Premiers jeux de société: un vrai défi!

Premiers jeux de société: un vrai défi!

 D’un naturel calme, patient et obéissant, mon fils a rapidement accroché aux jeux de société. Depuis, pas une journée ne se passe (ou presque) sans que nous nous taquinions du pion. Par contre, l’imagination et l’énergie débordante de ma petite dernière ont, dans son cas, rendu le chemin plus laborieux. Petit retour vers le futur.

Vers 2 ans...
J’installe le matériel et lui explique rapidement les règles d’un classique jeu de loto. Trois minutes plus tard, je comprends que le « 2 à 4 joueurs » indiqué sur la boîte signifie plutôt « 1 joueur + FIGURANTS ». Quoi que je fasse ou dise, les images sont toutes à elle, c’est toujours son tour de jouer, jamais le mien et tout fonctionne selon ses propres règles. Le temps que son désir de toute puissance se calme, je fabrique un avion en papier avec les vraies règles!

Vers 3 ans...
Le concept de chacun son tour commence à faire son chemin dans son cerveau à condition que :
1- Je supervise la partie quand elle joue avec d’autres enfants, sinon c’est l’anarchie et tout le monde finit en larmes.
2- Personne ne touche au pion rose, aux cartes roses, aux images roses… bref à tout ce qui est rose dans le jeu.
3- Personne ne gagne sauf elle.
4- La partie n’excède pas 5 minutes, sinon elle décroche.

Vers 4 ans...
Quand elle gagne, elle exulte de bonheur. Quand elle perd, elle enrage et refuse de continuer à jouer. J’ai l’impression d’être la mère de miniHulk. Si les autres joueurs prennent trop de temps à jouer, elle s’invente des histoires avec les pions, chante des chansons, fait des galipettes, essaie de nous faire rire ou disparaît carrément en criant : « Moi, ze zoue pus! »... Honnêtement, ça nous arrange!

Vers 5 ans...
À force de nous voir jouer et rejouer, de nous voir heureux de le faire, peu importe l’issue de la partie, d’essayer encore et encore de jouer avec nous sans pression, elle a fini par aimer ça.  Aujourd’hui, elle est plus patiente et sait rire de ses échecs (à condition de gagner de temps en temps et évidemment d’avoir le pion rose s’il y en a un!). Après avoir fait le tour de différents types de jeux, j’ai découvert qu’elle affectionnait particulièrement les jeux qui contiennent des éléments en 3 dimensions ainsi que les jeux de rapidité. Aucun temps mort pour elle. Elle adore.

Honnêtement, si je ne vouais pas une passion aux jeux de société, j’aurais probablement abandonné la partie depuis longtemps, mais comme j’adore jouer... j’ai fini par gagner!

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Toutes les chroniques de l'auteur