La musique dans le sang

La musique dans le sang

iStock_000033072256_XXXLargeLa musique a toujours occupé une place importante dans ma vie. J’ai toujours souhaité que mes 2 garçons s’y intéressent aussi. Qu’ils l’apprécient, qu’ils en fassent une passion, qu’ils s’en servent comme un refuge, peu importe, mais j’aimerais qu’elle ait une signification pour eux.

Déjà, dans le ventre de leur maman, nous leur chantions leurs premières mélodies. Nous leur faisions entendre leurs premiers rythmes. Nous espérions surtout que ces notes et ces sons aient un effet apaisant sur nos petits hommes en devenir.

Encore aujourd’hui, la musique fait partie de notre quotidien. Mes 2 garçons auront respectivement 2 et 4 ans dans quelques semaines et, depuis bien longtemps déjà, ils nous offrent des spectacles musicaux hauts en couleur! Des plats de nouilles qui deviennent des maracas, des livres qui se transforment en batterie, une télécommande qui a l’air d’un micro... Au gré de leur imagination!

Particulièrement mon grand. Déjà, il sait reconnaître les belles choses : souligner que le coucher de soleil est magnifique et le prendre en photo avec son appareil pour enfant, apprécier les couleurs dans ses repas, relever une bonne odeur de BBQ ou de feuilles d’automne, m’informer que l’agencement de mes vêtements n’est pas toujours parfait (j’exagère, mais ça va sûrement finir par arriver!), etc.

Il a une âme d’artiste. Il est contemplatif, créatif, curieux, sensible, attentionné. Son petit frère a aussi l’oreille aiguisée : il danse, il applaudit, il rit et il crie «Bravo!» à répétition.

Parfois, nous troquons l’histoire du soir par l’écoute de 2 ou 3 chansons pour enfants. Cela n’a pas toujours l’effet calmant recherché, mais donne toujours lieu à un agréable moment en famille qui fait plaisir à tout le monde.

Les dessins animés à la télévision se font aussi régulièrement damer le pion par un canal noir. Qu’est-ce qu’un canal noir? Un poste de musique où il n’y a rien d’autre que du son et des pochettes d’album qui défilent tour à tour sur l’écran télé.

- Papa, est-ce qu’on peut mettre de la musique qui brasse?

- Papa, j’aimerais écouter de la musique pour les enfants?

- Papa, juste un petit peu de musique pour se relaxer?

Et je réponds toujours : bien sûr!

Un bon jour, je sais qu’ils finiront par me dire que ma musique est poche, démodée, que «j’ai pas rapport»...

Mais, pour me venger, j’essaierai toujours d’avoir sous la main une vidéo d’un de leurs «pseudo-super-spectacles» que je pourrai faire visionner à leur blonde!

Découvrez davantage de billets de Jean-François en visitant son bloguepersonnel.

Jean-François Quessy
Je suis un père passionné de deux garçons et je travaille comme thérapeute en relation d'aide.
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet