Le petit-déjeuner: les réponses à vos questions

Le petit-déjeuner: les réponses à vos questions
4 décembre 2011

Q : Jusqu’à quel âge dois-je offrir des céréales pour bébés à mon enfant?

R : Les céréales pour bébés devraient faire partie du menu de votre enfant jusqu’à l’âge de 2 ans. Enrichies de fer, elles constituent l’aliment de choix pour répondre à ses besoins et ainsi prévenir l’anémie et favoriser un développement optimal de l’enfant, notamment celui du cerveau. Recherchez les céréales à grains entiers qui fourniront au minimum 60 % de la valeur quotidienne en fer pour une portion de 90 ml. L’introduction des céréales se fait graduellement dès l’âge de 6 mois et au fil des semaines, l’enfant sera apte à consommer une plus grande quantité de céréales au même titre que son appétit augmentera avec les poussées de croissance. Afin de répondre à ses besoins en fer, une portion d’environ 125 ml à 175 ml devrait être offerte quotidiennement à partir de 9 mois, et ce, jusqu’à 2 ans. Cette quantité de céréales peut parfois sembler généreuse lorsqu’elle est offerte à une seule occasion durant la journée. Toutefois, rien ne vous empêche d’en offrir une petite quantité à chaque repas et permettre ainsi à votre enfant de consommer une plus grande variété d’aliments dans un même repas.

De plus, avec le temps, il se peut que votre enfant ait moins d’intérêt pour les céréales pour bébés lorsqu’elles sont servies de façon traditionnelle. Il suffit de varier la façon de les offrir. Pourquoi ne pas les ajouter dans les mets que vous cuisinez, par exemple, dans vos recettes de muffins ou de crêpes? Ajoutez-les aussi dans le yogourt ou dans les purées de fruits.

Les céréales croustillantes prêtes à servir feront certainement le plus grand bonheur de votre enfant en quête d’autonomie si vous le laissez les déguster avec ses doigts. Sachez faire une bonne sélection en choisissant des céréales non sucrées et enrichies de fer. Regardez la liste des ingrédients pour vous assurer que les céréales sont bel et bien enrichies en fer.


Q : Mes enfants mangent des céréales à déjeuner presque tous les jours. Quels critères devrais-je rechercher si je veux leur offrir des céréales bonnes pour la santé?

R : Il n’est pas rare que vos petits mangeurs, vous accompagnant au supermarché, soient charmés par les emballages de certains produits. Les céréales à déjeuner en sont certes l’un d’entre eux. D’ailleurs, nombreuses sont les céréales raffinées, trop sucrées qui font partie de cette gamme de produits. Cependant, il vous faut scruter le tableau de valeur nutritive afin de cibler les choix plus sensés. Une céréale à déjeuner offrant au minimum 4 g de fibres alimentaires et un maximum de 15 g de sucre pour une portion de 55 g s’avère être un bon choix. Le sodium est aussi un aspect important à regarder. Aussi bizarre que cela puisse paraître, bon nombre de céréales à déjeuner cachent une quantité non négligeable de sel. Choisissez les variétés renfermant un maximum de 240 mg de sodium pour une portion de 55 g de céréales. Gardez l’oeil ouvert et vous trouverez sûrement un bon compromis entre l’attrait de l’emballage et la qualité du produit!


Q : Les barres tendres peuvent-elles constituer un bon petit-déjeuner pour les enfants?

R : À elle seule, la barre tendre ne peut constituer un petit-déjeuner équilibré. De plus, ces petites barres faites à base de céréales aux apparences santé peuvent parfois l’être en apparence seulement. Souvent trop riches en matières grasses et en sucre, certaines ne valent pas mieux que du bonbon! C’est pourquoi il vous faut être vigilant dans le choix de cet aliment au supermarché. Néanmoins, à l’occasion, lors de matins pressés, la barre tendre peut être un aliment de dépannage pour les petits-déjeuners pris sur le pouce. Afin de vous aider à faire une meilleure sélection à l’achat, repérez en premier lieu celles qui contiennent moins de 10 g de sucre par portion de 30 g. Ensuite, les barres qui vous offriront au minimum 2 g de fibres alimentaires et un maximum de 1 g de gras trans et saturés par portion de 30 g pourront prendre place dans votre panier d’épicerie.

Vous savez ce que l’on dit? Rien ne vaut la version maison! Alors, si le coeur vous en dit, pourquoi ne pas concocter vos propres barres tendres? Elles seront certainement moins grasses et moins sucrées que celles au supermarché.

 Enfin, les barres tendres ne devraient pas faire partie du petit-déjeuner au quotidien. Toutefois, si le temps vous presse un matin de semaine, vaut mieux que vos petits mangeurs aient un petit quelque chose dans l’estomac que de partir le ventre vide. Pour un petit-déjeuner plus complet, accompagnez la barre d’un verre de lait et d’un fruit.

De plus, d’autres options s’offrent aussi à vous pour les petits-déjeuners pris sur le pouce. Par exemple, un smoothie préparé avec du lait, du yogourt ou du tofu soyeux et des fruits congelés peut être une alternative intéressante. Soyez prévoyant! Préparez-le la veille si vous savez que vous manquerez de temps le lendemain matin.


Q : Le beurre d’arachide est-il bon pour la santé?

R :  Le beurre d’arachide est une excellente source de protéines à offrir au petit-déjeuner. Bien que l’arachide soit riche en matières grasses, elle nous procure une bonne quantité de gras bénéfiques pour la santé ainsi que de multiples vitamines et minéraux tels que la thiamine, la niacine, le magnésium et le potassium. Toutefois, certains beurres d’arachide présenteront une valeur nutritive moins intéressante comparativement à d’autres étant donné l’ajout d’huiles partiellement hydrogénées, de sel et de sucre pour ainsi leur conférer la texture et le goût recherchés par le fabricant. Les versions dites naturelles, où vous ne retrouverez que les arachides dans la liste des ingrédients, constituent le meilleur choix.

Le beurre d’arachide, aussi apprécié soit-il, ne peut malheureusement faire partie de l’alimentation de tous. En effet, l’arachide est l’un des 10 allergènes reconnus par Santé Canada et est fortement associée aux réactions allergiques graves ou anaphylactiques. Au Canada, environ 1 % des enfants vivent avec l’allergie aux arachides, qui contrairement à d’autres types d’allergies, persistera pour toujours dans 80 % des cas. Malgré la croyance populaire, sachez qu’un enfant allergique aux arachides n’est pas nécessairement allergique aux noix. En réalité, 30 % des enfants allergiques aux arachides le seraient aussi aux noix. Néanmoins, les individus allergiques à l’un ou l’autre de ces aliments doivent demeurer prudents étant donné le haut risque de contamination de ces produits les uns avec les autres.

Rassurez-vous, d’autres types de tartinades nutritives s’offrent aux petits mangeurs allergiques. Il est désormais possible de retrouver sur le marché des beurres de pois, de tournesol ou encore de soya qui conviennent généralement très bien à cette clientèle. La lecture des étiquettes et une vérification auprès des compagnies, en cas de doute, sont toujours de mise. Gageons que leur saveur et leur texture des plus agréables sauront confondre les plus sceptiques!

Notez que le beurre d’arachide croquant ainsi que tous les autres types de beurres de noix ou de graines ayant cette texture ne sont pas recommandés pour les enfants âgés de moins de 4 ans puisqu’ils sont associés à des risques d’étouffement chez l’enfant en bas âge. Afin de prévenir un tel événement, mieux vaut offrir un beurre crémeux! Gardez plutôt l’expérience du « croquant » pour un peu plus tard!


Q: Les tartinades au chocolat ou de noisettes peuvent-elles faire partie d’un petit-déjeuner équilibré?

