Maman n'a plus de travail

Maman n'a plus de travail
Par Geneviève Doray, Directrice, Naître et grandir
Perdre son emploi n’est jamais facile. Mais, quand ça arrive durant le congé parental ou lors du retour au travail, c’est encore pire. Geneviève aborde le sujet.

Élodie adore sa job. Quand elle en parle, ses yeux s’illuminent. Elle a été engagée en 2012 et, depuis, d’année en année, on lui confie toujours plus de responsabilités.

En mai dernier, Élodie a donné naissance à un beau petit garçon et elle a donc pu profiter, comme des milliers de parents au Québec, d’un congé parental pour s’en occuper.

Même si elle a adoré l’année qu’elle a passée avec lui, elle avait quand même hâte de retourner au travail. Malheureusement, cela n’arrivera pas. Élodie vient de m’écrire pour me dire que son poste a été aboli.

« Abolition de poste », « restructuration », « nouvelles tâches », etc. Il n’est pas si rare que des femmes se retrouvent sans emploi pendant leur grossesse ou après la naissance de bébé, et ce, même si la loi est claire.

Il y a eu 833 plaintes pour congédiement lors d’une grossesse ou au retour d’un congé de maternité, de paternité ou parental en 2016.

Perdre son emploi n’est jamais facile. Mais, quand ça arrive durant le congé parental ou lors du retour au travail, c’est encore pire, car la maman, ou parfois le papa, pourrait même ne pas avoir de chômage! En effet, c’est le nombre d’heures travaillées dans la dernière année qui fait que l’on pourra avoir droit au chômage ou pas. Une façon de faire injuste pour les nouveaux parents, mais qui n’est toujours pas révisée!

Avec un jeune bébé sur les bras, la dernière chose dont une famille a besoin c’est pourtant de se voir refuser le chômage, non?

À ne pas manquer, notre dossier  Le congé parental: du bonheur et des défis!

 

Photos : GettyImages/MartinPrescott

Chroniques sur le même sujet