En manchettes: protection solaire, dépression des pères et lecture en famille

En manchettes: protection solaire, dépression des pères et lecture en famille
Bien protéger les enfants du soleil, dépression chez les pères mal identifiée et bienfaits de la lecture en famille.


SANTÉ

Soleil : en profiter, mais bien protéger les enfants

Même si on est content que le soleil soit enfin de retour, il ne faut pas oublier que ses rayons peuvent être dommageables pour la peau, en particulier celle des enfants. Comment bien les protéger du soleil?

  • Limitez le plus possible l’exposition au soleil de 11 h à 16 h. Les rayons du soleil sont à leur plus fort de 12 h à 14 h. Il est alors préférable d’inciter votre enfant à jouer à l’ombre ou de bien le couvrir.
  • Appliquez, une demi-heure avant d’aller dehors, de la crème avec un FPS d’au moins 30. N’oubliez pas d’en remettre toutes les 2 heures.
  • N’oubliez pas le chapeau et les lunettes solaires. Attention : les casquettes ne protègent pas le cou et les oreilles qui doivent alors être bien crémés!
  • Si vous avez un jeune bébé et que vous ne pouvez pas le garder à l’ombre, il est conseillé de lui mettre de la crème solaire en petite quantité, là où la peau n’est pas protégée par des vêtements.

Bien que la crème solaire aide à protéger du soleil, ce sont encore l’ombre et les vêtements longs tissés serrés qui offrent la meilleure protection. Il existe aussi des vêtements et des chapeaux anti-UV.

Il ne faut que 15 minutes sans protection pour avoir un coup de soleil et augmenter les risques de développer un cancer de la peau. Le bronzage ne représente d’ailleurs pas une protection : c’est plutôt le signe que la peau a été attaquée par les rayons UV.

Pour plus de conseils, lisez notre fiche Soleil : comment bien protéger son enfant ?

Sources : CDC, OMS et Naître et grandir

SANTÉ MENTALE

Dépression : mieux détectée chez les mères que chez les pères

Les gens identifieraient plus facilement la dépression post-partum chez les mères que chez les pères, même s’ils présentent les mêmes symptômes, révèle une nouvelle étude britannique.

Pour arriver à ce constat, les chercheurs ont demandé à 406 adultes âgés de 18 à 70 ans de se prononcer sur l’état de santé d’un père et d’une mère présentant tous les deux des symptômes similaires de dépression postnatale. Presque tous les participants (97 %) ont vu que quelque chose n’allait pas bien chez la femme alors que 76 % ont détecté un problème chez l’homme.

De plus, 90 % ont correctement identifié les symptômes de dépression chez la femme, mais seulement 46 % ont fait le lien entre l’état de l’homme et la dépression. Ils ont plutôt pensé que le père souffrait de stress ou de fatigue, malgré des symptômes similaires à ceux de la femme.

En général, les participants avaient moins d’empathie envers l’état du père qu’envers celui de la mère. Selon eux, le cas du père était moins préoccupant que celui de la mère.

Pourquoi de telles différences de perception? Selon les chercheurs, la dépression postnatale chez le père est encore trop peu connue. Beaucoup de gens pensent que c’est un problème propre aux femmes dû, entre autres, aux hormones de grossesse et aux complications liées à l’accouchement. Au Québec, jusqu’à 13 % des futurs pères présenteraient des symptômes dépressifs, selon une étude.

Source : MedicalXpress

APPRENTISSAGES

Lire avec son enfant, même s’il est grand

Votre enfant sait lire tout seul? Il ne faut pas arrêter de lui faire la lecture pour autant. Partager une histoire en famille enrichit son développement, peu importe son âge!

Quand vous lisez un livre à votre enfant, ou encore avec lui, vous lui montrez votre intérêt envers la lecture. S’il voit que vous aimez lire, il y a de bonnes chances qu’il considère la lecture comme une activité amusante et non comme une obligation. De plus, vous influencez positivement son éducation générale.

Ainsi, lire avec votre enfant peut :

  • lui ouvrir de nouveaux horizons.
    Lorsque vous donnez le goût de lire à votre enfant, il a envie d’explorer différents styles de livres.
  • renforcer sa confiance en lui.
    Quand vous faites des compliments à votre enfant au fil de sa lecture, il prend confiance en ses capacités de lecteur et en lui-même.
  • l’aider à développer une attitude positive envers la lecture.
    Quand il voit sa famille lire, un enfant est plus porté à lire pendant ses temps libres.
  • améliorer son vocabulaire.
    Quand vous lisez une histoire avec votre enfant, vous pouvez l’aider à mieux prononcer des syllabes et à comprendre plus de mots.
  • l’aider à être plus à l’aise en lecture.
    Lorsqu’il vous écoute lui lire une histoire, votre enfant apprend à donner la bonne intonation au texte, à rythmer le récit et à faire des pauses.

Source : La Conversation

À lire aussi :

 

23 mai 2019

Par l’équipe de Naître et grandir

Naitre et grandir.com

 

Photos : GettyImages/RobMattingley, Onfokuset, PeopleImages

Partager

À lire aussi