Confinement: ce que vous avez trouvé difficile

Confinement: ce que vous avez trouvé difficile
30 juillet 2020
Qu’avez-vous trouvé le plus difficile avec votre enfant ou votre partenaire pendant le confinement? Voici quelques réponses de nos lecteurs.

C’est une période sans précédent que nous venons de traverser comme parents, avec ses hauts et ses bas. Récemment, nous vous avons demandé de vous exprimer sur votre confinement en famille sur notre page Facebook. Les réactions ont été nombreuses! Voici quelques-unes des réponses à la deuxième de nos trois questions.

Qu’avez-vous trouvé le plus difficile avec votre enfant ou votre partenaire pendant le confinement?

La conciliation travail-famille

Ce n’est pas facile de travailler quand tout le monde est à la maison. On a l’impression que tout ce qu’on fait est incomplet. On est tous insatisfaits.
– Sophie-Hélène LD

J’ai trouvé très difficile, très culpabilisant et très épuisant de devoir constamment choisir entre profiter du temps avec mon enfant et avancer mes dossiers qui traînent en télétravail.
– Jacinthe Archambault

Ce n’était pas évident d’organiser nos horaires pour nous occuper des enfants à tour de rôle et réussir à travailler chacun à notre tour. On n’avait plus de temps pour nous!
– Marie-Claude St-Pierre

Nous avons tous les deux dû travailler tout le long du confinement. Nous avons des métiers essentiels, mais pas assez essentiels pour avoir accès à la garderie d’urgence… Le plus dur a été de demander aux grands-parents de s’exposer pour nous aider.
– Maude Corriveau

J’ai eu du mal à gérer les émotions des enfants en lien avec le confinement (cauchemars quotidiens, crises de larmes, crises de colère, stress), tout en essayant de composer avec mes propres émotions. Je me suis sentie coupable de laisser les enfants pendant des heures devant les écrans pour pouvoir travailler, et de bâcler l’école à la maison.
 Jeannette Ouoba

L’accouchement en confinement

La naissance de ma deuxième fille en pleine pandémie a été une situation anxiogène. Je ne savais pas si le papa pourrait assister à la naissance. Ensuite, pas de visites ni d’aide de la famille ou des amis.
– Andrée Dufour

Mon premier bébé est né trois jours avant que tout ferme à cause de la pandémie. J’aurais aimé que mon bébé puisse rencontrer sa famille et socialiser davantage. J’aurais aimé faire des activités pour sortir de ma solitude quand le papa travaillait.
– Vanessa Bolduc

J’ai accouché fin mars. Alors, j’ai dû me remettre de ma césarienne tout en m’occupant de mes deux plus vieux (20 mois et 3 ans et demi), et ce, sans soutien extérieur. Heureusement que j’ai un conjoint en or!
 Isabelle Guenet

Avoir un bébé tout neuf et priver ses grands-parents de le voir m’a crevé le cœur. C’était difficile de regarder ma mère retenir ses larmes lors d’un appel vidéo, parce qu’elle aurait aimé prendre son premier petit-enfant dans ses bras.
- Anouck Forget

L’isolement

J’étais seule à la maison avec mon enfant. J’avais l’impression de ne pas être une bonne mère ni une bonne employée. J’ai vécu ça sans conjoint ni personne avec qui « ventiler ».
– Kärine Bérubë

Le plus dur pour mon dernier enfant, qui est à la maison avec moi, a été de ne plus voir personne et de ne plus pouvoir faire ses sorties habituelles (comme d’aller faire l’épicerie avec papa). Il se sentait en punition sans savoir ce qu’il avait fait de mal.
– Marjolaine Mainville

Ma plus vieille attendait son 5e anniversaire depuis novembre. Elle avait planifié d’aller à la salle de psychomotricité. Elle avait dressé sa liste d’invités… Finalement, on a célébré dans la cour, en famille.
– Anne Thibault

Étant soloparentale avec trois enfants (5 ans, 3 ans et un nouveau-né), aller à l’épicerie et aux rendez-vous médicaux était impossible! Je ne pouvais pas les amener avec moi ni les faire garder. J’avais l’impression de n’avoir aucune option.
 Marjolaine Caron

Le manque de répit et d’aide

J’ai dû m’occuper seule des enfants (4 mois et 22 mois), de 11 à 12 heures par jour. Mon plus vieux réagissait à l’arrivée de sa sœur et à mon indisponibilité en faisant beaucoup de crises. Cela empêchait sa sœur de dormir. Alors, j’avais deux bébés en pleurs ou en crise, plusieurs fois par jour. Ça pesait sur le moral par moments…
 Priscilla Couture-Gagnon

