Le sentiment de compétence parentale

Le sentiment de compétence parentale
Suis-je un bon parent? Ce qui compte le plus, c’est d’apprendre à se faire confiance.

Qu’est-ce qu’une bonne mère ou un bon père? Le sentiment de compétence parentale est intimement lié à nos propres souvenirs d’enfance, à nos valeurs, à nos propres parents. Certains souvenirs sont agréables, d’autres sont déplaisants, d’autres encore ont été refoulés. Inutile d’essayer d’éliminer votre passé, il est présent en vous. Il influence votre comportement envers votre enfant et votre sentiment de compétence parentale.

On entend souvent des parents faire les commentaires suivants à propos de leurs enfants : « Il manque de confiance en lui, j’étais comme ça quand j’étais enfant » ou « Il se dévalorise et je fais la même chose pour moi-même ». Comme si l’estime de soi avait un caractère contagieux!

Ayez confiance en vos moyens. Si vous aimez votre enfant, que vous le traitez bien, que vous êtes disponible pour lui, que vous vous adaptez au fur et à mesure aux événements et que vous évitez les principales erreurs en éducation (ex. battre son enfant, le maltraiter en paroles ou ne lui imposer aucune limite), vous êtes en droit de vous sentir compétent et d’en être fier!

Les facteurs de stress

Des recherches ont démontré qu’il existe un lien entre le stress vécu par les parents et le sentiment de compétence parentale.

Rencontrer d’autres parents qui rencontrent les mêmes problèmes et vivent les mêmes doutes peut être rassurant et encourageant. Cela permet de sortir de son isolement, de partager ses craintes et de renforcer sa compétence parentale.

La santé, les obligations familiales, professionnelles et ménagères, les conflits conjugaux et familiaux, la monoparentalité (surtout si elle s’accompagne de pauvreté et d’isolement), un deuil ou une séparation, le jugement des autres, les problèmes de santé des enfants, la discipline, l’accessibilité des milieux de garde, le manque de temps consacré aux enfants, etc.

Pour arriver à réduire ce stress, une aide est parfois nécessaire. Elle peut bien sûr venir du conjoint, puisqu’il est généralement le plus présent et le plus complice au quotidien. Il pourra participer à renvoyer une image positive de l’autre parent, en lui disant combien il approuve ses gestes, sa compétence et lui fait confiance. Il peut aussi ouvrir la discussion pour lui permettre de s’exprimer, mettre des mots sur ses doutes et l’aider à prendre du recul. Un professionnel, une amie, un parent ou même un livre, peuvent aussi être d’un grand secours

Un manque de confiance ou d’estime de soi ne se « transmet » pas nécessairement à son enfant. Mais, chose certaine, une estime de soi positive est un moyen de prévenir les difficultés et de favoriser un bien-être chez l’enfant et l’adulte.

Cesser de se culpabiliser

Extrait de la conférence «Retrouver son sentiment de compétence parentale» par France Paradis.

Prendre conscience de son sentiment de culpabilité, c’est bien, mais arrêter de se culpabiliser, c’est mieux! Les spécialistes invitent, plus que jamais, les parents à se faire confiance, à se fier davantage à leur intuition.

Le syndrome du « parent parfait » touche aussi les papas, même s’ils l’expriment moins spontanément. À l’heure où l’on attend d’eux qu’ils parlent à leur bébé avant même la naissance, qu’ils participent activement à l’accouchement, qu’ils nourrissent, changent puis consolent leur bébé, ou encore qu’ils le portent sur le ventre…combien de papas affichent un tableau parfait? Tout comme les mamans, ils doutent. Mais contrairement aux mamans, ils bénéficient de peut-être moins d’espace pour l’avouer et l’exprimer.

Une stratégie pour reprendre confiance :
  • Bien identifier le problème, sans le dramatiser ni le minimiser;
  • évoquer le souvenir de problèmes semblables qui ont été résolus dans le passé;
  • prendre note des solutions qui ont été proposées et se sont avérées efficaces;
  • miser sur votre estime de soi en dressant une liste de vos compétences et en les appuyant par des exemples concrets;
  • évaluer la pertinence de chaque solution en fonction du problème présent;
  • identifier la solution que vous évoquez le plus souvent;
  • appliquez la solution;
  • évaluer après coup l’efficacité de la solution.

DUCLOS, Germain. L’estime de soi des parents. Les Éditions du CHU Sainte-Justine, 2009.

Voici quelques pistes à garder en tête dans les moments de doute.