R : Le chocolat est un aliment fort apprécié des enfants, mais aussi des plus grands. Sachez que tout aliment peut faire partie d’une saine alimentation, mais que tout est une question de fréquence et de quantité. De façon générale, ces tartinades sont souvent riches en matières grasses, dont en gras saturés, en plus d’être très sucrées. Elles sont également moins rassasiantes étant donné leur faible contenu en protéines comparativement aux beurres d’arachide, de noix ou de graines. Pour ceux qui vantent la présence de noisettes dans leur produit, celles-ci se retrouvent souvent dans le bas de la liste des ingrédients suggérant ainsi leur faible présence.

Cela étant dit, vous pouvez offrir une petite rôtie à la tartinade au chocolat à l’occasion, lors d’événements plus spéciaux. Si vous désirez l’offrir un peu plus souvent, tartinez la rôtie en partie égale de beurre d’arachide et de tartinade au chocolat.


Q : Le lait au chocolat a-t-il une place dans l’alimentation des enfants?

R : Le lait au chocolat est souvent plus apprécié que sa version originale par nos tout-petits. Montré du doigt pour sa quantité de sucre ajouté, le lait au chocolat peut tout de même faire partie d’une saine alimentation. La version chocolatée demeure une bonne source de protéines, de calcium et de vitamine D, tous des nutriments essentiels à la croissance optimale des enfants. Toutefois, celui-ci ne devrait pas remplacer le lait régulier. Servez-le à l’occasion. Afin de diminuer la quantité de sucre contenu dans chaque verre, diluez-le avec une même quantité d’eau. Son goût chocolaté sera encore présent et fera certainement le bonheur de vos petits mangeurs.

Si vous voulez en apprendre davantage sur le lait au chocolat, nous vous invitons à consulter l’article Lait au chocolat sur notre site www.nospetitsmangeurs.org.


Q : À quelle fréquence peut-on donner des oeufs ou des mets à base d’oeufs aux enfants (omelette, crêpe, gaufre, pain doré, etc.)?

R : À l’heure actuelle, il n’y a pas de restriction quant à la consommation d’œufs ou de mets à base d’oeufs chez l’enfant en santé. Toutefois, les œufs entiers ne sont pas recommandés pour les enfants de moins de 1 an étant donné les risques d’allergies associés au blanc d’œuf. Donc, il vous faudra patienter pour les offrir ainsi. Entre-temps, les jaunes d’œufs entièrement cuits pourront faire partie de l’assiette de votre tout-petit.


Q :  Puis-je offrir du miel à mon enfant âgé de moins de 1 an?

R : Le miel est un aliment qui ne devrait pas être offert aux enfants âgés de moins de 1 an, car il peut provoquer une maladie mortelle rare, le botulisme infantile. Bien que certains miels soient pasteurisés, ceux-ci peuvent tout de même contenir des spores provenant d’une bactérie (Clostridium botulinum), transportées par les abeilles lors du butinage. En raison de l’immaturité du système digestif chez l’enfant de moins de 1 an, l’ingestion de spores peut entraîner la production d’une neurotoxine pouvant occasionner de multiples symptômes et même la mort.

Donc, par mesure préventive, Santé Canada recommande d’éviter de donner du miel, pasteurisé ou non, aux enfants âgés de moins de 12 mois. De plus, l’ajout de miel à la cuisson n’est pas recommandé, car les spores sont résistantes à la chaleur, donc elles demeurent toujours présentes dans le mets après la cuisson.


Notez que les nutritionnistes d’Infocuisine ne répondront pas à de nouvelles questions dans cette page, mais qu’il vous est toujours possible de les contacter par le site Web de nospetitsmangeurs.orgLe prochain thème portera sur les repas des Fêtes. Préparez vos questions!

Nos petits mangeurs
L'alimentation de vos enfants vous préoccupe? Voici les conseils personnalisés des nutritionnistes de Nospetitsmangeurs.org.
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Partager