En manchettes: Surutilisation des écrans - Rougeole et bébés - Légumes surgelés

En manchettes: Surutilisation des écrans - Rougeole et bébés - Légumes surgelés
Surutilisation des écrans par les tout-petits, rougeole et bébés, et légumes et fruits surgelés


VIE DE FAMILLE

Hausse marquée du temps d’écran entre l’âge de 1 et 3 ans

Le temps qu’un tout-petit passe devant des écrans au cours d’une journée peut tripler, voire plus, entre l’âge de 1 an et de 3 ans, révèle une étude américaine incluant près de 4 000 enfants.

Selon les résultats, à 12 mois, les enfants étudiés passaient, en moyenne, 53 minutes par jour devant des écrans et 150 minutes à l’âge de 3 ans. Pour 27 % des enfants, le temps consacré aux écrans passait de 37 minutes à 1 an à 4 heures à 3 ans.

Les chercheurs ont aussi constaté ce que les experts remarquent de plus en plus : une fracture numérique liée au statut socio-économique des parents. Un faible niveau d’éducation des parents était associé à un risque plus élevé de surexposition aux écrans chez les enfants étudiés. Aussi, les tout-petits qui s’étaient fait garder à la maison ou qui avaient fréquenté une garderie en milieu familial étaient plus à risque de surutiliser les écrans à 8 ans.

Selon les recommandations, un tout-petit de 1 an ne devrait pas être exposé aux écrans (télé, tablette, téléphone, etc.) et de 2 à 5 ans, il ne devrait pas y passer plus de 1 heure par jour.

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont fait passer un questionnaire aux mères à plusieurs reprises au cours de l’étude.

Pour en savoir plus, consultez notre fiche Les écrans et les enfants.

Sources : MedicalXpress et JAMA Pediatrics

SANTÉ

Rougeole : les bébés seraient moins bien protégés

Les bébés de 0 à 12 mois ne seraient pas aussi bien protégés contre la rougeole que ne le pensaient les médecins. Faudrait-il alors vacciner plus tôt contre cette maladie? Non, répondent des chercheurs canadiens.

Selon leur étude menée auprès de 196 bébés, 20 % des nouveau-nés de 1 mois et 92 % des poupons de 3 mois possèderaient des taux d’anticorps trop faibles pour combattre naturellement le virus de la rougeole.

Les anticorps maternels ne protégeraient donc pas les bébés contre la rougeole jusqu’à l’âge de 1 an, comme le croyaient plusieurs spécialistes jusqu’à maintenant. Malgré tout, les auteurs de l’étude ne recommandent pas de devancer le vaccin contre la rougeole, actuellement donné à 12 mois, car cela pourrait avoir d’autres conséquences.

Les chercheurs conseillent donc aux parents de bien suivre le calendrier de vaccination afin de protéger les nourrissons qui ne sont pas vaccinés. Si un bébé de moins de 1 an doit se rendre dans un pays où la rougeole est très présente, ses parents devraient cependant le faire vacciner, recommandent les auteurs de l’étude.

La rougeole est une infection causée par un virus devenu de plus en plus rare au Québec grâce à la vaccination. Cependant, cette maladie est très contagieuse chez les personnes qui ne sont pas immunisées. Pour en savoir plus sur les complications que peut entraîner la rougeole, consultez notre fiche La rougeole.

Source : La Presse

ALIMENTATION

Les bons côtés des légumes et fruits surgelés

Pour consommer plus de légumes et de fruits, surtout en hiver, les produits surgelés sont une bonne solution de rechange aux légumes et aux fruits frais.

Voici quelques raisons d’en avoir dans son congélateur :

  • Les fruits et légumes surgelés sont nutritifs. En effet, ils sont rapidement congelés après leur récolte ce qui permet de préserver leur valeur nutritive.
  • Comme ils sont déjà lavés, épluchés et coupés, cela fait gagner du temps lors de la préparation des repas.
  • Ils se conservent longtemps et permettent d’avoir une réserve de fruits et de légumes variés à la maison.
  • Comme on peut utiliser que la quantité nécessaire, ils permettent aussi de réduire le gaspillage.

Et que penser des légumes et des fruits en conserve? Ils sont cuits avant d’être mis en boîte, ce qui réduit leur valeur nutritive. Aussi, une certaine quantité de minéraux est perdue dans l’eau ou le sirop contenus dans les conserves. Malgré tout, mieux vaut consommer des légumes et des fruits en conserve que de ne pas en manger du tout. Assurez-vous cependant de bien les rincer avant de les manger afin d’éliminer le maximum de sel et de sucre ajoutés.

Sources : Fondation Olo et Naître et grandir

À lire aussi :

 

28 novembre 2019

Par l’équipe de Naître et grandir

Naitre et grandir.com

 

Photos : rawpixel/Teddy Rawpixel et GettyImages/KatarzynaBialasiewicz et Qwart

Partager

À lire aussi