  • L’estime de soi varie selon les différents secteurs de notre vie, en fonction de l’importance que nous leur accordons. On peut très bien avoir une bonne estime de soi comme travailleur, mais s’accorder une faible valeur comme parent. Le plus important, c’est de se reconnaître d’abord une valeur intrinsèque, ensuite une valeur dans l’un ou l’autre de ces secteurs.
Dans la grande majorité des cas, les parents se culpabilisent à propos de détails qui ne compromettent en rien le développement de l’enfant.
  • Un adulte ayant une bonne opinion de lui-même, comme personne et comme parent, qui est optimiste et positif dans ses rapports avec les autres, favorise par son exemple la conscience d’une valeur personnelle chez son enfant.
  • Trop de parents veulent être parfaits dans l’éducation de leurs enfants; cela est bien sûr irréaliste. Votre enfant a besoin de s’identifier à une vraie personne, avec ses forces et ses limites, et qui fait parfois des erreurs.
  • Beaucoup trop de parents ne se font pas confiance et ont un faible sentiment de compétence parentale. Pourtant, vous êtes la personne la mieux placée pour régler les problèmes d’éducation de votre enfant, au meilleur de votre connaissance. Le plus important est d’agir et de réagir maintenant, tel que vous êtes, avec confiance et en vous fiant à votre intuition.
Le programme YAPP (« Y’a personne de parfait »)
Élaboré par Santé Canada, en concertation avec le ministère de la Santé dans les provinces de l’Atlantique, le programme YAPP est disponible à l’échelle nationale depuis 1987.
Il s’agit d’un programme d’éducation et de soutien à l’intention des parents ayant des enfants de moins de 5 ans, plus particulièrement ceux qui sont chefs de famille monoparentale, jeunes, isolés socialement ou géographiquement, qui sont peu scolarisés ou à faible revenu.
Le programme vise à informer sur les quand, quoi et pourquoi des cinq premières années des enfants. Il vise à développer un réseau d’entraide, ainsi qu’à renforcer la compétence parentale et l’estime personnelle.
Partout au Canada, près de 5 000 travailleurs sociaux, psychoéducateurs, infirmières et infirmiers en santé publique ont reçu une formation d’animateur afin d’animer ces ateliers au sein des CLSC, organismes familiaux, Maisons de la famille, etc. La participation au programme est volontaire et entièrement gratuite pour les parents.

 

Naitre et grandir.com

Source : Magazine Bien grandir, avril 2006 et décembre 2010 – janvier 2011
Rédaction : Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue et Marie Charbonniaud
Adaptation web : Équipe Naître et grandir

 

Photo : 123rf.com/Natalii Sdobnikova

Ressources

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu’un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • CENTRE QUÉBÉCOIS DE RESSOURCES À LA PETITE ENFANCE. Le CQRPE donne les informations et références au besoin, à toutes les personnes s’intéressant au développement et au bien-être des enfants de 0 à 6 ans : parents, grands-parents, intervenants et éducateurs. www.cqrpe.qc.ca
  • PREMIÈRE RESSOURCE, AIDE AUX PARENTS. Service de consultation professionnelle téléphonique gratuit, confidentiel et anonyme, pour aider à résoudre les difficultés courantes des relations parents-enfants. www.premiereressource.com
  • LIGNE PARENTS. Intervention et soutien téléphonique pour les parents d’enfants de 0 à 18 ans, 24 heures par jour, 7 jours par semaine. Gratuit, confidentiel et anonyme. Le site offre des forums où les parents peuvent échanger. www.ligneparents.com
  • INSTITUT DE FORMATION D’AIDE COMMUNAUTAIRE À L’ENFANT ET À LA FAMILLE (IFACEF). L’Institut assiste les familles en difficulté et offre une série de formations aux intervenants sociaux et professionnels. www.ifacef.com
  • AGENCE DE SANTÉ PUBLIQUE DU CANADA. Programme YAPP www.phac-aspc.gc.ca
  • ASSOCIATION CANADIENNE DES PROGRAMMES DE RESSOURCES POUR LA FAMILLE (FRP Canada). www.frp.ca
  • Parents vous comptez. Feuillets de ressources pour les parents et répertoire de programmes d’éducation parentale. www.parentsvouscomptez.ca
  • Projet Bienvenue chez vous. www.bienvenuechezvous.ca. Le but du projet est de créer des communautés plus accueillantes en favorisant une participation accrue des parents immigrants dans les programmes communautaires.

À lire aussi