modeler pendant que vous faites le souper. En lui faisant des suggestions amusantes, vous l’aidez à faire des choix de jeu et à développer son autonomie. Il saura graduellement choisir lui-même à quoi jouer, quoi faire avec ses blocs, quoi dessiner...

De l’espace

Construire un pont avec des blocs ou faire semblant de préparer un repas demande un espace adapté à la situation et sécuritaire. Les jeux que votre enfant fait au sol, ou sur un tapis d’activité, tout en restant dans votre champ de vision, sont habituellement gagnants. Vous pouvez ainsi, à l’occasion, participer de loin à son jeu par un commentaire ou un sourire. C’est là un autre moyen de souligner la valeur que vous accordez au jeu de votre enfant.

Jouer dehors (au parc ou dans la cour) est aussi important. Cela apporte à votre enfant des expériences nouvelles : faire un bonhomme de neige ou des « gâteaux » de sable, toucher de nouvelles textures, glisser, se balancer. De plus, certains jeux, impossibles dans la maison, sont possibles à l’extérieur comme courir, sauter, faire des culbutes, jouer au ballon, faire des bulles de savon. L’extérieur représente un espace plus grand où il est possible de dépenser son énergie et de se sentir plus libre de ses mouvements, sans contraintes.

Du matériel de jeu

Ce n’est pas la quantité de jouets qui est importante, mais bien davantage la variété. À ce titre, le matériel de jeu maison est tout aussi riche en possibilités que les jouets manufacturés, vendus en magasin. On peut penser par exemple à des boîtes de chaussures qui deviennent des maisons pour de petits personnages, des bouteilles de plastique vides qu’on peut remplir de riz pour en faire un instrument de musique créatif, à des rouleaux de papier essuie-tout qu’on transforme en tunnel pour de petites voitures.

Ce matériel lui permettra :

  • de bouger,
  • d’utiliser ses mains,
  • de se concentrer,
  • d’imaginer,
  • de s’exprimer,
  • d’interagir avec d’autres,
  • de se stimuler dans les différents stades de son développement.

Des partenaires de jeu

Comme vous, votre enfant a besoin de moments d’inactivité, de solitude. Il a besoin de temps pour rêver. Il regarde par la fenêtre depuis de longues minutes? Ne concluez pas trop vite qu’il s’ennuie. Peut-être suit-il, fasciné, une goutte de pluie sur le carreau ou s’invente-t-il une histoire qu’il mettra en scène, plus tard, avec ses jouets.

C’est avec vous que votre enfant découvre d’abord le plaisir de jouer lorsque vous l’invitez à regarder, à toucher et à utiliser divers objets. Ce sont ensuite les autres enfants qui jouent le rôle de modèle et motivent votre tout-petit. Il s’intéresse à ce que font les autres. Si ceux-ci ont l’air d’avoir du plaisir à jouer avec tel matériel, c’est que ce doit être agréable, et il voudra essayer lui aussi.

Jouer avec d’autres enfants, c’est apprendre les règles de la vie en groupe. C’est aussi apprendre à partager le matériel et l’espace de jeu et à attendre son tour. C’est aussi l’occasion de prendre sa place, de respecter les autres et de tenir compte de leur opinion. Il apprendra également à maîtriser ses émotions quand il se fâche contre un ami. Le tout ne se fait pas sans heurts et demande de fréquents contacts avec d’autres enfants. Ces apprentissages, lorsqu’ils sont faits en jouant, sont toutefois plus faciles et agréables.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice
Rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Novembre 2014

 

Références

  • FERLAND, Francine. Le monde des jouets et des jeux : de 0 à 12 ans. Les Éditions du CHU Sainte-Justine, 2013.
  • FERLAND, Francine. Le jeu chez l’enfant : questions/réponses pour les parents. Les Éditions du CHU Sainte-Justine, 2009.

À lire aussi