C’était difficile de n’avoir aucun moment pour moi. Ça sonne égoïste, mais un petit répit de temps à autre fait un bien fou!
– Fran Morency

Je suis une maman monoparentale avec des jumeaux, dont l’un est autiste. Le confinement a entraîné des changements importants dans sa routine et sa stabilité. Mais, nous n’avions plus accès aux services ni aux répits habituels.
– Andréanne Moreau

On a trois jeunes enfants (4 ans et demi, 3 ans et 1 an et demi) qui demandent beaucoup de temps et d’attention. Je n’avais donc plus le temps de faire le ménage, le lavage, la vaisselle, les commissions. Nous n’avions plus de temps en couple!
 Marilyne Chagnon

L’adaptation

Je venais d’accoucher de mon deuxième enfant quand la garderie de mon aîné de 20 mois a fermé. Sa routine a été toute chamboulée : il ne voyait plus d’enfants de son âge, sa maman n’était pas là et il avait un nouveau petit frère dans le décor en plus! Voilà beaucoup d’adaptation pour lui et pour moi.
– Marie-Ange Chalifoux

Assouplir nos principes d’éducation n’a pas été facile pour nous, comme parents. Nous avons, par exemple, permis du temps d’écran pendant la semaine à nos enfants, acheté des jouets alors que ce n’était pas une fête, permis des sucreries et été plus lousses sur la sieste d’après-midi.
 Isabelle Perreault

Ce n’était pas évident d’expliquer à nos enfants toutes les règles de distanciation physique : aux plus petits (2 et 4 ans) qu’ils ne pouvaient plus voir leurs amis et la famille, ni faire de câlins ; au plus vieux (11 ans) de ne pas en faire une obsession…
 Duchesse Alceste Ross

Je me suis séparée après six ans de vie de couple. Il est déménagé en plein confinement. Ma fillette de 5 ans et moi avons dû nous adapter à notre nouvelle réalité.
 Marie-France Lehoux

Le divertissement des enfants

Mes garçons ont trouvé difficile de ne plus jouer dehors autant (on n’a pas de cour arrière) et de ne plus pouvoir jouer avec leurs amis.
 Caro Lanne Du

Mère de quatre enfants âgés entre 3 semaines et 5 ans, j’ai dû gérer l’ennui des enfants et leur manque de contacts sociaux, les chicanes continuelles entre ma fille de 4 ans et mon fils de 2 ans et demi, l’angoisse de ma fille de 5 ans et le besoin d’attention de chacun à cause de la naissance du bébé.
 Vé Grela

Le papa et moi étions en télétravail à temps plein. La garderie étant fermée, pas moyen pour notre fils, qui est enfant unique, de jouer avec d’autres enfants. La télévision était trop souvent allumée à notre goût.
 Jaymie Chachai Mathieu

Avec les parcs fermés et toutes les restrictions, il fallait être créatif pour ne pas s’ennuyer à la maison, pour dépenser de l’énergie et rester stimulés. Le temps était parfois très long!
– Marie-Eve Bégin

L’épuisement

Avec deux enfants (de 4 ans et demi et 2 ans) et un bébé (de 4 mois), les nuits sont courtes. Cela hypothéquait mes journées. C’était difficile de faire autant d’activités que je le désirais.
 Roxane Vigneault

J’ai essayé de conjuguer l’école des deux plus grandes, de donner de l’attention à ma fille de 20 mois, le tout en post-partum pour le petit dernier. Je n’ai eu aucun soutien extérieur. J’ai manqué de sommeil comme jamais… Bonjour l’épuisement!
 Stéphanie Trudeau

Étant une professionnelle de la santé, je suis retournée au boulot après un congé de maternité, au moment où tout le monde se confinait. C’était hyper stressant. Puis, je revenais à la maison avec un papa fatigué de gérer les enfants sans pouvoir sortir. Je suis encore épuisée de tout ça.
 Gabrielle Turbide

 

À venir la semaine prochaine : Vos réponses à la question « Avez-vous un mot d’enfant ou une anecdote drôle à partager au sujet de vos enfants durant le confinement? »

À lire également : Vos réponses à la question « Qu’aimeriez-vous conserver de cette période particulière passée avec votre ou vos enfants? »

 

Photo : GettyImages/encrier

Partager