Apprendre à se faire des amis

Apprendre à se faire des amis
Se faire des amis, ça s’apprend. Comment aider votre enfant dès son plus jeune âge ?

L’amitié permet à l’enfant de faire de nombreux apprentissages. Les enfants qui ont des amis ont des jeux plus variés et créatifs, démontrent les recherches. Ils sont aussi plus ouverts à vivre de nouvelles expériences. Plus tard, à l’école, avoir des amis aiderait aussi à avoir de bonnes notes et protégerait contre l’intimidation.

Apprendre à se faire des amis peut toutefois être difficile pour certains tout-petits, mais c’est une étape importante de la petite enfance. Pour y arriver, l’enfant doit apprendre à entrer en relation avec les autres, à partager, à imaginer des solutions aux problèmes et à reconnaître ses émotions de même que celles des autres. Grâce à plusieurs petits gestes et à votre aide, votre enfant pourra développer petit à petit ces habiletés sociales.

De 0 à 12 mois

  • Félicitez votre bébé quand il sourit aux autres. Vous pouvez aussi lui montrer à dire bonjour et à envoyer la main pour dire bye-bye.
  • Habituez votre bébé à être avec d’autres enfants. Même s’il est trop jeune pour jouer avec eux, vous pouvez lui faire remarquer quand un enfant semble content de le voir.
  • Nommez ses émotions. Même si votre enfant ne parle pas, il comprend déjà beaucoup de choses. Dites par exemple : « Tu es fâché », « Tu as de la peine » « Tu es content! » Cela l’aidera plus tard à mettre des mots sur ce qu’il ressent.
  • Initiez votre tout-petit au tour de rôle. Si vous construisez ensemble une tour de blocs, vous pouvez lui donner un bloc et lui dire : « À toi. » Lorsqu’il vous donne un bloc, dites : « À moi. » Cela l’habitue peu à peu à attendre son tour.

De 1 an à 3 ans

  • Faites remarquer à votre enfant les émotions des autres. Quand vous lui racontez une histoire, vous pouvez parler des émotions que vivent les personnages. S’il s’amuse avec un autre enfant, vous pouvez aussi lui dire combien l’autre semble content de jouer avec lui.
Lorsque vous apprenez à votre enfant à aller vers les autres, à partager et à attendre son tour, vous l’aidez à se faire des amis.
  • Encouragez votre enfant à entrer en contact avec les autres. Dites-lui, par exemple : « Regarde, un enfant glisse. Veux-tu aller glisser avec lui? » Accompagnez-le s’il hésite.
  • Prévoyez plus de jouets pour vos sorties au parc. Votre enfant sera plus ouvert à partager si vous apportez deux pelles et deux seaux.
  • Aidez votre tout-petit à mettre des mots sur ce qu’il ressent. S’il est en colère, vous pouvez lui dire : « Tu es fâché. » Expliquez-lui ensuite qu’il a le droit d’être fâché, mais qu’il doit le dire avec des mots au lieu de mordre ou de frapper.
  • Transformez l’attente en jeu pour aider votre enfant à patienter. S’il veut prendre le tricycle utilisé par sa sœur, vous pouvez lui demander de « mettre de l’essence » dans « l’auto de course » lorsqu’elle arrivera à côté de lui en attendant que ce soit son tour.

De 3 ans à 5 ans

Entrer en relation avec les autres, c’est difficile pour certains enfants. Maman Nisrine témoigne.
  • Donnez souvent l’occasion à votre enfant de jouer avec d’autres. Par exemple, invitez un ami à la maison et laissez les enfants inventer leurs jeux.
  • Jouez aux cartes. Des jeux simples comme La bataille ou Rouge ou noir apprennent à votre enfant à attendre son tour.
  • Aidez votre enfant à régler une chicane sans toutefois le faire à sa place. Guidez les enfants pour qu’ils trouvent ensemble une solution en disant : « Vous voulez tous les deux jouer avec le même jouet? Qu’est-ce qu’on pourrait faire pour que tout le monde soit content? » Proposez des solutions au besoin, comme le tour de rôle ou le tirage au sort.
  • Utilisez des marionnettes. Ce jeu peut aider votre enfant à exprimer ses émotions à travers un personnage. Par exemple, une marionnette pourrait être fâchée parce qu’une autre a pris son jouet et vous pourriez laisser votre enfant essayer de régler le conflit.
Il préfère jouer seul
Certains enfants s’amusent bien seuls, c’est dans leur personnalité. Si votre tout-petit semble heureux avec cette situation et qu’il accepte de jouer avec les autres à l’occasion, il ne faut pas s’inquiéter. Par contre, si vous sentez que votre enfant est malheureux, qu’il aimerait jouer avec d’autres, mais qu’il n’arrive pas à le faire, vous gagnerez à l’aider à entrer en relation les autres.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Claire Gascon Giard, présidente du Centre de Psycho-Éducation du Québec
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Octobre 2015

 

À lire aussi