Sondage: l'environnement, une préoccupation pour les jeunes enfants?

Sondage: l'environnement, une préoccupation pour les jeunes enfants?
Les jeunes enfants se posent des questions sur l’environnement, mais la majorité (77 %) ne se sentent pas anxieux concernant les enjeux climatiques, révèle un sondage québécois mené auprès de 1 000 parents.

19 avril 2021 | De plus en plus, les enfants sont sensibilisés tôt à la protection de l’environnement. Mais comment le faire et à partir de quel âge? Est-ce que le sort de la planète inquiète les jeunes enfants? Voici les résultats d’un sondage Léger, réalisé pour le compte de Naître et grandir et d’Équiterre, auprès de 1 003 parents québécois d’enfants âgés de 2 à 8 ans*.

Selon les résultats du sondage, 25 % des parents sondés soutiennent que l’avenir de la planète inquiète leur enfant. De même, 35 % rapportent que leur enfant pose beaucoup de questions sur l’environnement et sur la pollution. Toutefois, la majorité des parents (77 %) indiquent que leur enfant ne ressent pas d’anxiété en raison des changements environnementaux.

Quant aux parents, la majorité d’entre eux (85 %) se disent préoccupés par l’environnement et près de la moitié se sentent anxieux par rapport à cette question. De plus, 71 % des répondants disent s’inquiéter pour l’avenir de leur enfant en lien avec l’environnement.

Sensibiliser dès le plus jeune âge

Mais bonne nouvelle, 72 % des parents se sentent bien outillés pour parler d’environnement avec leur enfant. Près de la moitié croient qu’il est possible de le faire dès l’âge de 3 à 5 ans. Certains discutent environnement avec leur enfant quelques fois par semaine (45 %) et d’autres, à tous les jours (18 %). Ceux qui n’en discutent pas à la maison trouvent, dans 66 % des cas, que leur enfant est trop jeune.

Par ailleurs, 93 % des parents sondés affirment que c’est leur responsabilité de sensibiliser leur enfant à la protection de l’environnement. Pour ce faire, près de 90 % des parents sondés font des activités extérieures en famille, comme du camping et des randonnées en nature. La même proportion favorise le contact de leur enfant avec la nature grâce entre autres au jardinage ou à l’observation de la faune et de la flore.

Chaque geste compte

Selon les parents interrogés, la responsabilité de protéger l’environnement pour l’avenir des enfants revient davantage aux gouvernements (73 %) et aux entreprises (72 %) qu’aux citoyens (54 %) ou aux parents eux-mêmes (51 %).

Cela dit, 81 % se disent motivés à poser des actions pour protéger l’environnement et 66 % ont l’impression de bien connaître les gestes concrets qui peuvent être effectués au quotidien pour y arriver. Selon eux, les actions les plus importantes à faire par un parent d’un jeune enfant sont de recycler et de composter (72 %), d’éviter le gaspillage (62 %) et d’apporter ses contenants et ses sacs (47 %). La quasi-totalité des répondants (plus de 95 %) qui considèrent ces gestes comme les plus importants affirment les avoir posés au cours du mois précédant le sondage.

Parmi les autres actions jugées les plus importantes et qui sont posées au quotidien par au moins 80 % des parents interrogés, on retrouve :

  • acheter usagé ou échanger des biens avec d’autres;
  • réparer les objets au lieu de les remplacer;
  • éviter les produits jetables à usage unique;
  • éviter de laisser tourner le moteur lorsque l’auto ne roule pas;
  • acheter moins de biens de consommation;
  • éviter les produits suremballés et les aliments en portion individuelle;
  • privilégier les aliments écoresponsables (locaux ou biologiques);
  • opter pour des produits réutilisables (ex. : couches, lingettes, tampons démaquillants);
  • manger moins de viandes et de produits laitiers.

Il est à noter que le principal frein à poser des gestes environnementaux pour les parents de jeunes enfants est l’argent (79 %), suivi de près par le temps (75 %).

Méthodologie

*Le Sondage sur l’environnement au Québec a été réalisé avant la pandémie, entre le 13 et le 25 février 2020. Il a été mené sur le web, auprès de 1 003 parents d’enfants âgés de 2 à 8 ans à travers le Québec. Afin de rendre l’échantillon représentatif de l’ensemble de la population à l’étude, les résultats ont été pondérés selon le sexe, l’âge, les régions, la cible (les parents d’enfants de 2 à 8 ans) et la langue maternelle à l’aide des statistiques du recensement de l’Institut de la statistique du Québec.

 

Amélie Cournoyer – Naître et grandir

Naître et grandir

 

Photo : GettyImages/Nastco

À lire aussi